Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Voie ferrée et pont de fer du Québec Central

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Voie ferrée et pont de fer du Quebec Central
  • Voie ferrée, halle à marchandises et pont de fer du Quebec Central

Région administrative :

  • Estrie

Municipalité :

  • Courcelles

Date :

  • 1891 – 1894 (Construction)

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Gares et autres structures ferroviaires)
  • Transport, communication et services publics (Ponts et ouvrages de génie)

Éléments associés

Groupes associés (2)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

La voie ferrée et le pont de fer du Québec Central forment une structure ferroviaire érigée entre 1891 et 1894. L'ensemble est composé de rails en acier, atteignant une longueur d'environ 460 mètres, et d'un pont à structure métallique. Celui-ci comprend un tablier en bois et des fondations en béton, et il repose sur des culées en granit. La voie ferrée et le pont de fer du Québec Central sont implantés parallèlement à la voie publique. Ils sont situés dans un parc municipal, dans le noyau villageois de la municipalité de Courcelles.

L'ensemble est cité immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Courcelles) 1991-12-23
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La voie ferrée et le pont de fer du Québec Central présentent un intérêt patrimonial pour leur valeur historique. Ils témoignent de l'importance du chemin de fer dans le développement de la municipalité. Les premières terres de Courcelles, dans le canton de Lambton, sont concédées au milieu du XIXe siècle. Le hameau se développe lentement pendant une quarantaine d'années. En 1890, la compagnie ferroviaire Quebec Central Railway amorce la construction d'un nouveau tronçon devant relier la Beauce à Lac-Mégantic. En 1894, le Quebec Central Railway achète le terrain pour ériger le pont au-dessus de la rivière aux Bluets. L'inauguration officielle de la voie ferrée est faite la même année; les trains commencent réellement à circuler l'année suivante. Ce tronçon est essentiellement utilisé par les compagnies associées à l'industrie du bois. Il permet également d'approvisionner le secteur en produits venus de l'extérieur. Au début du XXe siècle, une vingtaine de maisons sont regroupées autour de la gare, à proximité du pont de fer. La municipalité de paroisse est créée en 1903, grâce à cette croissance démographique. La popularité du transport ferroviaire commence à décliner à la fin des années 1940. Les livraisons de marchandises à Courcelles se poursuivent toutefois jusqu'en 1985. Les rails entre Lac-Mégantic et Tring-Jonction sont démantelés en 1991. La municipalité préserve toutefois une section de la voie ferrée, au coeur du village. La voie ferrée et le pont de fer du Québec Central rappellent le rôle essentiel qu'a joué le chemin de fer dans la naissance de la municipalité ainsi que dans son développement urbain et démographique.

Source : Municipalité de Courcelles, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la voie ferrée et du pont de fer du Québec Central liés à leur valeur historique comprennent, notamment :
- leur situation dans un parc aménagé, à proximité de la rivière aux Bluets, au coeur du noyau villageois;
- les rails en acier, d'une longueur d'environ 460 mètres;
- les caractéristiques du pont, dont la structure métallique, composée de huit piliers, de traverses supportant le tablier et de tiges de contreventement en croix de Saint-André, le tablier, constitué de traverses en bois, les culées en granit et les fondations en béton des piliers.

Haut de la page

Informations historiques

La voie ferrée et le pont du fer du Québec Central ont contribué à la naissance de la municipalité de Courcelles. Les premières terres des environs de Courcelles, dans le canton de Lambton, sont concédées au milieu du XIXe siècle. Le hameau se développe lentement pendant une quarantaine d'années. En 1890, la compagnie ferroviaire Quebec Central Railway amorce la construction d'un nouveau tronçon devant relier la Beauce à Lac-Mégantic. En 1894, le Québec Central achète un terrain pour ériger un pont au-dessus de la rivière aux Bluets. L'inauguration officielle de la voie ferrée est faite la même année; les trains commencent réellement à circuler l'année suivante. Ce tronçon est essentiellement utilisé par les compagnies associées à l'industrie du bois. Il permet également d'approvisionner le secteur en produits venus de l'extérieur. Au début du XXe siècle, une vingtaine de maisons sont regroupées autour de la gare, à proximité du pont de fer. Grâce à cette croissance démographique, la municipalité de paroisse est créée en 1903.

La popularité du transport ferroviaire commence à décliner à la fin des années 1940. Les livraisons de marchandises à Courcelles se poursuivent toutefois jusqu'en 1985. Cette année-là, un fourgon de queue est donné par la compagnie Canadien Pacifique. En 1987, ce dernier est déménagé à l'emplacement de l'ancienne gare (démolie en 1969), à proximité de la voie ferrée et du pont de fer.

La voie ferrée et le pont de fer du Québec Central sont cités en 1991. La même année, les rails du tronçon du chemin de fer reliant Lac-Mégantic et Tring-Jonction sont démantelés, à l'exception de la portion précédemment citée par la municipalité de Courcelles. Un parc est aménagé autour de la voie ferrée, et le fourgon de queue est recyclé en centre d'interprétation sur l'histoire du village et du Québec Central. La halle à marchandises, située à quelques centaines de mètres au nord du site de l'ancienne gare, est démolie vers 2000.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Estrie

MRC :

  • Le Granit

Municipalité :

  • Courcelles

Localisation informelle :

Situé parallèlement à la rue Principale à 50 mètres au nord de l'avenue de la Rivière

Latitude :

  • 45° 52' 18.0"

Longitude :

  • -70° 59' 4.4"

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • LAPERRIÈRE, Hélène, dir. Promenades estriennes. Montréal, Éditions de l'Homme, 2005. 381 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013