Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Aiguille à tatouer

Type :

Patrimoine mobilier (Bien archéologique)

Région administrative :

  • Montréal

Date :

  • 2016 (Découverte)

Période :

  • Sylvicole supérieur (1 000 à 450 AA)

Thématique :

  • Patrimoine autochtone (Patrimoine amérindien)

Classification :

  • Bien archéologique > Outils et équipement pour les matériaux > Tatouage

Éléments associés

Inventaires associés (1)

Images

Description

L'aiguille à tatouer est un instrument servant à insérer des pigments de couleur dans la peau pour réaliser des tatouages, fabriquée par les Iroquoiens du Saint-Laurent au cours du Sylvicole supérieur (1 000 à 450 ans avant aujourd'hui). L'aiguille formée à partir d'une éclisse en os mesure 3,93 cm de longueur et 0,42 cm de largeur. Son épaisseur atteint 0,34 cm. Elle présente une base oblique aménagée avec un petit étranglement. Elle a une section transversale en forme de lentille.

Provenance archéologique :

  • BgFn-1 > Numéro de catalogue 3978

Culture :

  • Iroquoiens du Saint-Laurent

Contexte archéologique :

  • Maison longue

Fonctions / usages :

L'aiguille à tatouer sert à insérer des pigments de couleur dans la peau pour réaliser des tatouages.

Lieu de production :

  • Amérique du Nord > Canada > Québec > Montérégie

Type de fabrication :

Artisanal

Technique de fabrication :

  • Abrasé
  • Poli
  • Fendu

Matériaux :

  • Matières organiques - solides stables (Os)

Dimensions :

  • Épaisseur : 0,34 centimètre(s)
  • Largeur : 0,42 centimètre(s)
  • Longueur : 3,93 centimètre(s)

Intégrité :

Objet entier (100% de l'objet)

Nombre de biens :

1

Numéro de l'objet :

  • CARQ : 28
  • Numéro archéologique : BgFn-1-3978
  • Numéro précédent : DR-3978$

Discipline :

  • Archéologie préhistorique

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

L'aiguille à tatouer est un instrument répandu chez les Iroquoiens du Saint-Laurent de la seconde moitié du Sylvicole supérieur (1 000 à 450 ans avant aujourd'hui). Fabriquée dans une éclisse d'os long de mammifère, l'aiguille présente une base oblique aménagée avec un petit étranglement. Elle a une section transversale en forme de lentille. L'importance du tatouage chez les groupes iroquoiens du début de la période de contact avec les Européens témoigne de pratiques sans doute millénaires, mais la décomposition des tissus mous des corps humains ne permet pas d'en retrouver de traces directes. La présence d'aiguilles à tatouer dans les collections archéologiques permet néanmoins d'observer cette coutume au cours du Sylvicole supérieur.

L'aiguille à tatouer a été mise au jour en 2016 sur le site Droulers dans la région de Saint-Anicet en Montérégie.

Haut de la page

Évaluation d'inventaire

  • Numérisation de la collection archéologique de référence du Québec (2016 - )
    Société du musée d'archéologie et d'histoire de Montréal Pointe-à-Callière


  • L'aiguille à tatouer a été sélectionnée pour la collection archéologique de référence du Québec, car elle témoigne de la pratique du tatouage chez les Iroquoiens du Saint-Laurent au Sylvicole supérieur (1 000 à 450 ans avant aujourd'hui).

    Haut de la page

    Emplacement

    Region administrative :

    • Montréal

    Localisation informelle :

    Université de Montréal

    Code Borden

    BgFn-1      

    Haut de la page

    Références

    Notices bibliographiques :

    • BOISVERT, Marie-Ève et Christian GATES ST-PIERRE. « La transformation des matières dures d’origine animale sur le site Droulers ». CHAPDELAINE, Claude, dir. Droulers-Tsiionhiakwatha : chef-lieu iroquoien de Saint-Anicet à la fin du XVe siècle. Paléo-Québec, 38. Montréal, Recherches amérindiennes au Québec, 2019, p. 263-293.

    Multimédias disponibles en ligne :

    Haut de la page

    Gouvernement du Québec

    © Gouvernement du Québec, 2013