Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Busteed

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Bordeaux House

Région administrative :

  • Gaspésie--Îles-de-la-Madeleine

Municipalité :

  • Pointe-à-la-Croix

Date :

  • vers 1800 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine autochtone

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Événements associés (1)

Personnes associées (2)

Carte

Description

La maison Busteed est une résidence d'inspiration britannique construite vers 1800. L'habitation en bois présente un plan en « L » formé par le corps de logis et une annexe disposée en retour d'équerre à l'arrière. L'ensemble d'un étage et demi est coiffé d'un toit à deux versants droits. Voisine du Lieu historique national du Canada de la Bataille-de-la-Ristigouche, la maison Busteed est située à l'écart de la municipalité de Pointe-à-la-Croix, à proximité de l'embouche de la rivière Ristigouche.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. Un site inscrit à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec est associé au lieu.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1987-10-09
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Busteed présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Cette demeure constitue un témoin de la colonisation de ce secteur de la Gaspésie par des colons d'origine britannique à la fin du XVIIIe siècle. Outre les Loyalistes, des Anglais, des Irlandais, des Écossais et des Britanniques des îles Anglo-Normandes sont alors venus s'établir sur les rives de la baie des Chaleurs et sur la pointe de la péninsule gaspésienne. En 1790, ils forment le cinquième de la population de la péninsule. Parmi eux, Thomas Busteed, un immigrant irlandais venu rejoindre son frère William installé à Ristigouche quelques années auparavant. Arrivé avec sa famille en 1786, Thomas Busteed bâtit cette demeure vers 1800. Elle s'élève sur la pointe à Bourdeau, anciennement nommée pointe à Bourdon, qui aurait accueilli, au printemps 1759, un poste militaire français commandé par Jean-François Bourdon de Dombourg (1720-1789). À proximité se situait le village acadien de La Petite-Rochelle, détruit par les Anglais le 2 juillet 1760. Par sa situation, cette maison est aussi associée à la bataille de la Ristigouche, qui a notamment entraîné le sabordage de la frégate française « Le Machault », le 8 juillet 1760. Cette dernière bataille navale entre la France et l'Angleterre a scellé le sort de la Nouvelle-France. La maison conserve aujourd'hui un important fonds de mobilier et d'objets domestiques préservés par la famille depuis la construction de la demeure, auquel s'ajoute une collection d'artefacts datant des XVIIIe et XIXe siècles trouvés au fil du temps par des membres de la famille Busteed, dont certains vestiges de la bataille de la Ristigouche. De plus, des fouilles archéologiques effectuées sur le terrain ont mis au jour plusieurs objets amérindiens, le secteur ayant été fréquenté par les Micmacs. La maison Busteed figurerait parmi les plus anciennes maisons de la péninsule gaspésienne. La résidence appartient aux descendants de Thomas Busteed depuis plus de 200 ans.

La maison Busteed présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Construite par un immigrant irlandais, la résidence présente plusieurs traits distinctifs de la tradition architecturale britannique, visibles dans la distribution symétrique et régulière des ouvertures, la charpente à l'anglaise du toit à deux versants, les fenêtres à guillotine et la distribution des pièces, dont un grand salon et une salle à manger, autour d'une cheminée centrale. Bien que réalisés peu après 1925, l'annexe, la galerie et l'avant-toit qui la protège, l'ornementation des lucarnes et l'agrandissement de la lucarne centrale en façade respectent le volume original et son aspect formel. À l'intérieur, les cloisons, les planchers, la cuisine, l'âtre, les armoires et la quincaillerie sont d'origine et révèlent l'état de conservation exceptionnel de cette demeure.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de la maison Busteed liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation dans un secteur de la péninsule gaspésienne colonisé par des Britanniques et des Loyalistes;
- son implantation en retrait de l'ancien chemin Kent;
- la proximité de l'ancien village acadien de La Petite-Rochelle et du site de la bataille de la Ristigouche;
- le site archéologique amérindien et euroquébécois associé au lieu;
- son volume, dont le plan rectangulaire du corps de logis, l'élévation d'un étage et demi, le solage peu exhaussé, le toit à deux versants et la large souche de cheminée centrale en brique;
- sa structure, dont la charpente du corps de logis en pièce sur pièce, la charpente du toit à l'anglaise et le recouvrement des murs en planches de bois à clins;
- la disposition symétrique et régulière des ouvertures, dont la porte menuisée à imposte au centre de la façade, les fenêtres à guillotine à 24 carreaux et les lucarnes à pignon;
- les éléments ajoutés ou modifiés, dont l'annexe perpendiculaire, les deux appentis de l'annexe, la galerie et l'avant-toit en façade, l'ornementation des lucarnes et l'agrandissement de la lucarne centrale en façade ainsi que la fenêtre centrale au rez-de-chaussée dans le mur pignon est;
- son aménagement intérieur, dont la distribution des pièces (parmi lesquelles un grand salon et une salle à manger au rez-de-chaussée) autour d'une cheminée centrale, les cloisons, les planchers, la cuisine, l'âtre, les armoires, les boiseries et la quincaillerie d'origine.
- son âtre contenant une pièce de canon français ayant servi lors de la bataille de la Ristigouche.

Haut de la page

Informations historiques

En 1786, l'Irlandais Thomas Busteed quitte sa patrie pour retrouver son frère William établi à Ristigouche. Quatre ans plus tard, il achète de Jean-Baptiste Marcoux, possiblement un Acadien, la terre sur laquelle il compte ériger sa demeure. Le gouvernement refuse toutefois de reconnaître ses titres de propriété et, en 1800, il doit racheter cette terre de Henry Rimphoff, un bourgeois de Carleton.

Vers 1800, Thomas Busteed construit lui-même sa demeure, qui depuis a toujours appartenu à ses descendants. Constituée à l'origine de l'actuel corps de logis, elle est restaurée au début du XXe siècle et les fondations sont refaites en pierre granitique. L'annexe terminée par un appentis à l'arrière, la galerie et l'avant-toit qui la protège, l'ornementation des lucarnes et l'agrandissement de la lucarne centrale en façade figurent parmi les ajouts effectués peu après 1925.

La maison est située sur la pointe à Bourdeau, anciennement nommée pointe à Bourdon, qui aurait accueilli, au printemps 1759, un poste militaire français commandé par Jean-François Bourdon de Dombourg (1720-1789). À proximité se situait le village acadien de La Petite-Rochelle, détruit par les Anglais le 2 juillet 1760. Par sa situation, cette maison est associée à la bataille de la Ristigouche, qui a notamment entraîné le sabordage de la frégate française « Le Machault », le 8 juillet 1760. Cette dernière bataille navale entre la France et l'Angleterre a scellé le sort de la Nouvelle-France. La maison conserve aujourd'hui un important fonds de mobilier et d'objets domestiques conservés par la famille depuis la construction de la demeure. À ce fonds s'ajoute une collection d'artefacts datant des XVIIIe et XIXe siècles trouvés au fil du temps par des membres de la famille Busteed, dont certains vestiges de la bataille de la Ristigouche, entre autres une pièce de canon français. De plus, des fouilles archéologiques effectuées sur le terrain ont mis au jour plusieurs objets amérindiens, le secteur ayant été fréquenté par les Micmacs.

La maison Busteed est classée en 1987. Elle est aujourd'hui voisine du Lieu historique national du Canada de la Bataille-de-la-Ristigouche.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Gaspésie--Îles-de-la-Madeleine

MRC :

  • Avignon

Municipalité :

  • Pointe-à-la-Croix

Adresse :

  • 101, chemin de Bordeaux

Latitude :

  • 48° 0' 41.656"

Longitude :

  • -66° 44' 17.244"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Bonaventure No 2 Canton de Mann Rang Ristigouche 3-11 ptie

Code Borden

DaDq-1      

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • PALAZZO, Jean-Marc. Maison Busteed, Ristigouche : étude, relevés et analyse. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1984. 99 p.
  • s.a. « Maison des Busteed ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Supplément 1987-1999. Québec, Les Publications du Québec, 2001, p. 15.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013