Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Édifice de comté de Huntingdon

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Palais de justice de Huntingdon

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Huntingdon

Date :

  • 1859 – 1860 (Construction)

Usage :

  • Services et institutions (Palais de justice et bureaux d'enregistrement)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

L'édifice de comté de Huntingdon est un vaste édifice d'esprit néoclassique à vocation institutionnelle érigé en 1859 et 1860 pour abriter un palais de justice de comté. L'immeuble en pierre de plan rectangulaire, à deux étages, est coiffé d'un toit à croupes surmonté d'un lanternon et des souches de cheminée s'élèvent aux quatre coins. L'édifice de comté se situe dans le noyau historique de la ville de Huntingdon.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. Il est situé à côté du bureau d'enregistrement, aussi classé immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1984-12-03
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'édifice de comté de Huntingdon présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Érigé selon les plans de l'architecte John James Browne (1837-1893), l'ancien palais de justice de comté constitue un exemple tardif d'architecture publique d'esprit néoclassique. Le néoclassicisme est introduit au Québec au début du XIXe siècle et adopté par le gouvernement colonial pour la construction de la plupart des édifices publics durant la première moitié de ce siècle. Les bâtiments plus modestes, tel le palais de justice de Huntingdon, ne retiennent souvent que ses éléments essentiels, comme la composition symétrique de la façade, l'ordonnance régulière des ouvertures, le toit à croupes de faible pente ainsi que l'ornementation. Durant la seconde moitié du siècle, de nouveaux apports formels influencent la composition des édifices publics. Ainsi, cet édifice de comté comporte des détails inspirés de l'architecture néo-italienne, dont la corniche à consoles jumelées.

L'édifice de comté de Huntingdon présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le bâtiment témoigne de l'histoire de la justice au Québec. L'Acte de judicature, préparé par sir George-Étienne Cartier (1814-1873) et mis en vigueur en 1857, divise le Canada-Est en 19 districts judiciaires et confirme le système des cours dites supérieures et des cours dites inférieures. Les tribunaux supérieurs siègent dans les palais de justice de district, alors que les tribunaux inférieurs, dont la Cour de circuit, siègent dans les palais de justice de comté. Dans ce système, les tribunaux inférieurs jouent un rôle important dans la décentralisation de la justice au profit des comtés. L'Acte de judicature prévoit le financement de la construction des palais de justice de comté, peu d'édifices ayant été conçus à cette fin durant la première moitié du siècle. L'édifice de Huntingdon témoigne de la création du comté du même nom, dont la municipalité devient le chef-lieu en 1855, et de l'intense période de construction de palais de justice de comté entre 1857 et 1866. Depuis l'adoption d'une loi sur l'enregistrement en 1841, les palais de justice de comté abritent fréquemment un bureau d'enregistrement (bureau de la publicité des droits). À Huntingdon, ce bureau et un petit cachot occupent le rez-de-chaussée, alors que l'étage accueille la salle d'audience. Après 1922, le rôle des palais de justice de comté décline au profit des palais de justice de district, en raison notamment de la création de la Cour de magistrat de district. L'édifice de comté de Huntingdon, à titre d'exemple, perd cette année-là sa fonction originale et ne conserve que ses fonctions administratives de siège du conseil de comté. Le bureau d'enregistrement, par ailleurs, déménage dans un bâtiment voisin. L'édifice de comté de Huntingdon est converti en hôtel de ville en 1922. Il a ainsi conservé sa fonction publique.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2006.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de l'édifice de comté de Huntingdon liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation au coeur du noyau historique de la ville de Huntingdon, à proximité du bureau d'enregistrement;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages et le toit à croupes de faible pente;
- ses matériaux, dont la maçonnerie en pierre et la couverture en tôle pincée;
- sa composition, dont la symétrie de la façade, l'ordonnance régulière des ouvertures, le fronton au-dessus de la corniche et le portail monumental rassemblant les trois entrées de la façade principale et comprenant des pilastres, des fausses clés de voûte et un entablement;
-ses ouvertures cintrées (les portes, les fenêtres du rez-de-chaussée ainsi que les trois baies centrales de l'étage ornées de fausses clés de voûte de la façade principale, de même que la porte de la façade gauche) et rectangulaires à carreaux;
- les chambranles massifs des fenêtres de l'étage en façade avec appuis à consoles et linteaux en forme de corniche;
- la large corniche à consoles jumelées;
- le lanternon central couronnant le toit;
- les souches de cheminée en pierre prolongeant les angles en saillie du bâtiment et comprenant des corniches en bois ornées de modillons;
- l'aménagement intérieur comprenant un escalier monumental, l'espace de la salle d'audience à l'étage et une ancienne chambre forte ainsi qu'un petit cachot au rez-de-chaussée;
- les éléments intérieurs, dont l'escalier monumental, les portes en bois et les chambranles larges et massifs.

Haut de la page

Informations historiques

L'édifice de comté de Huntingdon est érigé en 1859 et 1860 afin d'accueillir un palais de justice de comté et un bureau d'enregistrement (bureau de la publicité des droits). Les plans de l'immeuble sont l'oeuvre de l'architecte John James Browne (1837-1893) et datent de 1858. Fils du réputé architecte George Browne (1811-1885), John James Browne entame sa carrière vers 1856. Le palais de justice de Huntingdon est l'une de ses premières réalisations.

La construction de l'édifice de comté de Huntingdon s'inscrit dans le cadre de l'Acte de judicature. Cette loi, préparée par sir George-Étienne Cartier (1814-1873) et sanctionnée en 1857, divise le Canada-Est en 19 districts judiciaires et confirme le système des cours dites supérieures et des cours dites inférieures. Les tribunaux supérieurs siègent dans les palais de justice de district, alors que les tribunaux inférieurs, dont la Cour de circuit, siègent dans les palais de justice de comté. Dans ce système, les tribunaux inférieurs jouent un rôle important dans la décentralisation de la justice au profit des comtés. L'Acte de judicature prévoit également le financement de la construction des palais de justice de comté, peu d'édifices ayant été conçus à cette fin dans la première moitié du siècle. L'immeuble de Huntingdon témoigne de la création du comté du même nom, dont la municipalité devient le chef-lieu en 1855, et de l'intense période de construction de palais de justice de comté entre 1857 et 1866.

Après 1922, le rôle des palais de justice de comté décline au profit des palais de justice de district, en raison notamment de la création de la Cour de magistrat de district. L'édifice de comté de Huntingdon perd cette année-là sa fonction originale et ne conserve que ses fonctions administratives de siège du conseil de comté. Le bureau d'enregistrement déménage dans un immeuble voisin nouvellement construit.

L'édifice de comté de Huntingdon est classé en 1984, tout comme le bureau d'enregistrement. Converti en hôtel de ville en 1922, il est toujours affecté à cette fonction.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • Le Haut-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Huntingdon

Adresse :

  • 23, rue King

Latitude :

45° 5' 14.23"

Longitude :

-74° 10' 30.984"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Huntingdon Village de Huntingdon Absent 175

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CARTER, Margaret, dir. Les premiers palais de justice au Canada. Ottawa, Direction des lieux et des parcs historiques nationaux, 1983. 264 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • NOPPEN, Luc. « Édifice de comté et bureau d'enregistrement de Huntingdon ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 365.
  • ROBERT, Jacques. Les palais de justice de comté de la région de Montréal. Montréal, Ministère des Affaires culturelles, 1983. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013