Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Bourdon de Dombourg, Jean-François

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 29 décembre 1720 à La Rochelle, en France, Jean-François Bourdon de Dombourg est le fils de Jean-François Bourdon de Dombourg et de La Pinaudière, capitaine de navire, et de Madeleine Poirel.

Amené à l'île Royale (île du Cap-Breton) par son oncle Claude-Élisabeth Denys de Bonnaventure, Bourdon de Dombourg joint l'armée en tant que cadet à l'aiguillette en 1736. Servant d'interprète auprès des Micmacs en 1739, il est envoyé à la mission de l'abbé Pierre Maillard en 1741 afin de perfectionner cette langue. La même année, il perd la main gauche en examinant des fusils destinés aux Amérindiens.

En 1744, Bourdon de Dombourg rassemble 250 Amérindiens et mène une attaque contre les Britanniques à Annapolis (Annapolis Royal), opération qui se révèle un échec. Il regagne alors l'île Royale, où il est fait prisonnier durant le siège de Louisbourg en 1745, puis est expédié en France. De retour dans la colonie, il participe, en 1746 et 1747, aux vaines expéditions navales de Jean-Baptiste-Louis-Frédéric de La Rochefoucauld de Roye et du gouverneur Jacques-Pierre de Taffanel de La Jonquière sur les côtes de la Nouvelle-France.

Lorsque l'île Royale redevient une possession française en 1749, Bourdon de Dombourg est déployé à l'île Saint-Jean (Île-du-Prince-Édouard), comme interprète. Lieutenant en 1750, il est assigné aux postes avancés de cette île et de Port Toulouse (St. Peter's), ainsi qu'à Louisbourg. En 1758, une semaine avant la capitulation de cette forteresse, il rallie des soldats des troupes de la Marine, des Acadiens et des Amérindiens.

À l'hiver 1759-1760, à l'embouchure de la rivière Ristigouche, Bourdon de Dombourg vit dans des conditions difficiles alors qu'il est en charge de nombreux réfugiés acadiens et de quelques soldats. Au printemps suivant, un convoi français mené par François-Gabriel d'Angeac et François Chenard de La Giraudais prend la relève pour commander ce poste. Au mois de juillet, il tente de résister à l'attaque britannique menée par John Byron, ce qui donne lieu à un affrontement naval qui prit le nom, plus tard, de bataille de la Ristigouche. Après la submersion des navires français de ravitaillement, il se retire dans les bois. Selon les termes de la capitulation, le lieutenant est envoyé en France, avant d'être rejoint par sa famille quatre ans plus tard.

En 1764, Bourdon de Dombourg est mis à la retraite avec une pension. En 1773, il demande à être affecté comme capitaine dans un nouveau régiment. En 1789, il siège à l'assemblée de la noblesse de la sénéchaussée de La Rochelle.

Il est décédé à La Rochelle vers 1789.

Il avait épousé à Port-la-Joie (Charlottetown), Marguerite Gautier dit Bellair, fille de Joseph-Nicolas Gautier dit Bellair, marchand, et de Marie Allain.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • RODGER, Andrew. « Bourdon de Dombourg, Jean-François ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?&id_nbr=1765&interval=20&&PHPSESSID=h4olrkemill6vjk95doirf8hc3

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013