Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Plaque souvenir d'Henri Bourassa

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Outaouais

Municipalité :

  • Papineauville

Date :

  • 1953 – (Installation du bien commémoratif)

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Personnes associées (1)

Images

Carte

Description

La plaque souvenir d'Henri Bourassa est une plaque commémorative en bronze dévoilée en 1953. De forme rectangulaire, elle porte cette inscription dorée en relief sur fond rouge : « Henri Bourassa premier maire de Papineauville et premier député du comté de Labelle en 1896 ». La plaque souvenir d'Henri Bourassa est fixée sur un socle installé dans le vestibule vitré de l'édifice Henri-Bourassa, dans la municipalité de Papineauville.

Ce bien est cité immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Papineauville) 2010-02-15
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La plaque souvenir d'Henri Bourassa présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son caractère commémoratif. Cette plaque rappelle le rôle important qu'a joué Henri Bourassa (1868-1952) dans l'histoire locale et nationale. Né à Montréal, Henri Bourassa est le fils de Napoléon Bourassa (1827-1916), peintre et auteur, et de Marie-Julie-Azélie Papineau, fille de Louis-Joseph Papineau (1786-1871), homme politique et seigneur. Henri Bourassa fait ses études à l'École polytechnique de Montréal, puis au College of the Holy Cross, dans l'État du Massachusetts. En 1887, il commence à administrer la portion de la seigneurie de la Petite-Nation dont les Bourassa ont hérité. Il y établit une ferme modèle, probablement entre 1887 et 1890. Dès la fin des années 1880, il participe à la vie politique locale. Il est élu maire de Montebello en 1889, fonction qu'il occupera jusqu'en 1894, puis il devient le premier maire de la nouvelle municipalité de Papineauville en 1897. Rapidement, il se taille une place importante sur la scène politique nationale. En 1896, il est élu député libéral du comté de Labelle à la Chambre des communes. Il démissionne trois ans plus tard pour protester contre l'envoi d'un contingent militaire canadien, sans consultation des représentants du peuple, pour combattre aux côtés des Britanniques en Afrique du Sud. Il est réélu en 1900. En 1903, il fonde la Ligue nationaliste avec Olivar Asselin (1874-1937). Il abandonne ses fonctions de député fédéral en 1907 pour être candidat aux élections provinciales. Il est alors défait. L'année suivante, il est élu député à l'Assemblée législative de la province de Québec dans les circonscriptions de Montréal no 2 et de Saint-Hyacinthe. Il abandonne le siège de Montréal no 2 en 1909 et ne se représente pas dans Saint-Hyacinthe en 1912. Il est à nouveau député du comté de Labelle à la Chambre des communes, de 1925 à 1935. Parallèlement à sa vie politique, Bourassa mène une importante carrière comme journaliste, propriétaire, rédacteur en chef et directeur de journaux. De 1892 à 1895, il est propriétaire et éditeur du journal L'Interprète, publié en Ontario. En 1904, il participe à la fondation du journal Le Nationaliste, dans lequel il écrira jusqu'en 1910, année où il fonde le quotidien Le Devoir. Bourassa demeure le directeur du Devoir jusqu'en 1932. Il est également l'auteur de plusieurs publications. Durant toute sa vie, il lutte pour une plus grande autonomie du Canada vis-à-vis de la Grande-Bretagne et défend la religion catholique ainsi que les droits des Canadiens français dans la Confédération. La plaque souvenir d'Henri Bourassa, offerte par le Club Richelieu de Papineauville à la municipalité et dévoilée le 16 juin 1953, soit près d'un an après le décès de Bourassa, souligne l'importance de cet homme dans l'histoire politique de Papineauville, en rappelant ses fonctions de maire et de député du comté de Labelle.

Source : Municipalité de Papineauville, 2010.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la plaque souvenir d'Henri Bourassa liés à sa valeur historique comprennent, notamment :
- sa forme rectangulaire de 61 cm de largeur sur 30 cm de hauteur;
- le matériau utilisé, soit le bronze;
- l'inscription dorée en relief sur fond rouge « Henri Bourassa premier maire de Papineauville et premier député du comté de Labelle en 1896 »;
- sa disposition sur un socle installé dans le vestibule vitré de l'édifice Henri-Bourassa.

Haut de la page

Informations historiques

La plaque souvenir d'Henri Bourassa commémore cet homme politique, journaliste et propriétaire de journaux qui a marqué l'histoire locale et nationale.

Né à Montréal, Henri Bourassa (1868-1952) est le fils de Napoléon Bourassa (1827-1916), peintre et auteur, et de Marie-Julie-Azélie Papineau, fille de Louis-Joseph Papineau (1786-1871), homme politique et seigneur. Il fait ses études à l'École polytechnique de Montréal, puis au College of the Holy Cross, dans l'État du Massachusetts.

En 1887, l'homme commence à administrer la portion de la seigneurie de la Petite-Nation dont les Bourassa ont hérité. Il y établit une ferme modèle, probablement entre 1887 et 1890.

Dès la fin des années 1880, Bourassa participe à la vie politique locale. Il est élu maire de Montebello en 1889, fonction qu'il occupera jusqu'en 1894, puis il devient le premier maire de la nouvelle municipalité de Papineauville, en 1897.

Rapidement, il se taille une place importante sur la scène politique nationale. En 1896, il est élu député libéral du comté de Labelle à la Chambre des communes. Il démissionne trois ans plus tard pour protester contre l'envoi d'un contingent militaire canadien, sans consultation des représentants du peuple, pour combattre aux côtés des Britanniques en Afrique du Sud. Il est réélu en 1900. En 1903, il fonde la Ligue nationaliste avec Olivar Asselin (1874-1937).

Bourassa abandonne ses fonctions de député fédéral en 1907 pour être candidat aux élections provinciales. Il est alors défait. L'année suivante, il est élu député à l'Assemblée législative de la province de Québec dans les circonscriptions de Montréal no 2 et de Saint-Hyacinthe. Il abandonne le siège de Montréal no 2 en 1909 et ne se représente pas dans Saint-Hyacinthe en 1912. Il est à nouveau député du comté de Labelle à la Chambre des communes, de 1925 à 1935.

Parallèlement à sa vie politique, Bourassa mène une importante carrière comme journaliste, propriétaire, rédacteur en chef et directeur de journaux. De 1892 à 1895, il est propriétaire et éditeur du journal L'Interprète, publié en Ontario. En 1904, il participe à la fondation du journal Le Nationaliste, dans lequel il écrira jusqu'en 1910, année où il fonde le quotidien Le Devoir. Bourassa demeure le directeur du Devoir jusqu'en 1932. Il est également l'auteur de plusieurs publications.

Durant toute sa vie, il lutte pour une plus grande autonomie du Canada vis-à-vis de la Grande-Bretagne et défend la religion catholique ainsi que les droits des Canadiens français dans la Confédération.

La plaque commémorative est offerte par le Club Richelieu de Papineauville à la municipalité. Elle est à ce moment apposée sur la façade de l'ancienne mairie de Papineauville. Elle est dévoilée officiellement le 16 juin 1953, près d'un an après le décès de Bourassa.

La plaque souvenir d'Henri Bourassa est citée en 2010. Elle est maintenant disposée sur un socle installé dans le vestibule vitré de l'édifice Henri-Bourassa, qui abrite le siège social de la municipalité régionale de comté de Papineau ainsi que des bureaux du centre local de développement.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Outaouais

MRC :

  • Papineau

Municipalité :

  • Papineauville

Adresse :

  • 266, rue Viger

Localisation informelle :

Plaque installée dans le hall de l'édifice Henri-Bourassa.

Latitude :

  • 45° 37' 10.93"

Longitude :

  • -75° 1' 6.16"

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • LAFLAMME, Jessy. « L'édifice Henri-Bourassa est officiellement inauguré ». s.a. Info07.com [En ligne]. http://www.info07.com/Actualites/Politique/2010-02-22/article-807757/L&rsquo%3Bedifice-Henri-Bourassa-est-officiellement-inaugure/1
  • SOUCI, Yves. « Les nouveaux locaux du siège social de la MRC Papineau inaugurés ». Le Droit, 22 février 2010, s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013