Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison du Domaine-Lakefield

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Lorrain

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Saint-Valentin

Date :

  • après 1850 – avant 1900 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (2)

Images

Carte

Description

La maison du Domaine-Lakefield est une demeure rurale inspirée par l'architecture résidentielle de la Nouvelle-Angleterre, construite dans la seconde moitié du XIXe siècle. La résidence en pierre, à un étage et demi, s'appuie sur des fondations très exhaussées et est coiffée d'un toit à deux versants droits de pente moyenne. Isolée de toute agglomération, elle s'élève à proximité de bâtiments de ferme, au coeur d'un paysage agricole composé de terres et de boisés, dans la paroisse de Saint-Valentin.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1 ½

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Annexes :

  • Autre
  • Bâtiment de ferme

Saillies :

  • Cheminée
  • Galerie
  • Perron

Élévations :

  • Façade arrière : Pierre (Structure apparente)
  • Façade droite : Pierre (Structure apparente)
  • Façade gauche : Pierre (Structure apparente)
  • Façade avant : Pierre (Structure apparente)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits retroussés
    Matériau : Tôle pincée

Porte principale :

  • bois, à panneaux et vitrage, à battants

Autre(s) porte(s) :

  • bois, à panneaux et vitrage, à battants

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux
  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux

Lucarne(s) :

  • À pignon

Éléments architecturaux :

  • Chaîne d'angle
  • Chambranle

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2012-10-19

Statuts antérieurs

  • Reconnaissance, 1975-01-08
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison du Domaine-Lakefield présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. La demeure comporte des caractéristiques inspirées de l'architecture résidentielle rurale de la Nouvelle-Angleterre, introduite au Bas-Canada, et notamment au sud de la vallée du Richelieu, avec la venue des Loyalistes dans les années 1780. Cette influence se reflète, entre autres, dans son gabarit et ses ouvertures. Le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, les fondations très exhaussées, le toit à deux versants droits de pente moyenne, la disposition symétrique des ouvertures, de même que l'emplacement des portes à un niveau inférieur à celui des fenêtres et donnant probablement sur un emmarchement intérieur, en constituent les principales composantes. Par ailleurs, la maçonnerie n'est pas crépie, à l'instar de plusieurs maisons rurales de la région de Montréal. La maison du Domaine-Lakefield est située dans l'ancienne seigneurie de Léry. Elle présente plusieurs similitudes, entre autres la cheminée centrale à deux âtres adossés, avec le manoir de style georgien érigé entre 1835 et 1842 pour l'homme d'affaires William Plenderleath Christie (1780-1845), seigneur de Léry. Ce manoir, classé immeuble patrimonial, est aujourd'hui situé dans le secteur Iberville de la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de la maison du Domaine-Lakefield liés à sa valeur architecturale comprennent, notamment :
- son emplacement en milieu rural, à proximité de bâtiments de ferme;
- ses éléments influencés par l'architecture résidentielle rurale de la Nouvelle-Angleterre, dont l'élévation d'un étage et demi, les fondations très exhaussées, le toit à deux versants droits de pente moyenne (couvert de bardeaux de cèdre), la disposition symétrique des ouvertures ainsi que l'emplacement des portes à un niveau inférieur à celui des fenêtres;
- ses éléments associés aux maisons rurales de la région de Montréal, dont la maçonnerie en pierre non crépie;
- ses éléments intérieurs, dont la cheminée centrale à deux âtres adossés avec jambages en pierre de taille et les armoires encastrées dans la maçonnerie de la cheminée.

Haut de la page

Informations historiques

La maison du Domaine-Lakefield est construite dans la seconde moitié du XIXe siècle, dans la seigneurie de Léry. En raison des marécages et des affleurements rocheux, peu propices à l'agriculture, cette seigneurie s'est peu développée au cours du Régime français. Héritier de la seigneurie en 1835, William Plenderleath Christie (1780-1845) entreprend le drainage des zones non défrichées. En 1843, il concède une portion de terre au centre de la seigneurie. La propriété, réservée à l'exploitation agricole et à l'élevage, est exploitée en métairie durant la seconde moitié du XIXe siècle par cinq locataires. Elle apporte aussi des revenus provenant de l'exploitation d'une carrière et de fours à chaux. Ces fours se situent alors à proximité de l'habitation, tout comme les dépendances agricoles. Au XXe siècle, un seul propriétaire résidant exploite la carrière.

L'appellation « Lakefield » pour ce lieu est inscrite dans des actes notariés de 1895. Le docteur Alexis Bouthillier (1870-1940), député de Saint-Jean et grand propriétaire foncier, acquiert la propriété en 1917, qui est identifiée dans l'acte de vente comme domaine Lakefield (Petit Lac).

La maison du Domaine-Lakefield est reconnue en 1975. Elle est par la suite restaurée. Ce bien est devenu classé à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • Le Haut-Richelieu

Municipalité :

  • Saint-Valentin

Adresse :

  • 501, Petit Rang

Latitude :

  • 45° 10' 40.36"

Longitude :

  • -73° 20' 9.476"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Saint-Jean Paroisse de Saint-Valentin Absent 243 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • LABERGE, Gilles. « Maison Lorrain ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 322.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013