Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site de la chapelle Saint-Paul, du cimetière et du manoir Taylor

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Saint-Simon-les-Mines

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (3)

Personnes associées (3)

Images

Carte

Description

Le site de la chapelle Saint-Paul, du cimetière et du manoir Taylor se compose d'un ensemble religieux de tradition anglicane, comprenant une chapelle et un cimetière, ainsi que d'un domaine bourgeois, constitué d'une vaste résidence, de ses dépendances et d'un jardin. Le lieu de culte en pierre construit en 1847 se compose d'une nef rectangulaire terminée par un chevet plat. L'édifice est situé sur un terrain dégagé ponctué de monuments funéraires. Érigée en 1917 et en 1918, la résidence en brique, de plan rectangulaire à deux étages, est coiffée d'un toit en pavillon couronné d'une terrasse faîtière. Elle est implantée en retrait de la voie publique, à l'ouest du lieu de culte. Le site est aménagé dans un milieu boisé, dans le secteur de Cumberland Mills, dans la municipalité de Saint-Simon-les-Mines.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure des bâtiments et aux terrains.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Saint-Simon-les-Mines) 2007-11-05
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site de la chapelle Saint-Paul, du cimetière et du manoir Taylor présente un intérêt patrimonial pour la valeur architecturale des édifices qui le composent. Le lieu de culte, construit en 1847, vraisemblablement par Edward Harbottle (mort en 1851), se rattache à la première phase de pénétration du style néogothique dans l'architecture religieuse du Québec. Des éléments puisés au répertoire de l'architecture gothique sont alors intégrés à des édifices de facture traditionnelle. La chapelle Saint-Paul, par son plan rectangulaire terminé par un chevet plat ainsi que la base du clocher placée sur le faîte avant, rappelle la facture classique des églises construites dans la première moitié du XIXe siècle. L'édifice montre néanmoins l'intégration progressive de formes néogothiques par ses fenêtres à arc brisé. Il constitue ainsi un exemple représentatif de la transition vers le néogothique qui marque l'architecture religieuse anglicane vers le milieu du XIXe siècle. Cette chapelle est par ailleurs le plus ancien lieu de culte en pierre de la Beauce. Le manoir Taylor, érigé en 1917 et en 1918, illustre quant à lui la popularité d'un type d'architecture résidentielle très répandu dans la première moitié du XXe siècle, la maison cubique, issue du modèle américain dit « Four Square House ». Le bâtiment s'y rattache notamment par le plan carré du corps de logis principal, l'élévation de deux étages, le toit en pavillon et le portique surmonté d'un balcon couvert. La résidence se distingue toutefois par son ornementation soignée dont plusieurs éléments, comme les frontons et la terrasse faîtière, sont tirés du vocabulaire classique. Les édifices du site illustrent donc l'influence, au cours des XIXe et XXe siècles, de divers styles architecturaux d'origine britannique et étasunienne sur l'architecture québécoise.

Le site de la chapelle Saint-Paul, du cimetière et du manoir Taylor présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le site témoigne de l'établissement de communautés anglophones dans la région de la Beauce. À la fin du XVIIIe siècle, la seigneurie Aubin-De L'Isle est divisée en plusieurs fiefs. Celui de Cumberland Mills est créé en 1782. Le secteur change souvent de propriétaire, ce qui retarde son peuplement. En 1827, Edward Harbottle, un aubergiste de Lévis, redevient propriétaire du fief de Cumberland Mills. Il en favorise le développement en le faisant arpenter. Harbottle fait ensuite défricher un secteur important où il fait ériger son manoir. Il fait également construire un moulin en 1840. Sept ans plus tard, il édifie une chapelle près de sa résidence, et un cimetière est aménagé autour du lieu de culte. Le domaine est racheté en 1867 par son neveu Edward Harbottle Taylor (mort en 1906). La famille Taylor réside dans le secteur pendant plus de cent ans. Thomas John Taylor, qui hérite d'une partie du domaine au début du XXe siècle, fait ériger la résidence actuelle. Il s'implique dans sa communauté et devient maître de poste en 1878. Deux autres membres de la famille sont par ailleurs responsables du bureau de poste entre 1934 et 1962. Le site témoigne donc du rôle de la famille Harbottle-Taylor dans le développement du secteur de Cumberland Mills et de la présence d'anglophones de foi anglicane dans la région.

Source : Municipalité de Saint-Simon-les-Mines, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site de la chapelle Saint-Paul, du cimetière et du manoir Taylor liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation sur un terrain aménagé dans un environnement boisé, dans le secteur de Cumberland Mills;
- les caractéristiques de la chapelle Saint-Paul, dont le plan rectangulaire terminé par un chevet plat, le toit à deux versants droits, la base du clocher carrée coiffée d'un toit en pavillon et surmontant le faîte avant, la maçonnerie en moellons, la couverture en plaques de tôle, les fenêtres à arc brisé et à petits carreaux, la porte à panneaux à double vantail surmontée d'un tympan vitré à arc brisé, l'oculus, les chambranles, les appuis, les clés décoratives et les ferrures;
- les caractéristiques du manoir Taylor, dont le plan carré du corps de logis principal, l'élévation de deux étages, le toit en pavillon surmonté d'une terrasse faîtière, les saillies latérales à pans coupés, le portique central surmonté d'un balcon couvert, le soubassement en béton, le parement en brique jaune, la couverture en tôle posée à la canadienne, fenêtres à guillotine inscrites dans un arc surbaissé (certaines jumelées), les portes surmontées d'une imposte vitrée, les soupiraux, l'ouverture pentagonale, les frontons, les supports et les garde-corps menuisés, la corniche moulurée, les arcs décoratifs, les appuis et la souche de cheminée en brique à encorbellement;
- les caractéristiques de l'annexe arrière du manoir, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, le toit à croupes en tôle, la galerie latérale couverte, les fenêtres à guillotine inscrites dans un arc surbaissé (certaines jumelées), la porte vitrée surmontée d'une imposte, l'entrée de cave (munie d'une porte à panneaux à double vantail) ainsi que les plates-bandes et les appuis;
- les caractéristiques du cimetière, dont son aménagement autour de l'église, sur un terrain dégagé bordé d'arbres matures, la sobriété des stèles ainsi que leur alignement clairsemé.

Haut de la page

Informations historiques

Le site de la chapelle Saint-Paul, du cimetière et du manoir Taylor est aménagé sur le territoire de l'ancien fief nommé Cumberland Mills, formé en 1782 à partir des terres de la seigneurie Aubin-De L'Isle. Ce fief connaît plusieurs propriétaires au fil des ans, ce qui nuit à l'établissement de colons. Il est acquis en 1819 par Edward Harbottle (mort en 1851), un aubergiste de Lévis qui le revend en 1823 et s'y fait concéder une terre. En 1827, Harbottle redevient propriétaire du fief qu'il fait arpenter aussitôt, pour favoriser l'établissement de colons anglophones.

Dans les années 1830, Edward Harbottle fait défricher une grande partie du cinquième rang. Vers 1840, il fait construire dans ce secteur un manoir en pierre ainsi qu'un moulin. Quelques années plus tard, soit en 1847, il commande l'érection d'une église de confession anglicane à proximité de sa demeure. Aidé par la population locale, il dirige vraisemblablement les travaux de construction. Le cimetière est probablement aménagé à la même époque. Le domaine est laissé à l'abandon après le décès d'Harbottle.

En 1867, Edward Harbottle Taylor (mort en 1906) rachète les biens de son oncle. Il lègue ensuite le fief à ses frères et soeurs. Thomas John Taylor, maître de poste de Cumberland Mills, fait ériger la résidence actuelle en 1917 et 1918. Deux autres membres de la famille Taylor s'occupent du bureau de poste entre 1934 et 1962. Les Taylor quittent le manoir en 1975, puis le domaine est morcelé en plusieurs lots.

Au début des années 1990, une société est créée pour conserver et mettre en valeur le site de la chapelle Saint-Paul. L'édifice est restauré en 1994 et accueille par la suite des concerts de musique classique. Un jardin d'inspiration anglaise, inauguré en 1998, est aménagé au sud du lieu de culte. Le manoir Taylor, quant à lui, est converti en gîte touristique.

Le site de la chapelle Saint-Paul, du cimetière et du manoir Taylor est constitué en 2007. Ce bien est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Beauce-Sartigan

Municipalité :

  • Saint-Simon-les-Mines

Latitude :

  • 46° 11' 55.1"

Longitude :

  • -70° 37' 24.3"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Non déterminée Inconnue Absent 871-F ptie

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BERGEVIN, Hélène. Églises protestantes. Montréal, Libre Expression, 1981. 205 p.
  • VEILLEUX, Gilles. Saint-Benjamin, ses pionniers et leur histoire. Saint-Benjamin, Saint-Benjamin 100 ans inc., 1996. 363 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013