Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Résidence Odilon-Bilodeau

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Estrie

Municipalité :

  • Courcelles

Date :

  • 1911 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (3)

Images

Carte

Description

La résidence Odilon-Bilodeau est une maison villageoise construite en 1911. La demeure au volume complexe est coiffée d'un toit à deux versants droits. Elle se compose d'un corps de logis principal d'un étage et demi, de plan rectangulaire, d'un avant-corps en façade et, à l'arrière, de deux annexes latérales. Une galerie arrondie finement ornementée relie la façade à l'annexe latérale gauche. La résidence Odilon-Bilodeau est située sur un terrain en pente légère, encadré d'alignements de conifères ornementaux, en bordure de la rue Principale de la municipalité de Courcelles.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Courcelles) 1991-12-23
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La résidence Odilon-Bilodeau présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. La demeure est un exemple d'architecture vernaculaire industrielle. Ce type d'habitation apparaît au Québec vers le milieu du XIXe siècle et connaît son apogée au début du XXe siècle. Il se trouve dans toutes les régions du Québec, et particulièrement dans les régions de colonisation récente. Il s'agit d'un type de maison issu du phénomène de la standardisation des matériaux et des éléments architecturaux. La diffusion des modèles par des catalogues de plans en provenance des États-Unis contribue aussi à sa popularité. Cette industrialisation de l'habitation permet la simplification de la construction et son accessibilité à moindres coûts. Quoique de plan plus complexe, la résidence Odilon-Bilodeau se rattache à l'architecture vernaculaire industrielle par le plan de son corps de logis principal, sa toiture à deux versants droits à faible pente et son parement à clins. La fenêtre en baie, l'ornementation menuisée classique et la galerie richement ornementée témoignent en outre de l'aisance relative du propriétaire constructeur.

La maison présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec Uldéric Allard (1869-1954), une figure importante de l'histoire de Courcelles. La demeure est construite en 1911 pour Allard. Ce dernier est né à Princeville. En 1902, il implante une scierie à vapeur près du barrage. Il est l'un des trois fondateurs de la Compagnie de téléphone rurale de Courcelles en 1914. Homme d'affaires prospère et dynamique, il fait construire sa demeure à proximité du barrage. La maison reflète une certaine aisance. Allard est maire de Courcelles de 1918 à 1921. Il effectue plusieurs voyages, dont un voyage en Europe en 1931, qui fait l'objet d'un livre par la suite. Il quitte la municipalité après la vente de ses moulins et s'installe dans la région de Victoriaville.

Source : Municipalité de Courcelles, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la résidence Odilon-Bilodeau liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- sa situation en bordure de la rue Principale de la municipalité de Courcelles;
- son volume, dont le plan complexe, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants droits à faible pente, la galerie arrondie;
- les matériaux, dont le parement à clins, le bois des éléments architecturaux (galerie, garde-corps, poteaux et frises);
- les ouvertures, dont les fenêtres à guillotine, les deux fenêtres jumelées du pignon en façade, la baie en saillie;
- l'ornementation, dont les balustres tournés et les panneaux découpés du garde-corps de la galerie, les frises, les aisseliers, les poteaux tournés de la galerie, l'entablement du sommet des murs, les chambranles à entablement;
- les annexes, dont l'annexe latérale droite d'un étage et l'annexe latérale gauche d'un étage et demi avec une ouverture côté galerie donnant accès à la cuisine.

Haut de la page

Informations historiques

Courcelles est une municipalité rurale dont les origines remontent au milieu du XIXe siècle. La rivière aux Bluets et ses chutes constituent un site privilégié pour la colonisation. Les premiers habitants s'y installent vers 1850. En 1865, Pierre Morin érige sur la rivière aux Bluets un barrage, qui alimente le premier moulin à scie et à farine. En 1888, son remplacement par un moulin plus important, l'actuel moulin Bernier, marque la naissance du village de Courcelles. L'arrivée en 1895 du chemin de fer Quebec Central favorise le développement du secteur du moulin Bernier, qui compte rapidement une vingtaine de maisons, un magasin et une forge.

La maison est construite en 1911 pour Uldéric Allard (1869-1954). Ce dernier est né à Princeville. Il est une figure importante de la collectivité. En 1902, il implante une scierie à vapeur près du barrage. Il est l'un des trois fondateurs de la Compagnie de téléphone rurale de Courcelles en 1914. Homme d'affaires prospère et dynamique, il fait construire sa demeure à proximité du barrage. La maison reflète une certaine aisance. Allard est maire de Courcelles de 1918 à 1921. Il effectue plusieurs voyages, dont un voyage en Europe en 1931, qui fait l'objet d'un livre par la suite. Il quitte la municipalité après la vente de ses moulins et s'installe dans la région de Victoriaville.

En 1940, David Bilodeau (1875-1960) part de la ferme familiale du 6e Rang de Courcelles. Il acquiert la maison de Allard et s'y installe. Odilon Bilodeau (1903-1990), le fils de David, mène une vie active à Courcelles. D'abord contremaître de moulin à scie, il se lance dans les affaires. Avec son frère Eugène, il fonde en 1945 l'entreprise Frontenac Glass. Il se marie à Éthel-Berthe Paradis, et le couple a 11 enfants. En 1956, Odilon Bilodeau s'établit dans la maison de son père au village. L'année même, Odilon Bilodeau fait surhausser l'annexe latérale gauche et installer un parement de papier brique sur le bardeau de bois d'origine. Bilodeau habite cette demeure jusqu'à son décès; ses enfants l'occupent ensuite.

La résidence Odilon-Bilodeau est citée en 1992. Un entretien régulier et minutieux par les propriétaires successifs assure la conservation des nombreuses composantes ornementales en bois. En 2008, les descendants d'Odilon Bilodeau continuent à occuper la résidence.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Estrie

MRC :

  • Le Granit

Municipalité :

  • Courcelles

Adresse :

  • 214, rue Principale

Latitude :

45° 52' 16.9"

Longitude :

-70° 59' 1.3"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Frontenac Canton d' Aylmer Rang 8 6-45-P

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • s.a. Album souvenir 100e anniversaire, 1903-2003. Sainte-Martine de Courcelles, Paroisse Sainte-Martine de Courcelles, 2003. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013