Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Couvent Notre-Dame

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • École Notre-Dame

Région administrative :

  • Gaspésie--Îles-de-la-Madeleine

Municipalité :

  • Paspébiac

Date :

  • 1940 – (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission)

Usage :

  • Services et institutions (Couvents, monastères et abbayes)

Éléments associés

Groupes associés (1)

Images

Carte

Description

Le couvent Notre-Dame est un ancien édifice conventuel construit en 1940. L'édifice présente un plan carré, une élévation de deux étages et demi ainsi qu'une galerie longeant la façade principale. Il est coiffé d'un toit en pavillon percé de lucarnes en appentis. Le couvent Notre-Dame est situé dans l'ensemble institutionnel de Notre-Dame-de-la-Purification, dans la municipalité de Paspébiac.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Paspébiac) 2008-01-21
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le couvent Notre-Dame présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Par ses dimensions et ses formes, l'édifice s'apparente à un type d'architecture résidentielle de la première moitié du XXe siècle, soit la maison cubique. Le modèle, communément appelé « Four Square House » aux États-Unis, apparaît vers 1890. Les catalogues d'architecture favorisent sa diffusion dans toute l'Amérique du Nord. Ce type résidentiel devient rapidement très populaire, entre autres, grâce à son volume simple et spacieux. Le couvent Notre-Dame présente les principales caractéristiques de ce modèle par son plan carré, son élévation de deux étages et demi, son rez-de-chaussée surélevé, sa galerie couverte par un toit indépendant et sa toiture en pavillon. Ce type architectural est fréquemment utilisé pour la construction de bâtiments institutionnels dans plusieurs paroisses modestes au Québec.

Le couvent Notre-Dame présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Il témoigne de l'oeuvre de la congrégation des Soeurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire, à Paspébiac. Fondée en 1875 par Élisabeth Turgeon, cette congrégation se consacre à la formation des institutrices et à l'enseignement dans les lieux où le besoin en est plus urgent. Elle est connue sous l'appellation des Soeurs des Petites-Écoles jusqu'en 1891. La communauté s'installe dans la municipalité en 1911 pour prendre en charge l'école du village, qui compte alors 110 élèves. Le nombre d'élèves augmente sans cesse, ce qui amène la construction de l'actuel couvent Notre-Dame à l'ouest de l'église en 1940. En raison des modifications apportées aux structures scolaires à partir des années 1950, la vocation du couvent change. Les religieuses continuent de s'occuper de l'éducation chrétienne des élèves de la région. Le couvent Notre-Dame témoigne ainsi de l'importance de la congrégation religieuse dans l'éducation des enfants de la municipalité.

Source : Municipalité de Paspébiac, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du couvent Notre-Dame liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- sa situation dans l'ensemble institutionnel de Notre-Dame-de-la-Purification, dans la municipalité de Paspébiac;
- son volume, dont le plan carré, l'élévation de deux étages et demi, le toit en pavillon;
- les matériaux, dont la couverture en tôle à baguettes, le bois des éléments architecturaux;
- les ouvertures, dont leur organisation symétrique en façade, la porte principale avec imposte et baies latérales, les fenêtres rectangulaires, dont certaines jumelées, les grandes lucarnes en appentis;
- la galerie couverte par un toit soutenu par des piliers massifs.

Haut de la page

Informations historiques

Le couvent Notre-Dame est érigé pour la congrégation des Soeurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire. En 1874, Mgr Jean Langevin, premier évêque de Rimouski, conscient des besoins de son vaste diocèse, demande la collaboration d'Élisabeth Turgeon pour assurer la présence d'institutrices auprès des enfants. Celle-ci obtient de l'évêque de devenir religieuse et le 12 septembre 1879, elle et ses compagnes prononcent leurs voeux. Les Soeurs des Petites-Écoles, vouées à l'instruction et à l'éducation chrétienne des enfants, comptent alors treize membres. La communauté devient la congrégation des Soeurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire en 1891.

En 1911, à la demande de l'abbé Thomas-Cyprien Duret, curé, trois soeurs de la congrégation se rendent à Paspébiac pour prendre en charge l'école du village. Cette dernière compte alors 110 élèves. Dès 1914, les religieuses préparent des jeunes filles pour le brevet d'enseignement élémentaire. Le nombre d'élèves s'accroît sans cesse, ce qui amène, en 1940, la construction de l'actuel couvent Notre-Dame, à l'ouest de l'église.

Les besoins grandissant, une annexe en brique est construite à l'arrière du bâtiment principal, selon les plans des écoles primaires de l'époque. En raison des modifications apportées aux structures scolaires à partir des années 1950, la vocation du couvent change. Les religieuses continuent de s'occuper de l'éducation chrétienne des élèves de la région.

Le couvent Notre-Dame est cité en 2008.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Gaspésie--Îles-de-la-Madeleine

MRC :

  • Bonaventure

Municipalité :

  • Paspébiac

Adresse :

  • 5, boulevard Gérard-D.-Levesque Est

Latitude :

  • 48° 1' 46.5"

Longitude :

  • -65° 14' 53.8"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Bonaventure No 1 Canton de Cox Absent 228-2-P

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • DESROSIERS, Robert et Gaston PELLETIER. Guide de visites historiques : Paspébiac. s.l. Ministère de l'Éducation, Direction régionale du Bas-Saint-Laurent-Gaspésie, 1984. 414 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013