Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Thomas-Whitehead

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison bleue

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Chambly

Date :

  • 1815 – 1816 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Événements associés (1)

Personnes associées (3)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

La maison Thomas-Whitehead est une résidence construite en 1815 et 1816 qui illustre la transition entre la maison d'inspiration française et celle d'inspiration britannique. L'habitation en bois de plan presque carré, à un étage et demi, est coiffée d'un toit à deux versants droits. Ses murs bleu tranchent avec l'environnement constitué d'une végétation abondante et variée, qui l'isole de l'agglomération. La maison Thomas-Whitehead est située à proximité de la rivière Richelieu, dans la ville de Chambly.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1985-10-15
 
Classement Situé dans un site patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2018-01-18

Statuts antérieurs

  • Avis d'intention de classement, 2017-01-11
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Thomas-Whitehead présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Ses composantes la situent à la rencontre de l'architecture résidentielle d'inspiration française et de l'influence anglaise qui se fait sentir au Québec au début du XIXe siècle. D'une part, elle illustre la maison rurale d'inspiration française par son élévation d'un étage et demi, sa charpente en pièce sur pièce assemblée en queue d'aronde, son soubassement peu dégagé en maçonnerie en pierre et son toit à deux versants droits couvert en bardeaux de cèdre. D'autre part, la disposition symétrique et régulière des ouvertures qui encadrent la porte centrale en façade, la répartition équilibrée des pièces autour d'un hall d'entrée, les fenêtres à guillotine et la charpente du toit composée de fermes simples assemblées à mi-bois témoignent de l'influence anglaise. Cette mixité est le fruit d'un compromis entre, d'une part, les exigences du propriétaire, Thomas Whitehead, et, d'autre part, le savoir et le savoir-faire des artisans qui exécutent le devis, soit le maître menuisier François Valade et le maître maçon Louis Duchatel.

La maison Thomas-Whitehead présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Construite pour Thomas Whitehead, commis à l'intendance de la caserne du fort Chambly et militaire de carrière, elle évoque le début du XIXe siècle, époque où Chambly était un véritable village militaire britannique. Entre 1812 et 1815, de nombreux employés de la caserne s'installent, à l'instar de Whitehead, en périphérie de leur lieu de travail. De fait, celui-ci aurait conçu le projet d'utiliser sa résidence comme maison de chambres. Érigée en 1815-1816, la maison Thomas-Whitehead, tout comme la maison John-Yule, est donc reliée à la présence de la garnison britannique à Chambly et constitue l'un des plus anciens bâtiments de cette ville.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de la maison Thomas-Whitehead liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation en périphérie du fort Chambly, face à la rivière Richelieu, sur un vaste terrain isolé par une végétation abondante comprenant des arbres d'essences variées;
- les éléments associés à l'architecture résidentielle d'inspiration française, dont le toit à deux versants droits couvert en bardeaux de cèdre, la charpente en pièce sur pièce assemblée en queue d'aronde, l'élévation d'un étage et demi, les cheminées massives en pierre dans chaque mur pignon et le soubassement peu dégagé en maçonnerie en pierre;
- les éléments associés à l'influence anglaise, dont la disposition symétrique et régulière des ouvertures encadrant la porte centrale à imposte en façade, la répartition équilibrée de quatre pièces autour d'un hall d'entrée comprenant un escalier, les fenêtres à guillotine à petits carreaux et la charpente du toit composée de fermes simples assemblées à mi-bois formant deux versants de pente moyenne;
- le revêtement extérieur de planches verticales bleu avec baguettes couvre-joints;
- les lucarnes à pignon, deux à l'avant et une à l'arrière;
- les foyers de la maison à manteau en pierre de taille et la double cheminée du mur pignon gauche comprenant deux foyers adossés, l'un donnant dans la maison et l'autre dans l'appentis;
- les deux appentis adossés aux murs pignons, celui du sud-est étant d'origine et ayant servi de cuisine;
- l'annexe.

Haut de la page

Informations historiques

Au début du XIXe siècle, Chambly se transforme en village militaire alors que les Britanniques occupent la ville. Entre 1812 et 1815, de nombreux employés de la caserne du fort Chambly s'installent en périphérie de leur lieu de travail. Parmi eux se trouve Thomas Whitehead, militaire de carrière et commis à l'intendance de la caserne. Conçue à l'origine pour servir de maison de chambres, la résidence de Whitehead a été construite en 1815-1816 par François Valade, maître menuisier, et Louis Duchatel, maître maçon.

En 1934, le peintre canadien Robert Wakeham Pilot (1898-1967) l'a représentée dans un tableau intitulé « La maison bleue, Chambly, P.Q. ». L'oeuvre a servi de modèle à ses propriétaires pour la restauration réalisée au cours des années 1980.

La maison Thomas Whitehead est classée en 1985.

Une annexe est ajoutée au corps de logis principal dans les années 1990.

Le site patrimonial de la Maison-Thomas-Whitehead est classé en 2018.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • La Vallée-du-Richelieu

Municipalité :

  • Chambly

Adresse :

  • 2592, avenue Bourgogne

Latitude :

  • 45° 26' 31.629"

Longitude :

  • -73° 15' 37.726"

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 346 499
  • Lot 2 662 153

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • Continuité. No 34 (1987).
  • GOBEIL-TRUDEAU, Madeleine. « La maison Thomas-Whitehead ». Continuité. No 34 (1987), p. 35-36.
  • NOPPEN, Luc. « Maison Thomas-Whitehead ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 299.
  • Société d'étude sur l'environnement bâti ARCA, inc. La maison Thomas-Whitehead : étude historique, analyse architecturale et évaluation patrimoniale. Montréal, Ministère des Affaires culturelles, 1983. 153 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013