Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Joseph-Morrin

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Audet

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Date :

  • 1856 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Plaques commémoratives associées (1)

Personnes associées (7)

Images

Carte

Description

La maison Joseph-Morrin est une résidence d'inspiration néoclassique construite en 1856. Le bâtiment de deux étages et demi, en brique sur fondations de pierre de taille, adopte un plan rectangulaire étroit et allongé. Il est coiffé d'un toit à deux versants droits. La maison Joseph-Morrin fait partie d'un ensemble de maisons en rangée situé dans l'arrondissement municipal de La Cité-Limoilou de la ville de Québec, dans le secteur du Quartier latin.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La protection s'applique aussi au terrain. La maison Joseph-Morrin est également située dans le site patrimonial du Vieux-Québec.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1963-02-26
 
Déclaration Situé dans un site patrimonial Gouvernement du Québec

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité (Québec), 2016-12-09
    Prise d'effet : 2017-06-09
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Joseph-Morrin présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Cette résidence occupe l'extrémité gauche d'un ensemble de trois maisons en rangée construites sur le même lot en 1856. Elle se rattache à l'architecture d'inspiration néoclassique par son toit à deux versants percé d'une lucarne à pignon, les consoles supportant la corniche, la disposition régulière de ses ouvertures et la sobriété de son ornementation. Les murs mitoyens dotés de coupe-feu, les corbeaux en pierre de taille, le plan rectangulaire étroit et allongé, l'absence de recul par rapport à la rue sont, par ailleurs, des caractéristiques de la maison urbaine. L'architecte Charles Baillairgé (1826-1906) est l'auteur des plans, qui sont exécutés par le maître maçon Louis Fournier dit Larose, les menuisiers Simon et Charles Peters ainsi que le plâtrier Miles Cavanagh, qui réalise la décoration des plafonds. Seule des trois maisons de l'ensemble à avoir conservé ses caractéristiques stylistiques d'origine, la maison Joseph-Morrin est un bel exemple de maison urbaine de la seconde moitié du XIXe siècle.

La maison Joseph-Morrin présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec Charles Baillairgé. À la fois architecte, arpenteur et ingénieur, Baillairgé appartient à la quatrième génération de cette dynastie d'architectes et d'artistes de Québec. Il est le concepteur de près de 200 bâtiments, dont la majorité sont situés à Québec. On lui doit notamment le couvent et la chapelle du Bon-Pasteur, le pavillon central et le pensionnat des anciens bâtiments de l'Université Laval, l'ancienne prison de Québec sur les plaines d'Abraham ainsi que les kiosques de la terrasse Dufferin. Son oeuvre compte aussi, outre la maison Joseph-Morrin, plusieurs constructions résidentielles. Charles Baillairgé a beaucoup contribué au progrès des arts du bâtiment au Canada et à la diffusion des connaissances techniques. De son vivant, ses réalisations techniques, scientifiques et littéraires lui ont apporté la renommée, tant à l'échelle nationale qu'internationale.

La maison présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec le médecin et homme politique Joseph Morrin (1794-1861) et avec le musicien Ernest Gagnon (1834-1915). Joseph Morrin est un membre éminent du corps médical de la région de Québec. Chirurgien à l'Hôtel-Dieu, directeur de l'asile de Beauport, il est aussi le premier président de la Société médicale de Québec et de la faculté de médecine de l'Université Laval. Il figure également parmi les fondateurs du Collège des médecins et chirurgiens du Bas-Canada. À son décès, il lègue une somme importante pour la fondation du Morrin College. Entre 1855 et 1858, Morrin occupe la fonction de maire de la ville de Québec. Il est d'ailleurs le premier maire de l'histoire de la cité à être élu directement par la population. C'est pendant cette période qu'il fait construire cette résidence à des fins locatives. La maison aurait notamment été habitée par Ernest Gagnon, organiste, folkloriste, professeur, historien, homme de lettres et haut fonctionnaire, qui est passé à la postérité en raison de ses efforts pour sauvegarder le patrimoine musical québécois.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de la maison Joseph-Morrin liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- sa situation dans le site patrimonial du Vieux-Québec et dans le secteur du Quartier latin;
- l'absence de recul par rapport à la rue;
- ses caractéristiques rattachées à l'architecture d'inspiration néoclassique, dont le toit à deux versants droits percé d'une lucarne à pignon, les consoles supportant la corniche, la disposition régulière des ouvertures et la sobriété de l'ornementation comportant des linteaux de briques posées en soldat et des appuis de fenêtre en pierre de taille;
- ses caractéristiques rattachées à l'architecture urbaine, dont la mitoyenneté, le plan rectangulaire étroit et profond, l'élévation de deux étages et demi, les murs coupe-feu et les corbeaux en pierre de taille;
- ses matériaux, dont le parement des murs en brique à deux épaisseurs, les fondations en pierre de taille et la couverture en tôle à baguettes;
- la porte d'assemblage avec imposte;
- son décor intérieur, dont les murs lattés et plâtrés, les rosaces des plafonds et l'escalier d'origine.

Haut de la page

Informations historiques

En 1853, le médecin et homme politique Joseph Morrin (1794-1861) fait l'acquisition d'un terrain de forme trapézoïdale occupé par une maison et un hangar. En 1856, ces bâtiments sont démolis pour faire place à trois maisons en rangée construites à des fins locatives.

Morrin remplit alors la fonction de maire de la ville de Québec (1855-1858). Il est d'ailleurs le premier maire de la cité élu directement par la population. L'homme politique est également un membre éminent du corps médical de la région de Québec. Chirurgien à l'Hôtel-Dieu, directeur de l'asile de Beauport, il est le premier président de la Société médicale de Québec et de la faculté de médecine de l'Université Laval. Il figure, de plus, parmi les fondateurs du Collège des médecins et chirurgiens du Bas-Canada.

Les plans de ces maisons en rangée sont réalisés par l'architecte Charles Baillairgé (1826-1906), qui appartient à la quatrième génération de cette dynastie d'architectes et d'artistes de la ville de Québec. Ils sont exécutés par le maître maçon Louis Fournier dit Larose, les menuisiers Simon et Charles Peters ainsi que le plâtrier Miles Cavanagh, qui réalise la décoration des plafonds. Lors de leur construction, les maisons sont dotées, entre autres commodités, de toilettes à chasse d'eau et de l'éclairage au gaz.

En 1921, le comble de la maison centrale est transformé, ce qui brise définitivement l'unité de l'ensemble. La maison Joseph-Morrin, qui occupe la partie gauche, est la seule à avoir conservé ses caractéristiques stylistiques d'origine. Cette maison aurait notamment servi de résidence à Ernest Gagnon (1834-1915), organiste, folkloriste, professeur, historien, homme de lettres et haut fonctionnaire, qui est passé à la postérité en raison de ses efforts pour sauvegarder le patrimoine musical québécois.

En 1963, la maison Joseph-Morrin et son terrain sont classés.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Québec

Municipalité :

  • Québec

Arrondissement municipal :

  • La Cité

Adresse :

  • 14, rue Hébert

Latitude :

  • 46° 48' 56.221"

Longitude :

  • -71° 12' 19.885"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 212 675

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BOISSONNAULT, Charles-Marie. « Morrin, Joseph ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • CHABOT, Line. « Maison Audet ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 157.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • SMITH, Gordon E. « Gagnon, Ernest ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/FR/ShowBio.asp?BioId=41505

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013