Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Gare de Calumet

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Laurentides

Municipalité :

  • Grenville-sur-la-Rouge

Date :

  • 1877 – (Construction)

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Gares et autres structures ferroviaires)

Éléments associés

Groupes associés (2)

Carte

Description

La gare de Calumet est une gare ferroviaire érigée en 1877. Le bâtiment en bois, de plan rectangulaire allongé à un étage, est coiffé d'un toit à deux versants droits se prolongeant au-delà des murs. Les avant-toits sont supportés par de larges consoles. L'une des façades comporte une baie en saillie excentrée surmontée d'une lucarne-pignon. La gare de Calumet est située sur un terrain dégagé, au relief peu accusé, en bordure d'un chemin de fer et en retrait de la voie publique dans l'arrondissement de Calumet de la municipalité de Grenville-sur-la-Rouge.

Ce bien est cité immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Grenville-sur-la-Rouge) 2011-03-08
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La gare de Calumet présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le bâtiment témoigne de l'importance du chemin de fer dans le développement économique et démographique de l'ancien village de Calumet. Dans les années 1870, un projet est lancé pour relier Québec et Ottawa par un chemin de fer. La voie ferrée, située sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent, est nommée Quebec, Montreal, Ottawa and Occidental Railway (Q.M.O. and O.). Elle atteint la région des Laurentides en 1876. L'année suivante, une gare est construite à près d'un kilomètre du lieu-dit de Calumet. En 1882, la compagnie du chemin de fer Canadien du Pacifique fait l'acquisition de la partie ouest de la Q.M.O. and O., incluant la gare de Calumet. L'arrivée du train marque le début d'une véritable croissance pour cette localité qui était jusqu'alors un établissement isolé et peu peuplé. De nombreux passagers transitent par la gare de Calumet pour se rendre à Caledonia Springs en Ontario, une importante station thermale au XIXe siècle. Un restaurant aménagé dans la gare permet également d'accueillir les voyageurs pendant le ravitaillement du train. La présence du transport ferroviaire incite plusieurs industries à s'établir dans la localité, notamment des scieries et des usines de magnésite. L'emplacement de la gare influence aussi le développement du noyau villageois de Calumet. Des commerces, des hôtels, des résidences et des bâtiments institutionnels sont érigés dans le secteur de la gare à partir de la fin du XIXe siècle. À la suite de cette importante période de croissance, le village de Calumet est officiellement créé en 1918. La gare de Calumet rappelle ainsi le rôle central du chemin de fer dans l'essor du village, qui est aujourd'hui intégré à la municipalité de Grenville-sur-la-Rouge.

La gare de Calumet présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le bâtiment est représentatif d'un modèle de gare construit à la fin du XIXe siècle pour les petites municipalités québécoises. Ce type de bâtiment en bois, regroupant sous un même toit une salle d'attente et un entrepôt pour la marchandise, a été largement employé par la Quebec, Montreal, Ottawa and Occidental Railway (Q.M.O. and O.). Ce modèle se caractérise par un plan rectangulaire, un toit à deux versants droits, des avant-toits débordants servant à protéger les passagers des intempéries, ainsi que par la présence d'une ou deux lucarnes-pignons qui sont placées au dessus de baies en saillie permettant au chef de gare de surveiller la voie ferrée. C'est également à cet endroit que se trouve habituellement le bureau du télégraphiste. La gare de Calumet illustre ce modèle de gare simple, notamment par son plan rectangulaire allongé, son élévation d'un étage, son toit à deux versants droits, ses avant-toits supportés par des consoles et sa lucarne-pignon excentrée. Un sémaphore, dispositif servant à indiquer aux trains si la voie est libre, est également fixé en haut de la lucarne-pignon. La gare de Calumet constitue ainsi un bon exemple de l'architecture ferroviaire de la fin du XIXe siècle.

Source : Municipalité de Grenville-sur-la-Rouge, 2011.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de la gare de Calumet liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation en bordure de la voie ferrée, en retrait de la voie publique, sur un terrain dégagé au relief peu accusé dans l'arrondissement de Calumet;
- son volume, dont le plan rectangulaire allongé, l'élévation d'un étage, le toit à deux versants droits aux avant-toits débordants, ainsi que la baie en saillie surmontée d'une lucarne-pignon;
- les matériaux, dont le parement en planches horizontales ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois;
- les ouvertures, dont les portes surmontées d'imposte vitrée (une à panneaux à double vantail) et les fenêtres rectangulaires;
- l'ornementation sobre, dont les consoles, les planches cornières et les chambranles;
- les souches de cheminée en brique;
- le sémaphore.

Haut de la page

Informations historiques

La gare de Calumet est située sur le territoire du canton de Grenville proclamé en 1808. Le secteur correspondant à l'actuel arrondissement de Calumet est probablement peuplé à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle. Au début des années 1870, l'établissement se compose d'une scierie et de quelques habitations situées au confluent des rivières du Calumet et des Outaouais.

À la même époque, la construction d'une voie ferrée reliant Québec et Ottawa commence sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent. La Quebec, Montreal, Ottawa and Occidental Railway (Q.M.O. and O.) rejoint la région des Laurentides en 1876. L'année suivante, une gare est érigée à près d'un kilomètre du lieu-dit de Calumet. En 1882, la compagnie du chemin de fer Canadien du Pacifique (CP) fait l'acquisition de la partie ouest de la Q.M.O. and O., incluant la gare de Calumet.

L'arrivée du chemin de fer favorise grandement le développement économique et démographique de la localité. L'endroit, qui était isolé et peu peuplé, devient un carrefour touristique important. De nombreux passagers transitent par la gare de Calumet pour se rendre à Caledonia Springs en Ontario, une importante station thermale au XIXe siècle. Un restaurant aménagé dans la gare permet également d'accueillir les voyageurs pendant le ravitaillement du train. La présence du transport ferroviaire incite d'autres industries à s'établir dans la localité, dont une nouvelle scierie (1888) et une usine de magnésite (1907). L'emplacement de la gare influence aussi le développement du noyau villageois de Calumet. Des commerces, des hôtels, des résidences et des bâtiments institutionnels sont érigés dans le secteur de la gare à partir de la fin du XIXe siècle. À la suite de cette importante période de croissance, le village de Calumet est officiellement créé en 1918.

Le développement et l'amélioration du réseau routier québécois dans les années 1960 et 1970 provoquent une diminution importante de l'utilisation des chemins de fer. La gare de Calumet est fermée en 1981, et le bâtiment est ensuite abandonné. En 1997, le CP se départit de l'axe ferroviaire entre Québec et Ottawa.

La gare de Calumet est citée en 2011.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Laurentides

MRC :

  • Argenteuil

Municipalité :

  • Grenville-sur-la-Rouge

Arrondissement municipal :

  • Calumet

Adresse :

  • 466, rue Principale

Lieux-dits :

  • Calumet

Latitude :

  • 45° 38' 56.0"

Longitude :

  • -74° 38' 28.6"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Argenteuil Canton de Grenville Absent P-28

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • LABELLE, Robert. Histoire de Calumet. s.l. s.n., 1981. s.p.
  • RUEL, Andrée et Barbara SALOMON DE FRIEDBERG. Les gares de chemins de fer au Québec. Analyse typologique et sélection. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1982. 191 p.
  • s.a. Grenville: 1876-1976. s.l. s.n., 1976. 192 p.
  • s.a. Rapports sur les gares ferroviaires du Québec. Vol. 1. s.l. Commission des lieux et monuments historiques du Canada, 1995. s.p.
  • s.a. Tourist's Guide/Guide du touriste : Quebec & Ottawa via Q.M.O. & O. Montréal, L.W.T. Frechet & Co, 1879. 176 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013