Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Église de Saint-Raphaël

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Saint-Raphaël

Date :

  • 1849 – 1852 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

L'église de Saint-Raphaël est un lieu de culte de tradition catholique érigé de 1849 à 1852 et modifié en façade en 1874. L'édifice en pierre présente un plan rectangulaire composé d'une nef à un vaisseau et d'un choeur plus étroit terminé par une abside en hémicycle. Sa façade est dotée d'une tour-clocher centrale demi-hors-oeuvre et comprend trois portails cintrés. L'église de Saint-Raphaël est située au coeur du noyau villageois de la municipalité de Saint-Raphaël. Elle fait partie d'un ensemble institutionnel comprenant également un presbytère, un cimetière et un ancien couvent.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Raphaël) 2008-05-05
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'église de Saint-Raphaël présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Elle témoigne de la naissance de Saint-Raphaël. À la suite de la fondation de la paroisse de Saint-Gervais-et-Saint-Protais en 1780 (aujourd'hui la paroisse de Saint-Gervais), des colons s'établissent progressivement dans ce qui devient le futur territoire de Saint-Raphaël. Un certain nombre d'entre eux sont des descendants d'Acadiens. Ils s'installent à Saint-Gervais à la suite du Grand Dérangement de 1755. Ces pionniers doivent initialement se rendre dans les paroisses de Saint-Gervais, de Saint-Michel ou de Saint-Vallier pour pratiquer leur religion. Cependant, environ quarante propriétaires, qui habitent en majorité les actuels 1er et 2e rangs de Saint-Gervais, demandent la fondation d'une nouvelle paroisse en 1839. Une mission est aussitôt établie afin de mieux les desservir. Un prêtre de la paroisse de Saint-Gervais célèbre les messes dans une résidence. En 1849, l'archevêque de Québec autorise finalement la construction de l'église et de la sacristie qui est entreprise aussitôt. En 1850, les travaux sont interrompus, car l'église apparaît exiguë pour accueillir les habitants des 5e et 6e rangs de Saint-Michel. En effet, ceux-ci viennent de se joindre à la paroisse. En 1851, un décret permet d'allonger de trente pieds le corps principal de l'église déjà en chantier. Cette année correspond également à l'ouverture des registres paroissiaux et à la nomination du premier curé de la paroisse. L'église est bénie en 1852; le portail et le décor intérieur sont terminés l'année suivante. Érigée canoniquement en 1854, la paroisse de Saint-Raphaël est reconnue civilement en 1855. L'église demeure, avec son site, un signe privilégié de la naissance de Saint-Raphaël.

L'église présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Sa façade témoigne de la popularité de l'architecture éclectique auprès du clergé catholique à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. L'éclectisme est un assemblage d'éléments architecturaux et ornementaux puisés dans les divers styles et associés plus librement, dans une recherche de monumentalité et d'effets visuels nouveaux. La façade actuelle de l'église de Saint-Raphaël date de 1874. Les plans sont conçus par l'architecte renommé Joseph-Ferdinand Peachy (1830-1903). Celui-ci est un des principaux diffuseurs de l'éclectisme. Quoique sobre, elle témoigne d'un engouement pour ce nouveau courant par l'ornementation importante de son clocher demi-hors-oeuvre et la présence de chaînes d'angle décoratives sur sa façade. Cependant, la disposition de ses ouvertures en façade et le positionnement du clocher au-dessus de l'entrée principale sont typiques des petites églises paroissiales. Celles érigées par Peachy présentent d'ailleurs ce type de composition. En répondant au goût nouveau pour l'éclectisme, il y ajoute une touche personnelle, qui entretient néanmoins certains liens avec la tradition architecturale locale.

L'église présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son implantation. Composantes distinctives du panorama québécois, les églises constituent l'élément majeur des ensembles paroissiaux catholiques, véritables noyaux des agglomérations. Celle de Saint-Raphaël s'intègre à un ensemble formé du cimetière, du presbytère et de l'ancien couvent. Elle stimule le développement sur ses abords, faisant surgir un noyau villageois au coeur de la paroisse. Située au centre du village, l'église de Saint-Raphaël constitue un véritable point de repère.

Source : Municipalité de Saint-Raphaël, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'église de Saint-Raphaël liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- le volume, dont le plan rectangulaire composé d'une nef à un vaisseau et d'un choeur en saillie terminé par une abside en hémicycle ainsi que le toit à deux versants droits;
- les matériaux, dont la maçonnerie en pierre à bossage pour la façade et de moellon pour les longs pans et le choeur, la couverture de l'église et de la sacristie en tôle à baguettes et la couverture en bardeau de tôle d'une partie du choeur, les éléments décoratifs de la façade (chaînes d'angle et chambranles) en pierre de taille et les portes et fenêtres en bois;
- les composantes de la façade, dont la tour centrale demi-hors-oeuvre surmontée d'un clocher, les tourelles latérales coiffées d'acrotères, les ouvertures disposées symétriquement (portes cintrées à vantaux, fenêtres cintrées à carreaux et oculus) et le décor (chaînes d'angle et chambranles);
- les composantes des longs pans et du choeur, dont les fenêtres à carreaux et à arc surbaissé, ainsi que le clocheton;
- la sacristie d'un étage, greffée à l'abside dans le prolongement du choeur, coiffée d'un toit à croupes et percée d'ouvertures rectangulaires;
- son implantation parallèle à la rue principale et son retrait de la voie publique;
- sa situation dans un ensemble institutionnel et paroissial formé d'un presbytère, d'un cimetière et d'un ancien couvent, dans le noyau villageois.

Haut de la page

Informations historiques

L'église de Saint-Raphaël est la première église de la paroisse de Saint-Raphaël. À la suite de la fondation de la paroisse de Saint-Gervais-et-Saint-Protais en 1780 (aujourd'hui la paroisse de Saint-Gervais), des colons s'établissent progressivement dans ce qui devient le futur territoire de Saint-Raphaël. Un certain nombre d'entre eux sont des descendants d'Acadiens. Ils s'installent à Saint-Gervais à la suite du Grand Dérangement de 1755. Ces pionniers doivent initialement se rendre dans les paroisses de Saint-Gervais, de Saint-Michel ou de Saint-Vallier pour pratiquer leur religion. Cependant, environ quarante propriétaires, qui habitent en majorité les actuels 1er et 2e rangs de Saint-Gervais, demandent la fondation d'une nouvelle paroisse en 1839. Une mission est aussitôt établie afin de mieux les desservir. Un prêtre de la paroisse de Saint-Gervais célèbre les messes dans une résidence. En 1849, l'archevêque de Québec autorise finalement la construction de l'église et de la sacristie qui est entreprise aussitôt. En 1850, les travaux sont interrompus, car l'église apparaît exiguë pour accueillir les habitants des 5e et 6e rangs de Saint-Michel. En effet, ceux-ci viennent de se joindre à la paroisse. En 1851, un décret permet d'allonger de trente pieds le corps principal de l'église déjà en chantier. Cette année correspond également à l'ouverture des registres paroissiaux et à la nomination du premier curé de la paroisse. L'église est bénie en 1852; le portail et le décor intérieur sont terminés l'année suivante. La maçonnerie est réalisée par Louis Dubé, père et fils; la menuiserie est exécutée sous la direction du capitaine Morin. Érigée canoniquement en 1854, la paroisse de Saint-Raphaël est reconnue civilement en 1855.

En 1857, des galeries latérales sont ajoutées à la même hauteur que le jubé afin d'accueillir le nombre croissant de paroissiens. Cependant, dès 1874, l'église est à nouveau trop petite pour les besoins de la population. Elle est donc agrandie et dotée d'une nouvelle façade mise au goût du jour. Les plans sont conçus par l'architecte réputé Joseph-Ferdinand Peachy (1830-1903). Les travaux sont réalisés sous la supervision de l'entrepreneur Cyrias Ouellet. Celui-ci collabore à plusieurs reprises avec Peachy pour l'érection d'églises. En 1896, un agrandissement de la sacristie lui donne la forme d'une chapelle. Une nouvelle sacristie est construite en 1902. La paroisse fait l'acquisition d'un orgue Casavant Frères en 1936; il est toujours en place sur la tribune de l'église.

L'aménagement intérieur actuel de l'église est le résultat d'importants travaux menés au cours des années soixante. Une petite salle est aménagée au sous-sol de la sacristie, les confessionnaux, les escaliers, les planchers et le perron sont rénovés. Les galeries latérales ajoutées en 1857 sont retirées à cette occasion.

L'église de Saint-Raphaël est citée en 2008. Après plus d'une année de fermeture, l'église ouvre ses portes au culte à nouveau en 2009.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Bellechasse

Municipalité :

  • Saint-Raphaël

Adresse :

  • rue Principale

Localisation informelle :

Situé au centre du village de Saint-Raphaël

Latitude :

  • 46° 47' 39.7"

Longitude :

  • -70° 45' 17.7"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Bellechasse Paroisse de Saint-Raphaël Absent 461-P
473-P

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BONNEAU, Sylvie, dir. Saint-Raphaël : de mémoire, de sable et de rivière, 1851-2001. Saint-Raphaël, Corporation des fêtes du 150e de Saint-Raphaël, s.d. 421 p.
  • LÉGARÉ, Denyse. Joseph-Ferdinand Peachy (1830-1903) : réintroduction de l'architecture française à Québec. Université Laval, 1992. 142 p.
  • s.a. Album-souvenir du centenaire de Saint-Raphaël, 1852-1952. Saint-Raphaël, Le Comité des fêtes du centenaire de Saint-Raphaël de Bellechasse, 1952. 164 p.
  • s.a. « Saint-Raphaël ». s.a. La petite histoire des paroisses de la Fédération des Cercles des Fermières du district no 4 : comtés Lévis, Bellechasse, Dorchester et Lotbinière. s.l. 1952, p. 217-238.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013