Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Manoir Bleury-Bouthillier

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Manoir Bouthillier

Région administrative :

  • Laurentides

Municipalité :

  • Rosemère

Date :

  • 1883 – 1887 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Villas et maisons bourgeoises (domaine))

Éléments associés

Personnes associées (1)

Carte

Description

Le manoir Bleury-Bouthillier est une propriété bourgeoise aménagée à partir du milieu du XIXe siècle. Le site comprend une vaste résidence et ses dépendances intégrées au bâtiment. Construit de 1883 à 1887, le manoir en pierre présente un plan en « U » complété d'un corps de logis fermant partiellement la cour intérieure du côté sud. Un toit à deux versants droits percé de plusieurs lucarnes coiffe la structure. Des tours et tourelles circulaires ou polygonales complètent le bâtiment. Le terrain paysager est planté d'arbres matures. Il est implanté près de la rivière des Mille Îles, dans un secteur résidentiel de la ville de Rosemère.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique au terrain ainsi qu'à l'enveloppe extérieure de la résidence et des dépendances.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Rosemère) 1996-04-16
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le manoir Bleury-Bouthillier présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le manoir témoigne de l'engouement de l'élite québécoise pour les styles historiques, à la fin du XIXe siècle. De 1883 à 1887, Charles-Frontenac de Bouthillier (1844-1927), architecte, dessine les plans d'un vaste ensemble et le fait construire sur sa nouvelle propriété de Rosemère. L'édifice intègre une maison en pierre qui occupe déjà le site. Il se veut une réplique des bâtiments d'un domaine seigneurial que sa famille possédait en Normandie. La structure de plan en « U » est complétée par une tour polygonale massive à quatre niveaux et une résidence flanquée de deux autres tours, refermant partiellement la cour intérieure du côté sud. L'ensemble évoque les différentes composantes d'un domaine seigneurial français, dont l'étable, l'écurie, la grange et le donjon. L'emplacement de la chapelle est rappelé par l'abside en hémicycle de l'extrémité d'une aile. Plusieurs éléments architecturaux et ornementaux sont inspirés des châteaux français du Moyen Âge et de la Renaissance. Le bâtiment comporte notamment un corps de bâtiment de plan carré, coiffé d'un toit en pavillon, qui marque la partie centrale de l'aile nord. Le toit à deux versants droits couvrant la plus grande partie de l'ensemble est percé de plusieurs lucarnes. En outre, l'édifice est orné de tourelles circulaires en surplomb coiffées de toits en poivrière. Le manoir Bleury-Bouthillier constitue donc un bon exemple de l'emploi de formes architecturales issues de styles historiques, dans le but d'évoquer les origines des propriétaires.

Le manoir Bleury-Bouthillier présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Il témoigne de l'établissement de nombreux notables montréalais sur le territoire de Rosemère à partir du milieu du XIXe siècle. Les paysages marqués par la rivière des Mille Îles, les marais et les boisés giboyeux, et le caractère champêtre de l'endroit attirent les riches citadins. Ceux-ci y aménagent de vastes propriétés dans le secteur. Le manoir Bleury-Bouthillier est implanté en retrait de la voie publique, sur un terrain paysager planté d'arbres matures et à proximité de la rivière. Il rappelle les caractéristiques recherchées lors de la construction de nouvelles demeures à Rosemère à la fin du XIXe siècle.

Source : Ville de Rosemère, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du manoir Bleury-Bouthillier liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan en « U » complété par un corps de bâtiment fermant partiellement le côté sud, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants droits, la tour polygonale à quatre niveaux, la tour circulaire à quatre niveaux coiffée d'un toit conique, la tour polygonale à deux niveaux, le corps de bâtiment de plan carré à deux étages et demi coiffé d'un toit en pavillon du centre de l'aile nord, les avant-corps à pignon, l'abside en hémicycle de l'extrémité de l'aile est ainsi que les tourelles circulaires en surplomb surmontées de toits en poivrière;
- les matériaux, dont la maçonnerie en moellon, la couverture en tôle et la souche de cheminée en brique;
- les ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires de dimensions variées, les ouvertures rectangulaires très étroites, les portes à carreaux (certaines à baies latérales) et les lucarnes à pignon (certaines engagées);
- l'ornementation sobre, dont les chambranles;
- les murets de pierre perpendiculaires aux murs de l'édifice;
- l'implantation de la résidence en retrait de la voie publique, sur un terrain paysager planté d'arbres matures, près de la rivière des Mille Îles.

Haut de la page

Informations historiques

Le manoir Bleury-Bouthillier est la deuxième propriété construite sur cet emplacement. À partir du milieu du XIXe siècle, plusieurs notables montréalais s'installent sur le territoire de Rosemère. Les paysages marqués par la rivière des Mille Îles, les marais et les boisés giboyeux, et le caractère champêtre de l'endroit attirent les riches citadins. Ils y aménagent de vastes propriétés dans le secteur. Une première résidence est construite sur le site du manoir Bleury-Bouthillier vers 1850.

En 1883, Charles-Frontenac de Bouthillier (1844-1927) se porte acquéreur du domaine appartenant à John Ryan. Bouthillier, qui exerce la profession d'architecte, dessine les plans d'un vaste ensemble aussitôt érigé sur sa nouvelle propriété. L'édifice se veut une réplique des bâtiments d'un domaine seigneurial que sa famille possédait en Normandie. Le bâtiment évoque les différentes composantes d'un ensemble seigneurial français, notamment la chapelle, le donjon, l'étable, l'écurie et la grange. Il intègre la maison en pierre déjà présente sur le site. L'ensemble est terminé avant 1887. Cette année-là, Bouthillier quitte sa résidence montréalaise et s'installe définitivement à Rosemère. Il nomme son domaine en l'honneur d'un cousin, le seigneur de Bleury.

Le domaine appartient aux héritiers de la famille Bouthillier jusqu'en 1994. L'année suivante, l'édifice est transformé en restaurant-théâtre.

Le manoir Bleury-Bouthillier est constitué site du patrimoine en 1996. En 2006, la propriété est vendue à des promoteurs qui y aménagent 21 unités d'habitation mitoyennes. D'importants travaux sont effectués, notamment la solidification de la structure et le nettoyage des murs de pierre. La couverture est refaite en tôle. Ce bien est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Laurentides

MRC :

  • Thérèse-De Blainville

Municipalité :

  • Rosemère

Adresse :

  • 90, chemin de la Grande-Côte

Latitude :

  • 45° 37' 16.7"

Longitude :

  • -73° 48' 8.8"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Terrebonne Paroisse de Sainte-Thérèse-de-Blainville Absent 62-131

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • LAPIERRE, France. Rosemère: hier et aujourd'hui. Rosemère, s.n., 1983. 14 p.
  • OUIMET-LAMOTHE, Sophie. « La vie de manoir à Rosemère ». La Presse, 11 août 2008, s.p.
  • Ville de Rosemère. Politique culturelle de Rosemère : vers une politique culturelle. Rosemère, Ville de Rosemère, 2004. 21 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013