Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Statue (L'éducation de la Vierge)

Type :

Patrimoine mobilier (Oeuvre d'art / Ethno-historique)

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Date :

  • vers 1890 –  (Production)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Personnes associées (1)

Description

« L'éducation de la Vierge » est une sculpture en ronde bosse réalisée vers 1890. L'oeuvre en bois doré représente sainte Anne enseignant les commandements à Marie, encore enfant. Sainte Anne est représentée debout, vêtue d'une robe et d'un manteau; sa tête, penchée vers l'enfant, est couverte d'un voile. Elle tient un livre ouvert dans sa main droite et pointe les chiffres de 1 à 10 de son index gauche. Marie, tournée d'un quart de tour par rapport au personnage adulte, est aussi représentée debout; son regard est dirigé vers les Écritures et ses bras sont croisés sur sa poitrine, retenant un manteau drapé. Ses longs cheveux ondulés sont couronnés de roses. La sculpture comporte une base circulaire.

Ce bien est classé objet patrimonial. Il est associé à l'église de Saint-Étienne, classée immeuble patrimonial.

Matériaux :

  • Bois

Technique de fabrication :

  • Doré

Représentation iconographique :

  • Éducation de la Vierge

Sujet :

  • Figure

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Objet patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2017-05-11

Statuts antérieurs

  • Avis d'intention de classement, 2016-06-19
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

« L'éducation de la Vierge » présente un intérêt patrimonial pour sa valeur artistique. La sculpture est réalisée en 1890 par Louis Jobin (1845-1928). Ce dernier compte parmi les statuaires québécois les plus réputés du tournant du XXe siècle. Il est d'abord formé à Québec auprès de son oncle, sculpteur sur bois dans les chantiers navals, puis il entre à l'atelier de François-Xavier Berlinguet (1830-1916), sculpteur, architecte et entrepreneur. Jobin séjourne ensuite à New York, où il perfectionne ses techniques pour la production d'enseignes de commerce et de figures de proue. Bien qu'il ait créé plusieurs oeuvres profanes au début de sa carrière, il est surtout connu pour sa production religieuse, une spécialité qu'il choisit notamment en raison du déclin de la sculpture navale. Malgré la concurrence de plus en plus forte des grands ateliers de sculpture mécanisés et des entreprises se spécialisant dans la statuaire religieuse moulée, Jobin continue d'obtenir un grand nombre de commandes majeures grâce à sa capacité à s'adapter aux goûts et aux exigences des clients. Ses ¿uvres sont aussi prisées pour leur rendu réaliste. « L'éducation de la Vierge » constitue un exemple représentatif de la production religieuse du sculpteur, notamment par le rendu réaliste de la physionomie des personnages et du drapé des vêtements. Jobin représente sainte Anne dans la position dite « en contrapposto », c'est-à-dire un déhanchement où le poids du corps est déporté sur une seule jambe, rendant l'oeuvre plus naturelle. Jobin a également intégré harmonieusement à sa sculpture les éléments permettant de comprendre la scène et de reconnaître les personnages : par exemple, l'index pointant vers une page du livre ouvert où sont évoqués les Commandements par des chiffres romains de 1 à 10 et la couronne de roses associée à la jeune Marie. La statue « L'éducation de la Vierge » constitue ainsi un témoin important de la statuaire religieuse de la fin du XIXe siècle et elle est un exemple représentatif de la production de Louis Jobin.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2017.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la statue L'éducation de la Vierge liés à sa valeur artistique comprennent, notamment :
- son volume composé de deux personnages placés perpendiculairement et reposant sur une base circulaire;
- le matériau, soit le bois peint;
- la position du personnage le plus grand, se tenant debout « en contrapposto », la tête penchée vers l'avant et le regard dirigé vers le bas, sa main droite portant un livre et son index gauche pointant vers celui-ci;
- la position du personnage le plus petit représentant une jeune fille aux longs cheveux ondulés, avec les bras croisés sur la poitrine et retenant son manteau;
- la représentation réaliste de la physionomie, des expressions faciales et du drapé des vêtements;
- les objets et attributs permettant de comprendre la scène ou d'identifier les personnages, comme le livre ouvert présentant les chiffres romains de 1 à 10 et la couronne de roses portée par la jeune fille.

Haut de la page

Informations historiques

« L'éducation de la Vierge » est une sculpture réalisée vers 1890 par Louis Jobin (1845-1928). Ce dernier compte parmi les statuaires québécois les plus réputés du tournant du XXe siècle. Il est d'abord formé à Québec auprès de son oncle, sculpteur sur bois dans les chantiers navals, puis il entre à l'atelier de François-Xavier Berlinguet (1830-1916), sculpteur, architecte et entrepreneur. Jobin séjourne ensuite à New York, où il perfectionne ses techniques pour la production d'enseignes de commerce et de figures de proue.

Bien qu'il ait créé plusieurs oeuvres profanes au début de sa carrière, Jobin est surtout connu pour sa production religieuse, une spécialité qu'il choisit notamment en raison du déclin de la sculpture navale. Malgré la concurrence de plus en plus forte des grands ateliers de sculpture mécanisés et des entreprises se spécialisant dans la statuaire religieuse moulée, l'artiste continue d'obtenir un grand nombre de commandes grâce à sa capacité à s'adapter aux goûts et aux exigences des clients. Ses ¿uvres sont aussi prisées pour leur rendu réaliste.

La sculpture représentant l'éducation de la Vierge aurait été produite pour orner l'une des chapelles de procession de Beaumont, mais elle est aujourd'hui placée dans la nef de l'église paroissiale.

« L'éducation de la Vierge » est classée en 2017, en même temps que plusieurs autres objets patrimoniaux conservés dans l'église de Saint-Étienne; le lieu de culte est classé au même moment.

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013