Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Sherbrooke, John Coape

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né à Arnold, en Angleterre, en avril 1764, John Coape Sherbrooke est le fils de William Sherbrooke (Coape) et de Sarah Sherbrooke.

Sherbrooke joint les rangs de l'armée britannique en 1780. Il est promu lieutenant l'année suivante, puis capitaine en 1783. Il vient en Amérique une première fois alors qu'il est stationné à l'île du Cap-Breton de 1784 à 1786. Devenu lieutenant-colonel en 1794, il combat la France révolutionnaire à Ostende et en Flandres. Il est envoyé aux Indes en 1796 et participe à la guerre du Mysore trois ans plus tard. Malade, il retourne en Angleterre en 1800 et commande le 4th Batallion of Reserve à North Cross en 1803. Sherbrooke est promu major général en 1805 et combat la France en Sicile à la tête du Sicilian Regiment. Il participe à la campagne d'Espagne à titre de lieutenant-général en 1809.

Sherbrooke est nommé lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse en 1811. Durant son mandat, il doit assurer la défense de la colonie dans le contexte de la guerre de 1812 contre les États-Unis. Il émet également des proclamations visant à promouvoir la coopération commerciale et la neutralité militaire afin de protéger le commerce entre la Nouvelle-Écosse et les États voisins.

Nommé gouverneur en chef de l'Amérique du Nord britannique en 1816, Sherbrooke doit faire face aux tensions entre les membres du Parti canadien et les loyaux à la Chambre d'assemblée du Bas-Canada. Afin de resserrer les liens avec les francophones, il nomme Mgr Joseph-Octave Plessis, évêque catholique de Québec, au Conseil législatif en 1818. Il propose également un accommodement à la Chambre d'assemblée pour le vote des subsides. Il y voit une manière d'éliminer les dettes récurrentes de la colonie. Durant son court mandat, le gouverneur parvient à mettre en place un climat de conciliation entre les factions politiques et religieuses rivales, ce qui entraîne une période d'accalmie politique au Bas-Canada. Victime d'une crise de paralysie, Sherbrooke démissionne en 1818 et rentre en Angleterre peu après.

Il est décédé à Calverton, en Angleterre, le 14 février 1830. Il est inhumé à Oxton.

Il avait épousé, à Areley Kings, en Angleterre, en 1811, Katherine (Katherina) Pyndar.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BURROUGHS, Peter. « Sherbrooke, sir John Coape ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca
  • EVANS, David. « Sherbrooke, sir John Coape ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013