Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Bellecourt, George-Antoine

Type :

Personne (Homme)

Autre(s) nom(s) :

  • Belcour, George-Antoine
  • Belcourt, George-Antoine
  • Belcourt, Georges-Antoine
  • Bellecours, George-Antoine
  • Bellecourt, Georges-Antoine

Date :

  • 1803‑04‑22 – 1874‑05‑31

Occupation :

  • Directeur / administrateur
  • Linguiste
  • Missionnaire
  • Officier du culte (curé, pasteur, rabbin, etc.)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 22 avril 1803 à Saint-Antoine-de-la-Baie-du-Febvre (Baie-du-Febvre), George-Antoine Bellecourt est le fils d'Antoine Bellecourt et de Josephte Lemire.

Bellecourt étudie au collège de Nicolet et est ordonné prêtre en 1827.

De 1827 à 1829, Bellecourt est vicaire à Trois-Rivières puis, en 1829 et 1830, à Saint-François-du-Lac. La même année, il obtient la cure de Sainte-Martine.

Missionnaire à la colonie de la Rivière-Rouge (Manitoba), Bellecourt amorce son oeuvre évangélisatrice à Saint-Boniface (Winnipeg) puis chez les Sauteux, près de la rivière Assiniboine où il fonde le village de Baie-Saint-Paul. Il établit également des missions à Wabassimong (Whitedog), au lac La Pluie et à baie des Canards (Duck Bay). En 1844, il conteste la légalité du monopole de la Compagnie de la Baie d'Hudson dans le trafic des fourrures avec les Amérindiens et revendique leurs droits à commercer librement, privilège qu'ils obtiennent en 1849.

Bellecourt dessert les paroisses de Saint-François-Xavier, de Saint-Paul (Minnesota) et de Pembina (Dakota du Nord) avant d'être assigné à la paroisse de Rustico, chez les Acadiens de l'Île-du-Prince-Édouard de 1859 à 1869. À cet endroit, il lutte pour les droits scolaires et manifeste son mécontentement au sujet de l'abolition des écoles françaises. Il fonde une école modèle de niveau secondaire destinée à former de jeunes instituteurs bilingues. Reconnu comme le père du mouvement du crédit agricole au Canada, il met sur pieds la Banque des fermiers de Rustico en 1864. Huit ans plus tard, il devient curé de Sainte-Madeleine-de-Havre-aux-Maisons aux Îles-de-la-Madeleine. Il y est l'instigateur de la création de la paroisse et de la construction de l'église de Saint-Pierre-de-La Vernière à L'Étang-du-Nord (Les Îles-de-la-Madeleine).

Il est l'auteur de Principes de la langue des sauvages appelés Sauteux (1839) et d'un dictionnaire sauteux.

Il est décédé à Shédiac, au Nouveau-Brunswick, le 31 mai 1874. Il est inhumé à Memramcook, au Nouveau-Brunswick.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • ALLAIRE, Jean-Baptiste-Arthur. Dictionnaire biographique du clergé canadien-français. Vol. I: Les anciens. Montréal, Imprimerie de l'École catholique des sourds-muets, 1910. 543 p.
  • MORCOS, Gamila. Dictionnaire des artistes et des auteurs francophones de l'Ouest canadien. Sainte-Foy, Presses de l'Université Laval, 1998. 366 p.
  • MORTON, W. L. « Bellecourt, George-Antoine ». Université Laval/University of Toronto. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://biographi.ca/
  • REARDON, James A. « George Anthony Belcourt, Pioneer Missionary of the Northwest ». Société canadienne d'histoire de l'Église catholique. Vol. 18 (1951), p. 75-89.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013