Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Barbeau, Marius

Type :

Personne (Homme)

Autre(s) nom(s) :

  • Barbeau, Charles Marius

Date :

  • 1883‑03‑05 – 1969‑02‑27

Occupation :

  • Auteur
  • Ethnologue

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (2)

Plaques commémoratives associées (1)

Voir la liste

Personnes associées (1)

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Identification Personnage historique Municipalité (Sainte-Marie) 2021-11-22

Statuts antérieurs

  • Inventorié
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 5 mars 1883 à Sainte-Marie-de-Beauce (Sainte-Marie), Marius Barbeau est le fils de Charles Barbeau, cultivateur, et de Virginie Morency.

Il réalise son cours classique au Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, de 1897 à 1903. Il étudie ensuite à l'Université Laval à Québec et obtient une licence en droit. Il reçoit ensuite la bourse Cecil-Rhodes en 1907. Il se rend étudier l'anthropologie, l'archéologie et l'ethnologie à l'Université Oxford en Angleterre et réalise un cours d'été à l'École des hautes études de la Sorbonne à Paris (France).

Barbeau travaille au Musée national à Ottawa de 1911 à 1948. En 1911, il débute une série d'enregistrements de chants, contes et légendes qui durent trois ans avec les Hurons de Lorette. Ses recherches le conduisent au folklore canadien-français qui devient rapidement l'objet de plusieurs de ses travaux. Il procède alors à l'enregistrement de chansons folkloriques sur cylindre de cire. En 1919, il organise la Soirée des traditions populaires canadiennes afin de diffuser, entre autres, des chansons traditionnelles du Canada français. Il est considéré comme le pionnier des études universitaires sur le folklore au Canada et effectue des collectes ethnographiques un peu partout au pays et aux États-Unis. Il documente notamment le mode de vie des Tsimshians, implantés en Colombie-Britannique. Son intérêt pour les mâts totémiques des communautés autochtones de la côte ouest contribue à les faire connaître. Tout au long de sa carrière, Barbeau nourrit un imposant fonds d'archives qui comprend des documents sonores, manuscrits et imprimés ainsi que des objets relatifs aux Canadiens français et aux Autochtones. Il collabore aux Archives de folklore de l'Université Laval et enrichit la collection d'enregistrements et de manuscrits.

Au cours de sa carrière, il publie plus de 1000 titres, dont Les Contes populaires canadiens (1916), Indian Days in the Canadien Rockies (1925), The Downfall of Thelahan (1929), Chansons du vieux Québec (1937), Saintes Artisanes I-Les brodeuses (1943), The Aleoutian Route of Migration into America (1945), Le rêve Mamalmouk (1948), etc. Plusieurs de ses livres lui valent des prix littéraires. Il reçoit notamment le prix David à trois reprises : 1925, 1929 et 1945.

Il est membre de la Société royale du Canada (1916) et membre fondateur de l'Académie canadienne-française. En 1918, il est nommé président de l'American Folklore Society. Il est membre fondateur de la Société historique du Canada. Il reçoit la Médaille Lorne-Pierce de la Société royale du Canada en 1950. Il est fait Compagnon de l'Ordre du Canada en 1967. Parmi ses plus grandes réalisations se trouvent celles d'avoir initié la recherche ethnologique et le travail de terrain au Canada, d'avoir sensibilisé les Canadiens à l'intérêt et à la valeur de leur folklore ainsi que d'avoir contribué à l'avancement des connaissances sur la culture canadienne-française et celle des Premières Nations.

Il est décédé à Ottawa le 27 février 1969.

Haut de la page

Intérêt patrimonial

Ce personnage historique est désigné pour les motifs suivants :
« Marius Barbeau naît le 5 mars 1883, à Sainte-Marie. II est le fils de Charles Barbeau et de Virginie Morency. Après des études de droit à l'Université Laval, il étudie à la Sorbonne, à Paris puis à Oxford, en Angleterre.
II se passionne pour le folklore et la culture et amasse une quantité phénoménale de contes, de chansons, de légendes qu'il enregistre sur des cylindres de cire. Ses publications en français et en anglais sont réparties sur plus de 1 000 titres. II collectionne plus de 2 000 objets de musée, 400 contes et 7 000 chansons. Marius Barbeau excelle en ethnologie, en anthropologie, en folklore et en histoire de l'art. II devient président de l'American folklore society. Entre ses recherches, il enseigne à l'Université Laval et à l'Université d'Ottawa. En 1985, il est reconnu personnage d'importance historique nationale par la Commission de lieux et monuments historiques du Canada. Une montagne de l'Arctique canadien, un Centre muséal à Montréal et un Musée à Saint-Joseph-de-Beauce portent fièrement son nom. Trois fois récipiendaire du Prix David, docteur honoris causa de l'Université de Montréal et d'Oxford, Compagnon de l'Ordre du Canada, Marius Barbeau accumule les honneurs tout au long de sa carrière. II est décédé le 27 février1969, à l'âge de 86 ans.
De renommée universelle, Marius Barbeau, né à Sainte-Marie, est Considéré comme l'un des plus grands savants du Canada. Il a fait connaître le patrimoine culturel canadien au sein de différentes universités, donnant des centaines de conférences à des publics de tous âges et de tous milieux. »

Source: Ville de Sainte-Marie, 2021

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • PORTER, John R., dir. et Mario BÉLAND. Marius Barbeau et l'art au Québec : bibliographie analytique et thématique. Québec, Celat, 1988. 135 p.
  • COURNOYER, Jean. La mémoire du Québec: de 1534 à nos jours: répertoire de noms propres. Montréal, Stanké, 2001. 1861 p.
  • E.SMITH, Gordon, Lynda JESSUP et Andrew NURSE. Around and about Marius Barbeau : modelling twentieth-century culture. Gatineau, Mercury series, 2008. 367 p.
  • GAUTHIER, Serge. Marius Barbeau : le grand sourcier. Montréal, XYZ, 2001. 141 p.
  • HAMEL, Réginald, John HARE et Paul WYCZYNSKI. Dictionnaire des auteurs de langue française en Amérique du Nord. Montréal, Fides, 1989. 1364 p.
  • NOWRY, Laurence. Man of Mana, Marius Barbeau. Toronto, NC Press limited, 1995. 448 p.
  • PRESTON, R. J. « Barbeau, Charles Marius ». Historica Canada. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • Rabaska: revue d'ethnologie de l'Amérique française. Vol. 13 (2015).

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013