Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Bureau d'enregistrement de Huntingdon

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Huntingdon

Date :

  • 1922 (Construction)

Usage :

  • Services et institutions (Palais de justice et bureaux d'enregistrement)

Images

Carte

Description

Le bureau d'enregistrement de Huntingdon est un petit bâtiment à vocation administrative construit en 1922. L'immeuble en pierre de plan rectangulaire, à un étage, repose sur un solage dégagé et est coiffé d'un toit à croupes surmonté d'un fronton en façades avant et arrière. Le bureau d'enregistrement de Huntingdon se situe dans le noyau historique de la ville du même nom.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. Il est situé à côté de l'édifice de comté, aussi classé immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1984-12-03
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le bureau d'enregistrement de Huntingdon présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le bâtiment témoigne de l'histoire de la justice au Québec. Une loi sur l'enregistrement, adoptée par le Conseil spécial en 1841, exige l'enregistrement de tous les actes translatifs de propriété, comme les ventes de terres, les donations, les hypothèques et les autres charges immobilières. Pour des raisons économiques et pratiques, les premiers bureaux d'enregistrement, comme c'est le cas à Huntingdon, sont situés le plus souvent dans les palais de justice de comté, surtout après la réforme judiciaire de 1857. Au tournant des années 1920, une nouvelle réforme touche le système judiciaire. Le rôle des palais de justice de comté décline alors au profit des palais de justice de district, en raison notamment de la création de la Cour de magistrat de district. Le palais de justice de comté de Huntingdon, à titre d'exemple, perd en 1922 sa fonction originale et ne conserve que ses fonctions administratives de siège du conseil de comté. Le bureau d'enregistrement, d'autre part, déménage dans le bâtiment actuel construit cette année-là. Le bureau d'enregistrement de Huntingdon évoque donc la centralisation du système judiciaire qui touche le Québec à cette époque.

Le bureau d'enregistrement de Huntingdon présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le bâtiment constitue un exemple de la persistance des formes et du vocabulaire classiques dans l'architecture publique du XXe siècle, notamment par sa maçonnerie en pierre, son toit à croupes couvert de tôle, l'ordonnance régulière de ses ouvertures, ses frontons et sa corniche. Par ailleurs, l'immeuble est représentatif des bureaux d'enregistrement construits à la même époque par sa situation au centre-ville, ses dimensions réduites et la sobriété de son ornementation. Le bureau d'enregistrement s'harmonise également avec l'édifice de comté situé à proximité. Les deux édifices forment ainsi un très bel ensemble architectural au coeur du noyau historique de Huntingdon.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés du bureau d'enregistrement de Huntingdon liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation au coeur du noyau historique de la ville de Huntingdon, à proximité de l'édifice de comté;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et le toit à croupes;
- ses matériaux, dont la maçonnerie en pierre, la couverture en tôle ainsi que la cheminée, les linteaux et les appuis en pierre;
- ses éléments d'inspiration classique, dont la symétrie de la façade avant, l'ordonnance régulière des ouvertures, les frontons avant et arrière percés d'une fenêtre ainsi que la corniche;
- l'inscription « REGISTERY OFFICE/1922 » gravée au-dessus de la porte principale.

Haut de la page

Informations historiques

Une loi sur l'enregistrement, adoptée par le Conseil spécial en 1841, exige l'enregistrement de tous les actes translatifs de propriété, comme les ventes de terres, les donations, les hypothèques et les autres charges immobilières. Pour des raisons économiques et pratiques, les premiers bureaux d'enregistrement, comme c'est le cas à Huntingdon, sont situés le plus souvent dans les palais de justice de comté, surtout après la réforme judiciaire de 1857. Au tournant des années 1920, une nouvelle réforme touche le système judiciaire. Le rôle des palais de justice de comté décline alors au profit des palais de justice de district, en raison notamment de la création de la Cour de magistrat de district. Le palais de justice de comté de Huntingdon, à titre d'exemple, perd en 1922 sa fonction originale et n'abrite plus que le conseil de comté. Le bureau d'enregistrement, d'autre part, déménage dans le bâtiment actuel construit à proximité cette année-là.

Le bureau d'enregistrement de Huntingdon est classé en 1984, tout comme l'édifice de comté de Huntingdon.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • Le Haut-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Huntingdon

Adresse :

  • 25, rue King

Latitude :

45° 5' 13.851"

Longitude :

-74° 10' 31.717"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Huntingdon Village de Huntingdon Absent 175

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CARTER, Margaret, dir. Les premiers palais de justice au Canada. Ottawa, Direction des lieux et des parcs historiques nationaux, 1983. 264 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • NOPPEN, Luc. « Édifice de comté et bureau d'enregistrement de Huntingdon ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 365.
  • ROBERT, Jacques. Les palais de justice de comté de la région de Montréal. Montréal, Ministère des Affaires culturelles, 1983. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013