Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Dupuis

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Sainte-Marie

Date :

  • 1893 – (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (2)

Événements associés (1)

Personnes associées (2)

Images

Carte

Description

La maison Dupuis est une résidence d'inspiration Second Empire construite en 1893. Le bâtiment en bois de plan rectangulaire, à deux étages, est coiffé d'un toit mansardé à deux versants. Une cuisine d'été de plan rectangulaire, à un étage et demi et coiffée d'un toit à croupes, est annexée à l'angle nord-ouest de la maison. Cette annexe comporte un petit tambour sur le mur latéral et un appentis sur sa façade arrière. La maison est implantée en retrait de la rue, dans la ville de Sainte-Marie, en Beauce.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure de la résidence et à son vaste terrain qui comprend un grand hangar et une petite cabane à sucre situés à l'arrière de la maison, de même que deux monuments commémoratifs et plusieurs arbres matures.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Sainte-Marie) 2007-04-10
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Dupuis présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Cette résidence construite en 1893 est un exemple de maison mansardée, un type d'habitation inspiré de l'architecture Second Empire. Ce style est élaboré en France au milieu du XIXe siècle. Il est introduit rapidement en Angleterre, aux États-Unis et au Canada, notamment grâce aux revues et aux catalogues d'architecture. Au Québec, il apparaît dans le dernier tiers du XIXe siècle où son influence touche d'abord l'architecture institutionnelle et publique. Ce style devient ensuite très populaire dans l'architecture domestique. Il plaît pour ses qualités esthétiques, et aussi pour la forme de son toit qui offre plus d'espace sous les combles. Cet élément distinctif est repris par l'architecture vernaculaire. La maison Dupuis en est caractérisée par son toit mansardé à deux versants percé de lucarnes, la distribution symétrique de ses ouvertures et leur ornementation. La cuisine d'été, annexée au bâtiment principal, est quant à elle issue d'une longue tradition agricole. Elle apparaît sur de nombreuses maisons rurales du Québec au XIXe siècle. Durant la belle saison, la famille s'installe dans cette pièce pour vaquer à ses occupations quotidiennes, pour faire le grand ménage de la maison et garder la saleté à l'extérieur. La maison Dupuis est bâtie avec du bois provenant de Saint-Joseph, envoyé par la drave sur la rivière Chaudière. Sa charpente est en pièce sur pièce, c'est-à-dire que chaque pièce de la charpente est taillée de manière à s'emboîter parfaitement avec les autres pièces par simple superposition, sans clous. La résidence, demeurée pratiquement intacte depuis l'époque de sa construction, est particulièrement bien conservée.

La maison Dupuis présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Dans les années 1930 et 1940, les terrains situés à l'arrière de la maison sont utilisés comme pistes d'atterrissage par les aviateurs de la région. La cour arrière de la maison Dupuis sert à l'entraînement militaire avant et pendant la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945). En 1989, le premier musée francophone sur l'aviation civile en Amérique du Nord y ouvre ses portes. Le grand hangar situé derrière la maison est aménagé en lieu d'exposition. De plus, le terrain de la propriété comporte deux monuments érigés à la mémoire d'aviateurs. L'un de ces monuments est dédié à la mémoire de Jacques de Lesseps (1883-1927) et Theodor Chichenko (1894-1927). La maison Dupuis témoigne des débuts de l'aviation au Québec et particulièrement à Sainte-Marie, où plusieurs pionniers de l'air entament leur carrière.

Source : Municipalité de Sainte-Marie, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Dupuis liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages et le toit mansardé à deux versants;
- ses matériaux, dont sa charpente en pièce sur pièce, son parement de planches à clins peintes en blanc, ainsi que ses ouvertures et ses ornements en bois;
- ses ouvertures, dont la porte (à double vantail à vitre cintrée et à panneau surmontée d'une imposte vitrée) en façade, la porte (vitrée à panneau surmontée d'une imposte vitrée) sur le mur arrière, les fenêtres à battants à quatre ou à six grands carreaux disposées de manière symétrique, les six lucarnes à pignon dans le brisis du toit sur les façades avant et arrière, ainsi que les chambranles moulurés, les appuis et les entablements des fenêtres;
- ses ornements, dont la corniche du toit en façade, les planches cornières ainsi que la balustrade aux poteaux chantournés du perron en façade;
- la cuisine d'été annexée au nord-ouest de la maison, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le toit à croupes, le revêtement de planches à clins, la porte en bois (vitrée à panneau surmontée d'une imposte vitrée), les fenêtres en bois à grands carreaux et le petit perron de bois aux poteaux chantournés;
- le petit tambour de bois sur le mur latéral de la cuisine d'été, dont le plan rectangulaire, le toit à croupes, le parement de planches à clins et la porte en bois (à carreaux et à panneaux);
- l'appentis sur le mur arrière de la cuisine d'été, dont le plan rectangulaire, le toit à croupes, la porte en bois (à double vantail vitré) et la fenêtre en bois à grands carreaux;
- sa situation en retrait de la rue, sur un vaste terrain paysager comprenant un grand hangar et une petite cabane à sucre situés à l'arrière, deux monuments commémoratifs en pierre également situés à l'arrière de la maison (l'un à la mémoire des aviateurs Jacques de Lesseps (1883-1927) et Theodor Chichenko (1894-1927), l'autre à la mémoire de Joseph (mort en 1939) et Arthur (1910-1987) Fecteau), des arbres matures et des jardins.

Haut de la page

Informations historiques

La maison Dupuis date de 1893 et est située à Sainte-Marie (Beauce), non loin du noyau villageois. Elle est construite par Hermias Dupuis, le père du major Arthur Dupuis, un militaire bien connu dans le village. Sa structure en pièce sur pièce et son parement de planches sont faits avec du bois provenant de Saint-Joseph, envoyé par la drave sur la rivière Chaudière. Dans les années 1930 et 1940, les terrains situés à l'arrière de la maison sont utilisés comme pistes d'atterrissage par les aviateurs de la région. La cour arrière de la maison Dupuis sert aussi à l'entraînement militaire avant et pendant la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945). De sa construction jusqu'en 1987, la demeure est habitée par des membres de la famille Dupuis.

En 1987, la résidence est acquise par la Société historique de Nouvelle-Beauce. En 1989, le premier musée francophone sur l'aviation civile en Amérique du Nord y ouvre ses portes. Le grand hangar situé derrière la maison est aussi aménagé en lieu d'exposition. Le terrain de la propriété comporte deux monuments érigés à la mémoire d'aviateurs (Jacques de Lesseps (1883-1927), Theodor Chichenko (1894-1927), Joseph (mort en 1939) et Arthur (1910-1987) Fecteau), dont l'un est un bas-relief intitulé « Ad Astra » et conçu par le sculpteur Henri Hébert (1884-1950). Une petite cabane à sucre construite selon un modèle datant de 1860 se trouve aussi sur le terrain. Durant la saison des sucres, celle-ci est en activité. À l'intérieur, la maison Dupuis conserve tous ses éléments d'origine, dont l'escalier central en bois.

La maison Dupuis est citée en 2007.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • La Nouvelle-Beauce

Municipalité :

  • Sainte-Marie

Adresse :

  • 640, rue Notre-Dame Sud

Latitude :

  • 46° 25' 58.0"

Longitude :

  • -71° 0' 48.0"

Désignation cadastrale :

  • Lot 3 555 183
  • Lot 3 555 184

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • DROUIN, François. Le passé toujours présent : Sainte-Marie de Beauce (1940-1990). Sainte-Marie, s.é., 1994. 353 p.
  • DROUIN, François. Sainte-Marie de Beauce : mon histoire. Sainte-Marie, s.é., 1993. 237 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013