Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Prouville de Tracy, Alexandre de

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né vers 1596 à Amiens, en France, Alexandre de Prouville de Tracy est probablement le fils de Pierre de Prouville, sergent-major de la citadelle d'Amiens, et de Marie Bochart de Champigny.

Officier de l'armée française, Prouville de Tracy est capitaine des chevau-légers en 1632. De 1641 à 1649, dans la foulée de la guerre de Trente Ans, il prend part à plusieurs batailles en Allemagne où il commande d'abord un régiment avant d'être nommé commissaire général de l'armée du roi. En 1647, il est en charge des négociations en vue de la signature de l'armistice d'Ulm. Six ans plus tard, il est nommé lieutenant-général des armées du roi et sert en Guyenne, dans le sud-ouest de la France.

En 1663, Prouville de Tracy est choisi pour aller en Amérique représenter le vice-roi de Nouvelle-France, Godefroy, comte d'Estrades. L'année suivante, doté du titre de lieutenant-général des Antilles et de la Nouvelle-France, il débarque dans les Antilles avec quatre compagnies d'infanterie et parvient à prendre Cayenne, en Guyane, au nom de la France. L'année suivante, il se déplace vers le Canada avec ses troupes pour rejoindre le régiment de Carignan-Salières, venu pour éradiquer la menace iroquoise qui pèse sur la colonie.

Pendant ses premiers temps à Québec, Prouville de Tracy use de la préséance que lui confère sa position de représentant du vice-roi pour présider les réunions du Conseil souverain et régler certaines affaires d'État controversées, notamment une querelle au sujet de la perception de la dîme. En septembre 1666, après plusieurs vaines tentatives d'établir une paix durable avec les Iroquois, il participe à une expédition décisive avec le gouverneur Daniel de Rémy de Courcelle et le colonel du régiment de Carignan-Salières, le marquis Henri de Chastelard de Salières. Rassemblant une troupe composée de 600 soldats réguliers, de 600 miliciens et d'une centaine d'Amérindiens, il marche sur le territoire des Agniers. Détruisant des villages désertés par les Agniers avertis de l'approche de ses troupes, il ne remplit pas son objectif principal, soit une victoire décisive sur les Iroquois. Il arrive toutefois à faire la démonstration de la supériorité militaire française. Son passage en territoire agnier, combiné aux autres problèmes affligeant alors la société iroquoise, comme les épidémies de petite vérole et de scarlatine et les conflits avec d'autres peuples amérindiens, conduit, en juillet 1667, à la signature d'un traité paix. Il rentre en France environ un mois plus tard.

De retour en France, Prouville de Tracy est nommé commandant à Dunkerque, puis gouverneur du château Trompette à Bordeaux.

Il est décédé à Paris le 28 avril 1670.

Il s'était marié une première fois avant 1630; puis il avait épousé à Paris, en 1657, Louise de Fouilleuse, fille de Philippe de Fouilleuse et de Catherine Maignart.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • COURNOYER, Jean. La mémoire du Québec [En Ligne]. http://www.memoireduquebec.com/
  • LAMONTAGNE, Léopold. « Prouville de Tracy, Alexandre de ». Université Laval/University of Toronto. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca
  • MORIN, Maxime. « La Nouvelle-France, province royale ». Cap-aux-Diamants. No 114 (2013), p. 5-9.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013