Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial de l'Église-Sainte-Victoire

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Site du patrimoine de l'église Sainte-Victoire, presbytère et cimetière
  • Site du patrimoine de l'Église-Sainte-Victoire

Région administrative :

  • Centre-du-Québec

Municipalité :

  • Victoriaville

Thématique :

  • Patrimoine religieux

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (4)

Personnes associées (2)

Voir la liste

Images

Carte

Description

Le site patrimonial de l'Église-Sainte-Victoire est un ensemble religieux de tradition catholique comprenant une maison curiale et un lieu de culte construits en 1897, ainsi qu'un lieu de sépulture. L'église en pierre d'influence éclectique se compose d'une nef rectangulaire prolongée par un choeur plus étroit terminé par une abside à pans coupés. Une sacristie de plan rectangulaire est greffée à l'abside dans le prolongement du choeur. Le presbytère en brique, de plan irrégulier à trois étages, est coiffé d'un toit mansardé. Il est implanté au sud-ouest du lieu de culte. Le cimetière, situé à l'arrière de l'église, se compose d'un vaste terrain au relief peu accusé, ponctué de monuments funéraires. L'entrée du site est soulignée par une arche monumentale. Les édifices sont construits en retrait de la voie publique, sur un terrain s'étendant vers la rive nord de la rivière Nicolet. L'ensemble institutionnel se situe dans le secteur de Sainte-Victoire de la ville de Victoriaville.

Ce bien est cité site patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure des bâtiments et aux terrains.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Victoriaville) 2006-07-03
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site patrimonial de l'Église-Sainte-Victoire présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Ils témoignent de l'influence du courant éclectique dans l'architecture catholique québécoise de la fin du XIXe siècle. L'éclectisme est un assemblage d'éléments architecturaux et ornementaux puisés dans les divers styles historiques et associés plus librement, dans une recherche de monumentalité et d'effets visuels nouveaux. L'église de Sainte-Victoire est représentative de ce courant par l'emploi d'éléments architecturaux issus de différents styles. Ainsi, les ouvertures cintrées témoignent de l'influence néoromane, la chambre des cloches ornée de pinacles renvoie au vocabulaire gothique et les chaînes d'angle sont issues de l'architecture classique. Le presbytère possède quant à lui des caractéristiques du style Second Empire, dont le toit mansardé percé de lucarnes et les ouvertures en arc surbaissé. Ses concepteurs y ajoutent toutefois un belvédère dont le décor, notamment les pinacles, rappelle le style néogothique. Ces deux édifices reflètent la diversité des formes et la monumentalité typiques de l'architecture éclectique.

Le site présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec les architectes Louis Caron père (1848-1917) et Louis Caron fils (1871-1926). Très prolifiques, ils sont connus pour avoir dessiné plus d'une vingtaine d'églises dans le diocèse de Nicolet entre 1890 et 1910, en plus de nombreux presbytères. Leur réputation est déjà bien établie lorsqu'ils reçoivent la commande de l'église et du presbytère de Sainte-Victoire en 1897. Les architectes optent pour l'éclectisme, un style qu'ils utilisent fréquemment.

Le site présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur paysagère. L'église, située en retrait de la voie publique, possède un très haut clocher constituant un point de repère important dans le paysage. Le site, qui s'approche de la rivière Nicolet à l'extrémité sud-ouest, comprend un aménagement paysager soigné comportant de nombreux arbres matures. Il forme un véritable parc urbain dont l'entrée est soulignée par une arche monumentale.

Source : Ville de Victoriaville, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site patrimonial de l'Église-Sainte-Victoire liés à ses valeurs architecturale, historique et paysagère comprennent, notamment :
- le volume de l'église, dont le plan composé d'une nef rectangulaire prolongée par un choeur plus étroit terminé par une abside à pans coupés, le toit à deux versants droits couvert de tôle à la canadienne et le campanile sur le faîte arrière;
- la façade de l'église, dont la maçonnerie en pierre à bossage, la tour demi-hors-oeuvre surmontée d'un clocher (doté d'une chambre des cloches carrée, de pinacles et d'une flèche polygonale), les tourelles placées en angle couronnées de clochetons, les ouvertures et les portails cintrés, les oculus, les chambranles en pierre de taille, la niche abritant une statue, les bandeaux, la corniche à modillons et les chaînes d'angle;
- les murs de la nef et du choeur du lieu de culte, dont la maçonnerie en pierre à bossage, le soubassement marqué par un bandeau, les fenêtres cintrées, les soupiraux, les chambranles en pierre de taille et la corniche à consoles;
- la sacristie greffée à l'abside dans le prolongement du choeur, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage, le soubassement surhaussé, le toit à deux versants droits couvert de tôle posée à la canadienne, les fenêtres à arc surbaissé, les petites fenêtres rectangulaires, les chambranles en pierre de taille, le bandeau, la corniche à consoles, le retour de corniche sur les murs pignons, les chaînes d'angle et la souche de cheminée en brique;
- le parvis en pierre;
- le volume du presbytère, dont le plan rectangulaire du corps de logis principal, l'élévation de trois étages, le toit mansardé, la tour centrale en faible saillie (à quatre niveaux et surmontée d'un belvédère), les deux saillies latérales à pans coupés ainsi que la galerie longeant la façade (couverte en tôle à baguettes);
- les matériaux du presbytère, dont le soubassement en pierre, le parement en brique, la couverture en plaques de tôle embossée et les éléments ornementaux et architecturaux en bois;
- les ouvertures du presbytère, dont les fenêtres rectangulaires (certaines groupées par deux), les portes à double vantail surmontées d'une imposte, les soupiraux, les lucarnes à pignon (dotées de fenêtres inscrites dans un arc surbaissé), les fenêtres à arc surbaissé ou cintrées du belvédère ainsi que les linteaux et les appuis;
- les éléments ornementaux de la maison curiale, dont le fronton, les aisseliers, les corniches moulurées, à consoles ou à denticules, les appliques menuisées, les pinacles et la balustrade du belvédère;
- l'annexe arrière du presbytère, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, le toit plat, le parement en brique, les fenêtres rectangulaires ainsi que les linteaux et les appuis;
- les souches de cheminée en brique (dont une est couverte de tôle);
- les caractéristiques du cimetière, sont sa situation à l'arrière du lieu de culte, sur un terrain au relief peu accusé planté de nombreux arbres matures, la clôture en fer et en pierre, les stèles disposées en rangées droites, orientées différemment selon le secteur, la présence d'un calvaire et d'un tombeau familial;
- l'implantation de l'église en retrait de la voie publique et l'aménagement du cimetière et du presbytère à l'arrière du lieu de culte, sur un terrain paysager planté de nombreux arbres matures dans le secteur de Sainte-Victoire, près de la rivière Nicolet;
- l'arche marquant l'entrée du site.

Haut de la page

Informations historiques

Le site patrimonial de l'Église-Sainte-Victoire est aménagé sur le territoire du canton d'Arthabaska, constitué en 1802. Les premiers colons s'établissent dans le secteur de Sainte-Victoire en 1833. L'endroit est d'abord desservi par un prêtre missionnaire. Une première chapelle est construite en 1843 à quelques kilomètres au nord-est du lieu de culte actuel. Après 1851, les habitants du secteur doivent se rendre dans la paroisse Saint-Christophe d'Arthabaska pour assister aux offices religieux. La paroisse Sainte-Victoire est finalement érigée canoniquement en 1863. Un décret de la même année permet l'aménagement d'un cimetière et l'érection d'une église en bois avec sacristie. La première messe y est célébrée en 1865 par le vicaire de la paroisse Saint-Christophe. En 1867, un presbytère est construit pour accueillir le premier curé résidant, l'abbé Joseph-Napoléon Héroux (1835-1897). Le lieu de culte est consacré l'année suivante.

À la fin du XIXe siècle, le lieu de culte ne répond plus aux besoins de la communauté grandissante et une nouvelle église plus vaste doit être érigée. En 1896, l'entrepreneur Joseph Gosselin obtient le contrat de construction. La pierre angulaire de l'édifice, conçu par les architectes Louis Caron père (1848-1917) et Louis Caron fils (1871-1926), est bénie en juin 1897. Les travaux se terminent en octobre 1897. Les deux architectes conçoivent aussi les plans du presbytère, construit en même temps que l'église. Ils réalisent aussi le décor intérieur du lieu de culte à partir de 1898. L'édifice religieux est consacré par l'évêque de Nicolet, le 29 juillet 1900. Lors du congrès eucharistique de 1918, une arche monumentale est ajoutée à l'entrée du stationnement. La paroisse Sainte-Victoire change son nom pour celui de Sainte-Trinité en 2005, à la suite de la fusion de plusieurs paroisses.

Le site du patrimoine de l'Église-Sainte-Victoire est constitué en 2006. Il est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Centre-du-Québec

MRC :

  • Arthabaska

Municipalité :

  • Victoriaville

Adresse :

  • rue Notre-Dame Ouest

Latitude :

  • 46° 3' 24.2"

Longitude :

  • -71° 57' 43.1"

Désignation cadastrale :

  • Lot 3 483 373
  • Lot 3 483 374

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BEAUDET, Gisèle, dir. Le patrimoine architectural dans les Bois-Francs. Vol. 1. Arthabaska, Société du Musée Laurier, 1984. 332 p.
  • FRÉCHETTE, Denis. Le diocèse de Nicolet, 1885-1985. s.l. Imprimerie d'Arthabaska, 1985. 363 p.
  • MAILHOT, Charles-Édouard. Les Bois-Francs. Vol. 1. Arthabaska, La Cie d'Imprimerie d'Arthabaskaville, 1914. 473 p.
  • Ville de Victoriaville. Circuit patrimonial de Victoriaville. Guide du promeneur. Victoriaville, Ville de Victoriaville, 2005. 25 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013