Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Bouthillier

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Saint-Jean-sur-Richelieu

Date :

  • après 1841 – avant 1859 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (3)

Images

Carte

Description

La maison Bouthillier est une résidence bourgeoise construite entre 1846 et 1857 et modifiée à la fin du XIXe siècle. Le bâtiment en brique présente un plan rectangulaire et une élévation d'un étage et demi. Il est coiffé d'un toit à deux versants droits complété par une large lucarne brisée. Une galerie couverte longe la façade. Elle est surmontée d'un balcon couvert par un toit à l'impériale. La maison Bouthillier est implantée en bordure de la voie publique, sur un terrain au relief peu accusé situé dans un secteur institutionnel de la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Jean-sur-Richelieu) 2010-09-07
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Bouthillier présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Cette résidence construite entre 1841 et 1859 est adaptée au goût du jour à la fin du XIXe siècle. La résidence, d'inspiration néoclassique à l'origine, conserve certains éléments associés à ce courant tels que son plan rectangulaire, son toit à deux versants droits percé de lucarnes à pignon, la disposition symétrique des ouvertures et les retours de corniche. Les modifications qui lui sont apportées témoignent quant à elles de l'influence de l'éclectisme sur l'architecture résidentielle québécoise de la seconde moitié du XIXe siècle. L'éclectisme est un assemblage d'éléments architecturaux et ornementaux puisés dans les divers styles historiques et associés plus librement, dans une recherche de monumentalité et d'effets visuels nouveaux. La maison Bouthillier est représentative de ce courant par sa grande lucarne brisée et sa galerie couverte surmontée d'un balcon coiffé d'un toit à l'impériale. L'ornementation abondante, composée notamment de bardeaux décoratifs en pointe et en écaille, de corniches ornées de consoles et de modillons ainsi que de garde-corps, de supports et d'appliques menuisés, est également caractéristique de ce type architectural. La maison Bouthillier témoigne ainsi de l'évolution des goûts en matière d'architecture résidentielle au cours du XIXe siècle.

La maison Bouthillier présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec des personnalités marquantes de l'histoire de la municipalité. Plusieurs maires de Saint-Jean ont vécu à cet endroit. Entre 1841 et 1859, l'avocat Joseph Delagrave (1814-1881) fait ériger, dans le secteur institutionnel de la localité, la demeure aujourd'hui connue sous le nom de maison Bouthillier. Delagrave est élu maire de Saint-Jean en février 1854. Il occupe ce poste jusqu'en janvier 1858. Il est également maire de janvier 1859 à janvier 1860. Théophile Arpin (1825-1877), maire de 1873 à 1875, fait l'acquisition de la résidence le 5 février 1873. En 1913, le docteur Alexis Bouthillier (1870-1940) acquiert la propriété. Il est élu maire en 1919, poste qu'il conserve jusqu'en 1923. Membre du Parti libéral, il est également député de l'Assemblée législative du Québec pour la circonscription de Saint-Jean de 1919 à son décès. La maison Bouthillier est donc liée à des personnages ayant joué un rôle important dans l'histoire politique municipale et régionale.

La maison Bouthillier présente en outre un intérêt historique reposant sur son implantation. Le bâtiment est situé en bordure de la voie publique dans un secteur qui constituait autrefois le quartier bourgeois de la ville. Plusieurs résidences cossues sont érigées dans la deuxième moitié du XIXe siècle dans ce secteur institutionnel alors composé de l'église Saint-Jean-l'Évangéliste, devenue cathédrale, et d'un couvent. Un marché, un palais de justice, un hôpital, une caserne et un bureau de poste y sont aussi construits dans les années suivantes. Transformée en résidence pour infirmières en 1932, la maison Bouthillier constitue une composante importante de ce secteur institutionnel, aménagé dans un quartier prisé.

Source : Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu, 2011.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Bouthillier liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants droits, la grande lucarne brisée, la galerie couverte et le balcon coiffé d'un toit à l'impériale;
- les matériaux, dont le soubassement en pierre, le parement en brique, le parement en bardeaux de bois, la couverture en tôle à la canadienne ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois;
- les ouvertures, dont leur disposition symétrique, la porte surmontée d'une imposte vitrée, la porte à carreaux, les fenêtres rectangulaires à guillotine, les fenêtres à arc surbaissé, les grandes fenêtres à trois baies inscrites dans un arc surbaissé et les lucarnes à pignon;
- l'ornementation, dont le bardeau décoratif en pointe et en écaille, les corniches à modillons (une aussi ornée de consoles), les retours de corniche, les supports menuisés, les garde-corps, les consoles en forme de têtes d'aigle supportant le balcon, les appliques menuisées, les chambranles, les appuis, les plates-bandes et le mât;
- la souche de cheminée en brique;
- sa situation en bordure de la voie publique, dans le noyau villageois du secteur Saint-Jean;
- sa localisation dans un secteur institutionnel.

Haut de la page

Informations historiques

La maison Bouthillier se situe dans le secteur Saint-Jean de l'actuelle ville de Saint-Jean-sur-Richelieu. La localité, dont les origines remontent au XVIIe siècle, connaît une grande période de prospérité économique au cours du XIXe siècle. L'inauguration du premier chemin de fer public canadien, le Champlain and Saint Lawrence Railroad (1836), et l'ouverture du canal Chambly (1843) facilitent les échanges commerciaux avec les États-Unis. Saint-Jean devient alors un lieu de transbordement très important. La population augmente rapidement et la localité est érigée en village en 1848.

À cette époque, plusieurs personnes de profession libérale s'établissent dans le secteur, dont l'avocat Joseph Delagrave (1814-1881), né à Saint-Mathias. Entre 1846 et 1857, il fait ériger une demeure d'esprit néoclassique, aujourd'hui connue sous le nom de maison Bouthillier. Delagrave est élu maire de Saint-Jean en février 1854. Il occupe ce poste jusqu'en janvier 1858. Il est de nouveau maire de janvier 1859 à janvier 1860. Théophile Arpin (1825-1877), maire de 1873 à 1875, acquiert la résidence le 5 février 1873. Le bâtiment est ensuite habité par Charles Arpin, de 1880 à 1892. À la fin du XIXe siècle, possiblement dans les années 1890, la maison est modifiée. Une large lucarne brisée, une galerie couverte surmontée d'un balcon coiffé d'un toit à l'impériale et divers éléments ornementaux sont ajoutés à la façade. Les deux entrées donnant sur la rue sont alors remplacées par une porte centrale.

En 1913, le docteur Alexis Bouthillier (1870-1940) acquiert la propriété. Il occupe le poste de maire de la municipalité de 1919 à 1923. Membre du Parti libéral, il est également député de l'Assemblée législative du Québec pour la circonscription de Saint-Jean de 1919 jusqu'à son décès. En 1932, la demeure est achetée par les Soeurs grises qui dirigent l'hôpital situé à proximité. La maison devient alors une résidence pour infirmières. En 1967, la communauté religieuse cède la résidence à l'hôpital nouvellement étatisé. La maison accueille dans le dernier quart du XXe siècle les locaux du département de santé communautaire de l'hôpital du Haut-Richelieu. Le bâtiment est repeint au début du XXIe siècle.

La maison Bouthillier est citée en 2010.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • Le Haut-Richelieu

Municipalité :

  • Saint-Jean-sur-Richelieu

Adresse :

  • 240, rue Jacques-Cartier Nord

Latitude :

  • 45° 18' 26.1"

Longitude :

  • -73° 15' 12.8"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Saint-Jean Ville de Saint-Jean Absent 290

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • GROUPE DÉCOUVRONS SAINT-JEAN, VILLE HISTORIQUE. Découvrons Saint-Jean, ville historique. Québec, Centre de documentation, Direction de l¿Inventaire des biens culturels, 1978. 227 p.
  • VILLE DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU. « Itinéraire patrimonial, Vieux Saint-Jean ». VILLE DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU. Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu [En ligne]. http://www.ville.saint-jean-sur-richelieu.qc.ca

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013