Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Théâtre Outremont

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Cinéma Outremont

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1928 (Construction)

Usage :

  • Fonction culturelle et récréative, loisir (Cinémas)

Éléments associés

Groupes associés (2)

Personnes associées (2)

Images

Carte

Description

Le théâtre Outremont est une salle de cinéma à l'ornementation Art déco érigée en 1928. L'immeuble en béton armé se compose de deux corps de bâtiment rectangulaires juxtaposés : un premier aux deux étages clairement délimités en façade; un second massif, dont la hauteur équivaut à quatre étages à l'arrière, d'où excède la cage de scène. L'ensemble est coiffé d'un toit plat. À l'avant, le premier corps s'habille d'un revêtement de panneaux de terre cuite et comporte une fenestration abondante qu'encadrent des pilastres cannelés et une frise décorative; le second corps, aveugle et presque sans décor, est couvert de brique jaune. Le théâtre Outremont se situe en bordure d'une rue à fonction commerçante et résidentielle, dans l'arrondissement d'Outremont de la ville de Montréal.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. Il est également cité immeuble patrimonial et désigné lieu historique national du Canada.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1994-06-28
 
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Montréal) 1987-06-29
 
Désignation (Canada) Lieu historique national du Canada Commission des lieux et monuments historiques du Canada 1993-01-01
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le théâtre Outremont présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. L'architecture des cinémas antérieure à 1940 se divise en trois phases: les scopes et les théâtres cinématographiques (salles adaptées au cinéma comme genre mineur, 1895-1915), les super palaces et les palaces de quartier (palaces cinématographiques, 1915-1930) et les salles des années 30 (standardisation, 1930-1940). Durant la deuxième période, l'industrie du cinéma s'affirme et on assiste à la création d'un type architectural propre aux représentations cinématographiques, qui emprunte néanmoins sa monumentalité à l'architecture théâtrale du XIXe siècle. Conçus par des architectes et des décorateurs réputés, ces édifices invitent à l'évasion. Le théâtre Outremont reflète le palace de quartier, notamment par ses deux volumes juxtaposés, ses multiples espaces intérieurs, sa façade richement ornée, sa salle au décor somptueux et sa scène peu profonde conçue aussi pour accueillir certaines représentations théâtrales, comme le vaudeville. Ce théâtre constitue la meilleure illustration au Québec des cinémas de la fin des années 1920 et symbolise l'architecture cinématographique à son apogée. La valeur architecturale du théâtre repose également sur son rattachement au courant fonctionnaliste et à l'esthétique Art déco. Le fonctionnalisme, qui naît au tournant du XXe siècle, subordonne la forme à la fonction et fait appel à des techniques ainsi qu'à des matériaux nouveaux. Le théâtre Outremont reflète cette théorie par la juxtaposition des deux volumes en accolade plutôt qu'en enfilade facilitant ainsi la lisibilité des fonctions, l'emploi d'une charpente en béton armé ainsi que l'utilisation de panneaux de terre cuite pour le volume avant et d'un parement de brique pour le volume arrière. La partie avant comprend, au rez-de-chaussée, des espaces publics et le « lobby »; à l'étage, se trouvent les bureaux ainsi que les loges des artistes. La partie arrière englobe le foyer principal, une salle de détente et, du côté est, la salle de spectacle et la scène, qui occupent tout le volume. Créé en France, le style Art déco connaît son apogée lors de l'Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de Paris (1925). Le théâtre Outremont en est une illustration par la verticalité de ses lignes et l'utilisation de pilastres peu saillants avec médaillons ainsi que d'ornements stylisés. L'immeuble se révèle donc d'une étonnante modernité.

Le théâtre présente aussi un intérêt pour la valeur artistique de son décor intérieur. Entre 1915 et 1930, le décor des salles de cinéma s'inspire de tendances internationales, dont les styles Adam, atmosphérique, exotique et Art déco. Celui du théâtre Outremont puise à plusieurs tendances. Les pilastres et les fausses fenêtres à arc surbaissé empruntent au vocabulaire classique, les fresques aux paysages idéalisés reflètent le style atmosphérique et les motifs géométriques de même que les figures féminines se rattachent à l'Art déco, l'ensemble formant un décor d'une grande richesse.

Le théâtre présente en outre un intérêt pour sa valeur historique reposant sur son association avec l'architecte René Charbonneau (1881-1969) et de le décorateur Emmanuel Briffa (1875-1955). Charbonneau débute comme dessinateur chez l'architecte montréalais Joseph Sawyer (né en 1874), puis ouvre un bureau à Montréal en 1909. Il est à l'origine d'une dynastie d'architectes qui réaliseront quelque 1600 projets à travers le Québec en huit décennies. Le théâtre Outremont constitue l'une de ses oeuvres maîtresses. Briffa est originaire de Malte et étudie l'art en Italie. Artiste réputé, il participe à la décoration de plus de 200 salles de cinéma en Amérique. Le théâtre Outremont est considéré comme son oeuvre la plus originale et la plus personnelle.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du théâtre Outremont liés à ses valeurs architecturale, artistique et historique comprennent, notamment :
- sa situation en bordure d'une rue à fonction commerçante et résidentielle, dans l'arrondissement d'Outremont de la ville de Montréal;
- ses éléments rattachés au fonctionnalisme, entre autres les deux corps de bâtiment rectangulaires juxtaposés, le premier corps aux deux étages clairement délimités en façade et largement vitré au rez-de-chaussée (le rez-de-chaussée comprenant des espaces publics et le « lobby », l'étage abritant les bureaux ainsi que les loges des artistes) et l'autre corps dont la hauteur équivaut à quatre étages à l'arrière d'où excède la cage de scène se présentant comme un volume aveugle (comprenant le foyer principal, une salle de détente, la salle de spectacle et la scène), la charpente en béton armé, le parement constitué de panneaux de terre cuite (volume avant en bordure de la rue) et de briques (volume arrière) ainsi que la succession des espaces intérieurs (billetterie, hall d'entrée, salle principale);
- ses éléments rattachés à l'Art déco, dont la verticalité des lignes, les pilastres ornés de médaillons rythmant la façade, les insertions de pierre artificielle, les bandeaux de brique ainsi que les frises à motifs floraux stylisés au-dessus et au-dessous des fenêtres;
- sa façade richement ornée comprenant, dans sa partie supérieure, l'inscription « Theatre Outremont »;
- son décor intérieur divisé en deux registres, le registre inférieur étant sobre et le registre supérieur comprenant des pilastres, des fausses fenêtres à arc surbaissé et de grandes fresques représentant des paysages idéalisés;
- le plafond à caissons;
- les frises représentant des motifs géométriques et des figures féminines stylisées.

Haut de la page

Informations historiques

Le théâtre Outremont est érigé en 1928 pour la chaîne Confederation Amusements Limited, selon les plans de l'architecte René Charbonneau (1881-1969). La décoration intérieure est l'oeuvre de l'artiste Emmanuel Briffa (1875-1955). Charbonneau débute comme dessinateur chez l'architecte montréalais Joseph Sawyer (né en 1874), puis ouvre un bureau à Montréal en 1909. Il est à l'origine d'une dynastie d'architectes qui réaliseront quelque 1600 projets à travers le Québec en huit décennies. Le théâtre Outremont constitue l'une de ses oeuvres maîtresses. Briffa, quant à lui, est originaire de Malte et étudie l'art en Italie. Artiste réputé, il participe à la décoration de plus de 200 salles de cinéma en Amérique. Le théâtre Outremont est considéré comme son oeuvre la plus originale et la plus personnelle.

Le théâtre Outremont constitue la meilleure illustration au Québec des cinémas de la fin des années 1920, tant pour son aménagement intérieur et son décor que pour sa scène conçue pour accueillir certaines représentations théâtrales, comme le vaudeville, qui s'accommodent d'une scène peu profonde. Il symbolise l'architecture cinématographique à son apogée. Au moment de son ouverture, on y propose des films ainsi que des pièces. Entre 1974 et 1987, sa réputation dépasse largement les limites d'Outremont, alors qu'on y présente des films de répertoire et des spectacles.

Le théâtre Outremont est cité par la municipalité en 1987. En 1993, il est désigné lieu historique du Canada.

Le théâtre Outrement est classé en 1994. L'immeuble est restauré de 1999 à 2001 sous la supervision des architectes Beaupré et Michaud. Il sert de salle de spectacles depuis sa réouverture officielle en 2001.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Outremont

Adresse :

  • 1240, avenue Bernard
  • 1248, avenue Bernard

Lieux-dits :

  • Outremont

Latitude :

  • 45° 31' 11.938"

Longitude :

  • -73° 36' 30.452"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Montréal Municipalité de la paroisse de Montréal Absent 34A-351
36-634
631
632
633

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • MARTINEAU, Jocelyne. Cinémas et patrimoine à l'affiche. Montréal, Ministère des Affaires culturelles, 1988. 50 p.
  • MARTINEAU, Jocelyne. Salles de cinéma construites avant 1940 sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal : analyse, synthèse et évaluation patrimoniale. Vol. 1 (texte). Montréal, Ministère des Affaires culturelles, 1988. 180 p.
  • PINARD, Guy. Montréal, son histoire, son architecture. Vol. 2. Montréal, Les Éditions La Presse, 1988. 421 p.
  • s.a. « Théâtre Outremont ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Supplément 1987-1999. Québec, Les Publications du Québec, 2001, p. 14.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013