Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Usine Dominion Corset

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Ancienne manufacture de la Dominion Corset
  • La fabrique
  • Usine D. and A. Corset
  • Usine Dominion Corset Manufacturing Company

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Date :

  • 1871 – (Construction)
  • 1911 – (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine industriel

Usage :

  • Fonction industrielle, transformation de matières végétales et animales (Filatures et tissage du coton)

Éléments associés

Groupes associés (1)

Personnes associées (5)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

L'usine Dominion Corset est un ancien complexe industriel spécialisé dans le domaine du cuir et du textile situé dans le quadrilatère délimité par le boulevard Charest, la rue Dorchester, la rue Sainte-Hélène et la rue de la Couronne, dans le quartier Saint-Roch. Son nom lui vient de son principal occupant, l'entreprise de dessous féminins Dominion Corset, fondée en 1886 sous le nom de D. and A. Corset. Le site où l'usine est implantée a été le lieu d'activités industrielles à compter de 1871, et ce, jusqu'à la fermeture définitive de l'usine en 1988. Propriété de la Ville de Québec depuis 1990, elle a été reconvertie en 1993 en édifice multifonctionnel.

Bien que ses sections les plus anciennes datent de 1871, l'usine a été érigée en majeure partie en 1911, à la suite d'un incendie. Initialement construite selon un plan en « U », organisée autour d'une cour intérieure donnant sur la rue Sainte-Hélène, l'usine reprend maintenant la forme d'un trapèze. La cour intérieure a été comblée en 1949 à la suite de la construction d'un nouveau bâtiment. Comptant de quatre et cinq étages, l'usine occupe une surface totale de 15 300 mètres carrés.

L'usine Dominion Corset se caractérise notamment par sa tour cornière ornée d'une horloge et par son entrée principale en pierre de taille surplombée par une tour centrale carrée de 15 mètres de hauteur, dont le parapet crénelé, rappelant une forteresse médiévale, intégrait le château d'eau. L'usine laisse deviner sa qualité d'exécution et de décoration par les types de matériaux employés, l'utilisation de brique rouge et de brique réfractaire blanche, les détails dans la maçonnerie de briques et les choix d'ornements (pilastres ornés de fleurs de lys, faux mâchicoulis en brique blanche, voussoirs soutenus par des clefs de voûte, etc.). On remarque son caractère industriel davantage associé au XIXe siècle dans la disposition uniforme des ouvertures, l'utilisation de fenêtres en arc semi-circulaire et l'aménagement d'espaces intérieurs fonctionnels et adaptables. L'usine intègre aussi un bâtiment de facture moderne construit en 1949, puis agrandi en 1957 et 1964, qui comble l'espace autrefois occupé par la cour intérieure. Ce bâtiment comprend un atrium aménagé lors des travaux de réhabilitation de l'édifice en 1992 et 1993. Enfin, l'usine comprend également une annexe moderne de style international construite en 1964 qui sert de stationnement et d'entrepôt.

La Dominion Corset accueille aujourd'hui les salles de cours d'arts plastiques ou de communications graphiques des arts visuels de l'Université Laval et les bureaux du Centre de développement urbain (CDU) de la Ville de Québec qui regroupe le service de l'urbanisme, l'Office municipal de développement économique de Québec et la Société municipale et de développement Champlain. L'enveloppe extérieure a été restaurée de façon à évoquer clairement la vocation industrielle de l'édifice, tandis que les travaux réalisés à l'intérieur ont modifié la fonction et la typologie du bâtiment originel, altérant significativement son intégrité. On retrouve dans le hall d'entrée du bâtiment des éléments d'exposition ayant pour but de sensibiliser le public à la vie des ouvrières du corset.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, le quartier Saint-Roch devient le lieu d'implantation de nombreuses manufactures de tannerie, mais surtout de chaussure. En 1886, Georges-Élie Amyot (1856-1930), ouvrier spécialisé dans le cuir, s'associe à Léon Dyonnet pour fonder une entreprise dans le but de fabriquer des corsets. Amyot et Dyonnet fondent ensemble la D. and A. Corset. Ils s'installent d'abord dans de modestes locaux au coin des rues de la Couronne et Sainte-Hélène, puis, un an plus tard, à l'intersection des rues Nelson et Colomb. À la suite du départ de Dyonnet au Brésil, la société est dissoute en 1889.

Amyot assume dorénavant seul la direction de la manufacture de corsets qui prend alors le nom de la Dominion Corset Manufacturing Company. À la suite, notamment, d'une entente avantageuse avec Eaton, une première succursale est ouverte à Montréal en 1889, puis une seconde à Toronto en 1892. En 1897, Amyot achète l'ancienne manufacture de chaussures de Guillaume Bresse et Cie dans le but de la restaurer afin d'y déménager son entreprise. Ce bâtiment de trois étages, érigé en 1871 selon les plans de l'architecte Thomas-Jacob Lepage, occupe un imposant quadrilatère délimité par le boulevard Charest, les rues Dorchester, Sainte-Hélène et de la Couronne. Construit en pierre et en brique, l'édifice est pourvu d'une seule aile.

En 1909, l'usine de la Dominion Corset est agrandie. Toutefois, huit mois à peine après son agrandissement, un incendie lui cause de lourds dommages et la détruit presque entièrement. L'usine est reconstruite sur les ruines du bâtiment précédent selon des plans plus modernes. Conçu par l'architecte Georges-Émile Tanguay (1858-1923), le nouvel édifice de quatre étages est inauguré en 1911. Tanguay remplace le toit mansardé par un étage carré et un toit plat, tout en adoptant le vocabulaire architectural Second Empire de la façade de 1871. Au moment de sa réouverture, la manufacture est reconnue comme l'une des plus belles du pays, voire même sur le continent. Sa qualité d'exécution et sa décoration témoignent de la conscience qu'avaient ses propriétaires de l'importance de l'entreprise.

Durant les années 1910, l'industrie du corset a son heure de gloire. La ville de Québec domine alors largement le marché canadien, grâce surtout à la présence de la Dominion Corset et de la Parisian Corset sur son territoire.

Afin de s'adapter aux nouvelles tendances des dessous féminins, la Dominion Corset diversifie à l'époque sa production et se lance dans la création et la confection de sous-vêtements féminins, tels que les gaines, les soutiens-gorge, les culottes, les bas-culottes, les vêtements de nuit et autres accessoires de lingerie féminine. Le chiffre d'affaires de l'usine atteint un million de dollars en 1914 et grimpe jusqu'à 2,5 millions en 1920.

En 1934, le fils de Georges-Élie Amyot, Adjutor, prend la tête de l'entreprise. Treize ans plus tard, en 1947, l'usine emploie 1 000 ouvriers dont la majorité sont des femmes. En 1965, Pierre Amyot, fils d'Adjutor, lui succède à la direction. La Dominion Corset demeurera sous le contrôle de la famille Amyot jusqu'en 1973, alors qu'elle est confiée à des administrateurs professionnels. Quatre ans plus tard, elle prend le nom de Créations Daisyfresh. En 1988, elle est vendue à la compagnie Canadelle WonderBra qui abandonne aussitôt la manufacture du quartier Saint-Roch pour s'installer dans le parc industriel Vanier. Cette année-là, les activités de l'usine de la Dominion Corset cessent officiellement.

En 1990, la Ville de Québec acquiert l'imposant édifice dans le but d'y réaliser un audacieux projet de recyclage. L'ensemble est restauré et en partie reconstruit dans le cadre du programme de revitalisation du quartier de Saint-Roch de Québec. Ses trois principaux occupants sont le Service d'aménagement du territoire et le Service du développement économique de la Ville de Québec, ainsi que l'École des arts visuels de l'Université Laval.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Québec

Municipalité :

  • Québec

Arrondissement municipal :

  • Limoilou

Adresse :

  • 295, boulevard Charest Est

Latitude :

  • 46° 48' 46.847"

Longitude :

  • -71° 13' 33.046"

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • DUBERGER, Jean et Jacques MATHIEU. Les ouvrières de Dominion Corset à Québec : 1886-1988. Québec, Les Presses de l'Université Laval, 1993. 148 p.
  • DUFRESNE, Julie. « Édifice La Fabrique ». s.a. Rapport au feuilleton, Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Direction des services historiques, Parcs Canada. s.l. 2009, s.p.
  • LEDUC, Gilbert. « L'économie à Québec en 1912 ». Le Soleil, 3 mars 2012, s.p.
  • POULIN, Pierre. « George-Élie Amyot et la Dominion Corset ». Cap-aux-Diamants. Vol. 1, no 1 (1985), p. 9-12.
  • s.a. « La compagnie Dominion Corset ». Ville de Québec. Site officiel de la Ville de Québec [En ligne]. http://www.ville.quebec.qc.ca
  • VALLIÈRES, Marc, dir. Histoire de Québec et de sa région. Les régions du Québec, 18. Québec, Presses de l'Université Laval, 2008. 2523 p.
  • VALLIÈRES, Marc. « Amyot, Georges-Élie ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013