Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Arrivée du régiment de Carignan-Salières en Nouvelle-France

Type :

Événement

Date :

  • 1665‑06‑19 – 1665‑09‑14

Période historique :

  • Le Régime français (1534 à 1760)

Thème commémoratif :

  • Défense

Éléments associés

Groupes associés (1)

Personnes associées (2)

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Désignation Événement historique Ministre de la Culture et des Communications 2015-06-19
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Le régiment de Carignan-Salières arrive en Nouvelle-France en 1665. La venue de ces hommes en armes permet de sécuriser les possessions françaises en Amérique du Nord et favorisera ultérieurement le peuplement de la colonie.

Au milieu du XVIIe siècle, les relations entre les Français et les Iroquois sont tendues. Les raids de ces derniers, particulièrement sur Ville-Marie (Montréal), compromettent le développement de la colonie. Pour défendre le territoire, la Compagnie des Cent-Associés entretient une petite troupe constituée en camp volant qui se déplace en fonction des nécessités. Cette force est toutefois insuffisante pour enrayer complètement la menace iroquoise.

En 1663, Louis XIV fait passer la Nouvelle-France sous son autorité directe en la dotant d'un gouvernement royal. Ayant été précédemment informé par les administrateurs coloniaux de la nécessité de pacifier les Iroquois pour stabiliser la colonie, il ordonne en 1664 l'envoi du régiment de Carignan-Salières en Nouvelle-France.

Le régiment de Carignan-Salières, commandé par le marquis Henri de Chastelard de Salières, est le résultat de la fusion, cinq ans plus tôt, du régiment de Salières avec le régiment d'Emmanuel-Philibert de Savoie, prince de Carignan. Parti de Marsal, en Lorraine, en janvier 1665, le régiment de Carignan-Salières, composé alors d'environ 1100 hommes, traverse la France à pied pour se rendre à La Rochelle. Peu avant l'embarquement, les compagnies sont réparties sur l'île d'Oléron et l'île de Ré. D'avril à mai 1665, les soldats sont embarqués sur sept navires et traversent l'Atlantique. Le premier contingent arrive à Québec le 19 juin et le dernier, le 14 septembre. Les soldats sont placés sous le commandement d'Alexandre de Prouville de Tracy, lieutenant-général des Antilles et de la Nouvelle-France, qui arrive des Antilles avec quatre de ses propres compagnies (environ 200 hommes), le 30 juin.

La première mission du régiment de Carignan-Salières en Nouvelle-France est de construire une série de forts le long de la rivière Richelieu pour verrouiller la route d'invasion des Iroquois. Les forts Saint-Louis, Richelieu et Sainte-Thérèse sont ainsi érigés à l'automne 1665 et les soldats sont répartis dans ces forts et à Québec, Montréal et Trois-Rivières.

En 1666, le régiment mène deux offensives contre les Iroquois. Au cours de l'hiver, 500 à 600 soldats, volontaires et alliés amérindiens se rendent dans le territoire iroquois, sans toutefois causer de dégâts importants. Les pertes de l'expédition sont non négligeables : une soixantaine d'hommes périssent du froid et du manque de vivres. Cette démonstration de force amène toutefois quelques nations iroquoises à conclure une paix. À l'automne, une seconde expédition permet à 600 soldats du régiment, accompagnés de volontaires et d'Amérindiens, d'atteindre les villages des Agniers. Avertis de l'arrivée des troupes françaises, ceux-ci désertent leurs villages, que les soldats incendient. Sans remporter une victoire décisive sur les Iroquois, Tracy arrive toutefois à démontrer la supériorité militaire française. Cette attaque, combinée aux épidémies de petite vérole et de scarlatine conduisent les Agniers à une paix avec les Français en 1667.

Le régiment de Carignan-Salières est rappelé en France en 1668. Désireux de promouvoir le peuplement de la colonie, le roi offre des terres aux soldats et officiers qui souhaitent s'y établir. Ils sont près de 400 à être démobilisés et à profiter de cette opportunité. De ce nombre, 283 se marient dans les années subséquentes, notamment avec des Filles du roi.

En s'établissant au pays, les soldats du régiment de Carignan-Salières ont contribué de manière importante au développement de la Nouvelle-France. Ils comptent de nos jours de nombreux descendants au Québec et en Amérique du Nord et ont laissé une marque durable dans la toponymie.

Cet événement a été désigné par la ministre de la Culture et des Communications le 19 juin 2015.

Haut de la page

Intérêt patrimonial

Cet événement historique est désigné pour les motifs suivants:

Le régiment de Carignan-Salières arrive en Nouvelle-France en 1665 sur l'ordre de Louis XIV. Placé sous le commandement d'Alexandre de Prouville de Tracy, le régiment sécurise les possessions françaises en Amérique du Nord en construisant des fortifications et en menant deux expéditions militaires contre les Iroquois. En 1667, une paix est signée et le régiment est rappelé en France. Environ 400 soldats choisissent toutefois de s'établir dans la colonie en échange de terres et de nourriture. Plus de la moitié de ces hommes se marient, notamment à des Filles du roi, et comptent de nos jours de nombreux descendants au Québec et en Amérique du Nord. Devenus seigneurs et habitants, ces soldats ont ainsi contribué de manière importante au développement de la Nouvelle-France.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BLAIS, Christian, Gilles GALLICHAN, Frédéric LEMIEUX et Jocelyn SAINT-PIERRE. Québec: quatre siècles d'une capitale. Québec, Assemblée nationale du Québec - Les Publications du Québec, 2008. 692 p.
  • DESROSIERS, Léo-Paul. Iroquoisie. Vol. 2. Sillery, Septentrion, 1998. 341 p.
  • DESROSIERS, Léo-Paul. Iroquoisie. Vol. 3. Sillery, Septentrion, 1999. 347 p.
  • DICKINSON, John Alexander et Brian YOUNG. Brève histoire socio-économique du Québec. Sillery, Septentrion, 2003. 452 p.
  • Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En Ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • LACOURSIÈRE, Jacques, Jean PROVENCHER et Denis VAUGEOIS. Canada-Québec: synthèse historique, 1534-2000. Québec, Éditions du Septentrion, 2001. 591 p.
  • LAMONTAGNE, Léopold. « Prouville de Tracy, Alexandre de ». Université Laval/University of Toronto. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca
  • LANGLOIS, Michel. « Le régiment de Carignan-Salières : des forces pour la paix, des bras pour la colonisation ». Cap-aux-Diamants. No 23 (1990), p. 62-65.
  • MORTON, Desmond. Une histoire militaire du Canada, 1608-1991. Sillery, Les Éditions du Septentrion, 1992. 414 p.
  • TRUDEL, Marcel. Initiation à la Nouvelle-France. Montréal, Holt Rinehart and Winston, 1968. 323 p.
  • VERNEY, Jack. The good regiment : the Carignan-Salières Regiment in Canada, 1665-1668. Montréal, McGill-Queen's University Press, 1991. 222 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013