Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Mine Bell

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Thetford Mines

Date :

  • 1877 – (Ouverture)
  • 1878 – 2007 (Production)

Thématique :

  • Patrimoine industriel

Usage :

  • Production et extraction de richesses naturelles (Extraction minière: minéraux non métalliques)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Événements associés (2)

Personnes associées (2)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

La découverte de l'amiante en 1876, a entraîné une véritable ruée vers l'or blanc dans la MRC des Appalaches. Rapidement, les meilleures terres ont été acquises par des promoteurs miniers. La mine Bell fait partie des premières mines d'amiante ouvertes dans la région de Thetford Mines. Elle a été exploitée à partir de 1878 par différentes compagnies dont la Bell Asbestos Mines ltd. en 1936, la Société nationale de l'amiante en 1980, et enfin la société en commandite LAB Chrysotile (1986 à 2008). En 1992, elle a été acquise par la société d'exploration minière Mazarin, mais LAB Chrysotile a poursuivi l'exploitation.

Fermé depuis 2008, le site de la mine Bell comprend encore tous les bâtiments nécessaires à son opération. On retrouve notamment l'ancien chevalement, construit en 1939, et le nouveau, situé plus au nord, construit en 1972. À côté du nouveau chevalement, se trouve la réserve de pierre humide. Ce bâtiment à la forme d'un prisme triangulaire, ayant une capacité de 32 000 tonnes métriques, est situé sur un talus. L'entreposage du minerai à l'état humide fournit une assurance très efficace contre les arrêts accidentels ou imprévus des opérations minières ou de traitement du minerai. Ce bâtiment est relié au séchoir par un convoyeur.

Le moulin est l'un des plus gros bâtiments du site. À la fin des années 70, il est agrandi d'un nouveau bâtiment de six étages qui permet d'introduire les équipements nécessaires à l'amélioration du rendement et de l'environnement de travail. Ce nouveau bâtiment est situé à l'ouest de la partie la plus ancienne et se caractérise par ses rangées de fenêtres horizontales recouvertes de panneaux verts. De plus, un atelier bien équipé attenant à cette nouvelle annexe du moulin renferme tous les services mécaniques, électriques et analogues. Le moulin est aussi relié par un convoyeur vers une trémie qui lui permet de disposer de ses résidus miniers. Les résidus sont ensuite chargés dans un camion-remorque, qui les achemine aux haldes de résidus miniers.

L'ancien chevalement se trouve à l'entrée du site. À côté de celui-ci se trouve le bâtiment regroupant le vestiaire des mineurs, les bureaux et la salle à manger. On retrouve aussi la réserve de sable pour la fabrication du béton afin de solidifier les souterrains. Celle-ci a une forme semi-cylindrique et est recouverte de tôle. À l'entrée du site, l'accueil fait face au vieux garage de camions.

L'atelier de gobage, construit vers 1895, est l'un des plus vieux bâtiments du site. Le gobage consistait à séparer manuellement la fibre d'amiante de la roche avec un marteau. À l'époque, ce travail était effectué par des femmes et des enfants. La plupart des autres bâtiments présents sur le site datent des années 50. Le site détient d'autres bâtiments, dont deux énormes entrepôts qui sont situés de l'autre côté de la rue Caouette. Presque tous les bâtiments du site sont recouverts en panneau d'amiante-ciment.

La configuration actuelle du site de la mine Bell est influencée par sa proximité avec les mines Johnson, Beaver et King. Jusqu'en 1948, elle partage le même puits d'extraction que ces dernières. Un mur séparait d'ailleurs l'exploitation de la mine Bell de celle de la mine Johnson. Quant à la mine King sa plus grande profondeur suffisait à la séparer des autres. Les dangers de l'exploitation conjointe du même site par plusieurs exploitants ont motivé les mines Beaver, King et Johnson à démarrer très tôt l'exploitation souterraine. La mine Bell a, quant à elle, commencé à expérimenter ce type d'exploitation en 1906.

À noter que depuis 2010, le site de l'ancienne mine King fait l'objet d'un projet de mise en valeur qui prévoit que ses bâtiments deviennent un centre interprétatif. Dans le cadre de ce projet, l'atelier de gobage de la mine Bell y sera installé et aménagé. Il s'agit du seul bâtiment témoignant de l'époque où la séparation de l'amiante se faisait à la main.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

En 1878, Robert Grant Ward, fondateur de la Ward Brothers Company, vend pour 4000 $, 100 acres de son terrain, situé sur le lot 27, rang V, du canton de Thetford à l'Asbestos Packing Company qui devient plus tard la Boston Asbestos Packing Company. Ensuite, en 1888, la compagnie de Boston vend sa propriété à la Bell Asbestos Company de Londres. Fondée par John Bell, cette compagnie est capitalisée à 250 000 $.

Dès son arrivée dans la région, cette compagnie devient une innovatrice de premier ordre et concourt à améliorer les techniques en usage. À titre d'exemple, dès 1890, ses foreuses et ses treuils sont actionnés à la vapeur. En 1893, sous l'impulsion de George R. Smith, elle construit le premier véritable moulin destiné à l'exploitation de l'amiante profitant en cela des expériences entreprises à Black Lake en 1888. Ce moulin permet l'extraction des fibres courtes laissées de côté par le triage manuel. Une partie des haldes est ainsi revalorisée. Et en 1906, elle amène dans la région la première pelle mécanique pour enlever le mort-terrain. Cette même année, au début de l'hiver, certains employés-clés sont retenus à la mine afin d'y percer des galeries à la recherche de fibre brute pouvant être mise sur le marché immédiatement. Coïncidence heureuse, ces galeries aident à reconnaître l'étendue du massif de minerai. C'est pourquoi de 1906 à 1951, la compagnie opère en surface et sous-terre. En 1951, toute la production de la mine provient de l'extraction souterraine. La technique d'exploitation utilisée est le procédé d'affaissement par blocs, développé par la mine King. De 1939 à 1958, l'utilisation de cette méthode entraîne une augmentation considérable du personnel. La proximité physique des mines Bell, Beaver et King, de même que la forme du gisement encourage la mise en place de méthodes d'exploitation souterraine. Avantage supplémentaire : cette technique permet d'opérer la mine toute l'année. Au début de l'exploitation souterraine, l'équipement de roulage utilisé consiste en quelques wagons à bascule de dix pieds cubes, fabriqués à l'atelier de menuiserie de la mine. Avant l'arrivée des locomotives, ces wagons sont poussés par des hommes sur une voie ferrée de 45 centimètres.

En 1906, elle devient propriété de Keasbey and Mattison Company d'Ambler en Pennsylvanie jusqu'en 1934 où elle passe aux mains de Turner and Newall ltd. de Manchester, Angleterre. Cette compagnie fonde en 1936, la Bell Asbestos Mines, compagnie à charte québécoise avec siège social situé à Thetford Mines. Turner and Newall Co. demeure propriétaire de cette mine jusqu'au 19 mai 1980. À cette date, la compagnie fonctionne sous le nom "Les mines d'amiante Bell Limitée" et est vendue à la Société nationale de l'amiante (SNA) une société du gouvernement du Québec. En 1992, après avoir subit de lourdes pertes financières, le gouvernement libéral privatise les parts des compagnies d'amiante appartenant à la SNA. La Société vend alors ses filiales Atlas Turner, Société Asbestos et Les mines d'amiante Bell, à la société d'exploration minière Mazarin.

La longévité de la mine Bell, exploitée entre 1878 et 2008, témoigne du succès de ses méthodes et de l'efficacité de son équipement. Sous la gérance de George R. Smith, la compagnie passe, très heureusement, à travers les obstacles qui se sont présentés dès les premiers jours, lorsque les méthodes difficiles du triage et du traitement à la main étaient en usage. L'histoire de la compagnie d'amiante Bell et celle de la famille Smith sont étroitement liées; de 1892 à 1972, la présidence de la compagnie fut continuellement occupée par un membre de la famille de George R. Smith.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Les Appalaches

Municipalité :

  • Thetford Mines

Adresse :

  • rue Notre-Dame Ouest

Latitude :

  • 46° 5' 9.68"

Longitude :

  • -71° 18' 29.1"

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • GAUDARD, Serge. Voyage au coeur des Appalaches : guide des curiosités minérales de la MRC de l'Amiante. Thetford Mines, Musée minéralogique et minier de Thetford Mines, 1993. 178 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013