Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Huilier

Type :

Patrimoine mobilier (Bien archéologique)

Autre(s) nom(s) :

  • Burette
  • Pot à bec verseur

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Date :

  • après 1699 – avant 1750 (Contexte archéologique)
  • vers 1730 – (Typologie)
  • 1975 (Découverte)

Période :

  • Le Régime français (1534 à 1760)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Classification :

  • Bien archéologique > Outils et équipement pour les matériaux > Alimentation : service et consommation des aliments

Éléments associés

Patrimoine mobilier associé (1)

Personnes associées (2)

Voir la liste

Inventaires associés (2)

Description

L'huilier en faïence blanche de grand feu est un récipient lié au service de l'huile ou du vinaigre. L'objet, fabriqué vers 1730, est complet et fragmenté. Il se compose d'une burette et d'un couvercle. Un rivet en étain est visible dans la partie supérieure de l'anse, et un autre se trouve au niveau du couvercle pour fixer les deux parties ensemble. L'artéfact décoré en camaïeu bleu mesure 13,3 cm de hauteur et 5 cm de diamètre à la base.

Provenance archéologique :

  • CeEt-61 > Opération 1 > Sous-opération L > Numéro de catalogue 28

Site de provenance :

  • Maison Perthuis

Contexte archéologique :

  • Latrines

Fonctions / usages :

L'huilier est un récipient verseur utilisé pour le service de l'huile ou du vinaigre pour assaisonner la salade.

Lieu de production :

  • Europe > France > Languedoc-Roussillon > Montpellier

Type de fabrication :

Artisanal

Technique de fabrication :

  • Moulé
  • Tourné

Matériaux :

  • Céramique - terre cuite fine (Faïence blanche)
  • Métal - métaux et alliages stannifères (Étain)

Technique de décoration :

  • Peint

Décor :

Des broderies « à la Bérain » ornent le couvercle, le goulot et la base. Des fleurons agrémentent l'élément de prise latéral. Une frise de triangles et points souligne le goulot, au-dessus de l'anse. Un double cordon entoure la base.

Dimensions :

  • Diamètre de la base (Mesurée / subsistant) : 5 centimètre(s)
  • Diamètre du rebord (Mesurée / subsistant) : 3,4 centimètre(s)
  • Diamètre extérieur, Couvercle (Mesurée / subsistant) : 4,1 centimètre(s)
  • Diamètre intérieur, Couvercle (Mesurée / subsistant) : 2 centimètre(s)
  • Hauteur, Couvercle (Mesurée / subsistant) : 1,2 centimètre(s)
  • Hauteur (Mesurée / subsistant) : entre 12,3 et 13,3 centimètre(s)

Intégrité :

Objet complet constitué de plusieurs fragments recollés ou non (75% et plus de l'objet)

Nombre de biens :

1

Nombre de parties composantes :

2

Nom des parties composantes :

  • Burette
  • Couvercle

Numéro de l'objet :

  • CARQ : 10
  • Numéro archéologique : CeEt-61-1L-28
  • Numéro de restauration (CCQ) : AE-88-25-35
  • Numéro de restauration (CCQ) : AE-2018-27
  • Numéro de restauration (CCQ) : O-83-243
  • Numéro précédent : 1QU2154(b)-IL-29
  • Numéro précédent : 1QU2154(b)-IL-28

Discipline :

  • Archéologie historique

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Partie d'un objet patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1999-03-04
 

Haut de la page

Informations historiques

L'huilier en faïence est fabriqué en France vers 1730, car il est décoré de broderies « à la Bérain » de belle qualité sur le couvercle, le goulot et la base qui rappellent les productions de Montpellier de ces années.

Le décor « à la Bérain » est inventé par le dessinateur français Jean Berain (1637-1711). Il se caractérise par la disposition symétrique d'une multitude de motifs sur un fond de couleur claire. Parmi ceux-ci se trouvent des festons, des arabesques, des figures fantastiques, des grotesques, des candélabres ou encore des verdures.

L'huilier est toujours muni d'un couvercle à charnière en étain. Il vient toujours en paire, le second contenant étant identique et contenant du vinaigre. Les deux contenants sont toujours réunis dans un petit récipient muni d'une anse, le porte-huilier. Le mélange des deux condiments permet de composer une vinaigrette servant à assaisonner les salades. La consommation de la salade verte s'impose en France après la mort de Louis XIV, en 1715.

L'objet garnit probablement la table de la salle à manger du riche négociant Joseph Perthuis (1714-1782), qui habite une riche demeure de Place-Royale de 1741 à 1750.

L'artéfact est mis au jour en 1975 dans les latrines de la maison Perthuis, dans le secteur de Place-Royale, à Québec, dans un contexte archéologique daté entre 1699 et 1750. Construite par les Sulpiciens en 1644, la maison abrite d'abord un magasin, qui est détruit lors de l'incendie de la Basse-Ville en 1682. Une nouvelle maison est érigée sur les ruines, et est plus tard vendue au marchand Charles Perthuis (1664-1722) en 1699. Le bâtiment change ensuite périodiquement de propriétaire et de vocation et fait l'objet de diverses rénovations. Entre 1970 et 1973, le ministère des Affaires culturelles acquiert le bâtiment, pour le céder plus tard à des propriétaires privés.

Un porte-huilier orné d'un décor identique à cet objet a été retrouvé sur le même site archéologique.

Haut de la page

Évaluation d'inventaire

  • Numérisation de la collection archéologique de référence du Québec (2016 - )
    Société du musée d'archéologie et d'histoire de Montréal Pointe-à-Callière


  • L'huilier a été sélectionné pour la collection archéologique de référence du Québec, car il constitue un exemple d'huilier archéologiquement complet en faïence provenant de Montpellier qui soit orné de broderies.

    Haut de la page

    Emplacement

    Region administrative :

    • Capitale-Nationale

    MRC :

    • Québec

    Municipalité :

    • Québec

    Arrondissement municipal :

    • La Cité

    Adresse :

    • 1825, rue Semple

    Localisation informelle :

    Laboratoire et Réserve d'archéologie du Québec

    Code Borden

    CeEt-61      

    Haut de la page

    Références

    Contributeur de données :

    Laboratoire et Réserve d'archéologie du Québec

    Notices bibliographiques :

    • AUGER, Réginald, Caroline GIRARD, Laetitia MÉTREAU et Jean ROSEN. « Pour une typologie stylistique chrono-thématique des faïences françaises retrouvées dans les anciennes colonies d'Amérique (XVIIe-XVIIIe s.) ». Canadian journal of archaeology / Journal canadien d'archéologie. Vol. 40, no 2 (2016), p. 268-296.
    • GENÊT, Nicole. La faïence de Place-Royale. Collection Patrimoines, série Dossiers, 45. Sainte-Foy, Québec, Publications du Québec, 1996. 315 p.
    • L'ANGLAIS, Paul-Gaston. Les modes de vie à Québec et à Louisbourg au milieu du XVIIIe siècle à partir de collections archéologiques. Collection Patrimoines, série Dossiers, 86. Sainte-Foy, Québec, Publications du Québec, 1994. s.p.
    • LAPOINTE, Camille. Trésors et secrets de Place-Royale : aperçu de la collection archéologique. Sainte-Foy, Québec, Publications du Québec, 1998. 217 p.

    Multimédias disponibles en ligne :

    Haut de la page

    Gouvernement du Québec

    © Gouvernement du Québec, 2013