Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison George-Larouche

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Café Chez Gérard
  • Chez Gérard Soda Fountain
  • Hôtel Lévesque
  • Maison Euloge-Girard

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Date :

  • 1843 – (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Hôtels)
  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (2)

Plaques commémoratives associées (1)

Personnes associées (7)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

La maison George-Larouche est un ensemble composé de deux résidences urbaines construites au milieu du XIXe siècle, l'une d'inspiration néoclassique et l'autre d'inspiration Second Empire. Le bâtiment d'inspiration néoclassique, qui occupe un coin de rue, a été bâti en 1843. L'édifice en pierre, de plan rectangulaire à trois étages et demi, est coiffé d'un toit à croupes. Le bâtiment d'inspiration Second Empire a été construit vers 1845. L'édifice également en pierre présente un plan rectangulaire de quatre étages, incluant le toit mansardé percé d'oeils-de-boeuf. La façade étroite et crépie est percée de fenêtres en arc cintré et ornée d'une corniche à modillons. L'ensemble s'élève en bordure de la voie publique, dans la basse-ville de Québec, face à la gare du Palais.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La protection s'applique aussi au terrain. La maison George-Larouche est comprise dans le site patrimonial du Vieux-Québec. Un site inscrit à l'inventaire des sites archéologiques du Québec est associé au lieu.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1965-10-19
 
Déclaration Situé dans un site patrimonial Ministre de la Culture et des Communications

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité (Québec), 2016-12-09
    Prise d'effet : 2017-06-09
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison George-Larouche présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. La résidence du coin abrite durant plusieurs années des établissements hôteliers et de restauration, en raison de la proximité de la gare ferroviaire. L'hôtel Lévesque, qui accueille les voyageurs du North Shore Railway, occupe les lieux à partir de 1875. À une date indéterminée, le restaurant L'Aigle canadien y est ouvert. Le cabaretier Gérard Thibault (1917-2003) aménage son premier café dans le local voisin de ce commerce. Le restaurant cabaret Chez Gérard est créé en 1948. Grâce à des prestations de chansonniers célèbres, ce cabaret devient l'un des pivots du monde du spectacle de la capitale. S'y produisent, entre autres, Charles Trenet, Charles Aznavour, Gilbert Bécaud, Jacques Brel et Georges Brassens, ainsi que des artistes canadiens-français. En 1961, la Ville de Paris décerne un diplôme d'honneur et une médaille d'argent à Gérard Thibault pour sa contribution à la diffusion de la culture française. Le restaurant cabaret Chez Gérard, qui a permis le rayonnement de la chanson française au Québec, symbolise donc aujourd'hui l'ouverture du Québec sur la francophonie et illustre une page importante de la culture populaire québécoise du XXe siècle.

La maison George-Larouche présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Les deux bâtiments témoignent de l'architecture urbaine du XIXe siècle par leur style de même que par leur implantation. Le premier, construit en 1843, se rattache au courant néoclassique notamment par son volume rectangulaire en maçonnerie de pierre, son toit à croupes percé de lucarnes, la disposition régulière des fenêtres rectangulaires et sa corniche à modillons. Une porte cochère rappelle les écuries situées dans la cour arrière. Le second se rattache au style Second Empire. D'origine française, ce style apparaît sous le règne de l'empereur Napoléon III (1808-1873), notamment avec la construction du Nouveau Louvre (1852 à 1857). La résidence s'y rattache par son toit mansardé ainsi que par les éléments formels inspirés de l'architecture classique, tels que les fenêtres à arc surbaissé ornées d'une clef décorative ou de volutes, la grande lucarne surmontée d'un toit en pavillon tronqué, les oeils-de-boeuf et la corniche à modillons. Par leurs murs mitoyens et leur situation en bordure de la voie publique, les deux bâtiments qui composent la maison George-Larouche sont caractéristiques des maisons urbaines de leur époque. Par ailleurs, il s'agit de l'un des ensembles résidentiels les plus anciens qui subsistent dans le secteur.

La maison George-Larouche présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur archéologique. Située à proximité de l'ancien chantier naval du Roi, elle recelait notamment des vestiges archéologiques euroquébécois datant du Régime français, qui témoignent de l'ancienneté de l'occupation de cet emplacement.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison George-Larouche liés à ses valeurs historique, architecturale et archéologique comprennent, notamment :
- sa situation dans un milieu urbain dense, face à la gare ferroviaire, dans le secteur basse-ville du site patrimonial du Vieux-Québec;
- le site euroquébécois inscrit à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec;
- l'élévation en bordure de rue;
- les murs mitoyens coupe-feu;
- les caractéristiques de la maison d'inspiration néoclassique, dont le plan rectangulaire à trois étages et demi, le toit à croupes, la maçonnerie en pierre, la couverture en tôle à baguettes, les éléments architecturaux en bois, les portes en bois à vitrage inscrites dans une embrasure à arc surbaissé, les vitrines du rez-de-chaussée inscrites dans un arc surbaissé, la porte cochère, les fenêtres rectangulaires à grands carreaux, les lucarnes à croupe, chambranles et l'ornementation (notamment la corniche moulurée d'une section du rez-de-chaussée et la corniche à modillons);
- les caractéristiques de la maison d'inspiration Second Empire, dont le plan rectangulaire à quatre étages incluant le toit mansardé, la façade étroite, la grande lucarne surmontée d'un toit en pavillon tronqué, la maçonnerie en pierre, la couverture en tôle, les éléments architecturaux en bois, les vitrines surmontées d'une imposte, les fenêtres à arc brisé à battants et à grands carreaux, les ouvertures cintrées jumelées, les oeils-de-boeuf et l'ornementation, notamment les volutes, les clefs décoratives, la corniche à modillons, les consoles et les corbeaux.

Haut de la page

Informations historiques

La maison George-Larouche est un ensemble composé de deux résidences. La résidence d'inspiration néoclassique, qui occupe un coin de rue, est construite en 1843. Elle remplace un édifice incendié bâti en 1831 par le commerçant George Larouche. En 1845, le nouveau bâtiment est touché par l'incendie du faubourg Saint-Roch et subira des réparations. La maison change de propriétaire à cette époque. Un certain Simon Bédard l'acquiert et en est détenteur durant plusieurs années.

Le bâtiment d'inspiration Second Empire est construit en 1843, par le menuisier Charles Marier et le maçon Jean-Baptiste Diotte, pour l'armurier Félix Bidégaré. Il est la proie des flammes en 1845 et reconstruit. En 1881, la résidence est acquise par l'horloger-bijoutier Samuel Bédard. Elle demeure la propriété de sa famille pendant plusieurs années.

En 1875, l'hôtel Lévesque s'installe dans la résidence du coin. Situé devant la gare ferroviaire, il accueille les voyageurs du North Shore Railway. Le restaurant L'Aigle canadien occupe une partie du rez-de-chaussée au début des années 1930. Le cabaretier Gérard Thibault (1917-2003) y travaille. En 1938, Thibault achète le café Saint-Nicolas, adjacent à L'Aigle canadien, et le rebaptise « Café Chez Gérard ». Avec le temps, ce café s'agrandit et Gérard Thibault acquiert le restaurant de son ancien employeur, qui devient Chez Paul. Des ouvriers du quartier et des militaires en route pour l'Europe en constituent la clientèle principale.

En 1944, Thibault fusionne le café, un édifice ultérieurement renommé maison Simon-Bédard, et le restaurant pour créer le Chez Gérard Soda Fountain qui, en dépit de son nom, est spécialisé dans la cuisine française. Avec ce nouveau type de restaurant, il attire une clientèle qui ne fréquente habituellement pas le quartier de la gare, notamment des familles.

Le restaurant cabaret Chez Gérard est créé en 1948. Grâce à des prestations de chansonniers célèbres, ce cabaret devient l'un des pivots du monde du spectacle de la capitale. S'y produisent, entre autres, Charles Trenet, Charles Aznavour, Gilbert Bécaud, Jacques Brel et Georges Brassens, ainsi que des artistes canadiens-français. En 1961, la Ville de Paris décerne un diplôme d'honneur et une médaille d'argent à Gérard Thibault pour sa contribution à la diffusion de la culture française. Le restaurant cabaret Chez Gérard, qui a permis le rayonnement de la chanson française au Québec, symbolise donc aujourd'hui l'ouverture du Québec sur la francophonie et illustre une page importante de la culture populaire québécoise du XXe siècle.

La maison George-Larouche est classée en 1965. La popularité des cabarets décline au milieu des années 1970. En 1977, Gérard Thibault vend l'immeuble. L'année suivante, un incendie ravage la résidence du coin, tandis que la seconde subit peu de dommages. L'ensemble est restauré au tournant des années 1980. Il est par la même occasion transformé pour abriter des bureaux et des logements.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Québec

Municipalité :

  • Québec

Arrondissement municipal :

  • La Cité

Adresse :

  • 52, rue Saint-Nicolas
  • 353, rue Saint-Paul
  • 355, rue Saint-Paul
  • 359, rue Saint-Paul
  • 361, rue Saint-Paul

Latitude :

  • 46° 48' 58.807"

Longitude :

  • -71° 12' 48.251"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Québec Cité de Québec (quartier Saint-Pierre) Absent 4706-1
4706-2
4706-R03
4706-R04

Code Borden

CeEt-150      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BOIVIN-ALLAIRE, Émilia. « Gérard Thibault. Le roi du cabaret ». Cap-aux-Diamants. Vol. 4, no 4 (1989), p. 27-29.
  • BRAZEAU, Diane. « Le rôle de Gérard Thibault dans le divertissement populaire urbain à Québec ». Canadian Folklore Canadien. Vol. 16, no 1 (1994), p. 149-156.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • GOBEIL-TRUDEAU, Madeleine. « Maison Euloge-Girard ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 120.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013