Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Église Saint-Mathias

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

Municipalité :

  • Saguenay

Date :

  • 1964 – 1965 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la modernité
  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Groupes associés (2)

Personnes associées (2)

Voir la liste

Inventaires associés (1)

Carte

Description

L'église Saint-Mathias est un lieu de culte de tradition catholique érigé en 1964 et en 1965. Le bâtiment en béton est formé d'un plan en losange tronqué et est coiffé d'un toit pyramidal. Implantée au centre d'un vaste terrain paysager, l'église se situe dans un quartier résidentiel et institutionnel du secteur Arvida dans l'arrondissement municipal de Jonquière de la ville de Saguenay.

L'église Saint-Mathias est un immeuble patrimonial classé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. La protection vise l'extérieur du bâtiment et le plafond en bois lamellé-collé de l'intérieur, en excluant les autres éléments de l'intérieur et le terrain sur lequel est situé le bâtiment

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2021-04-16

Statuts antérieurs

  • Avis d'intention de classement prorogé, 2020-12-16
  • Avis d'intention de classement, 2019-12-19
 
Citation Situé dans un site patrimonial Municipalité (Saguenay) 2006-05-01
 
Avis d'intention de classement échu Situé dans un site patrimonial Ministre de la Culture et des Communications

Statuts antérieurs

  • Avis d'intention de classement prorogé, 2020-12-16
  • Avis d'intention de classement, 2019-12-19
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'église Saint-Mathias présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le lieu de culte est érigé quelques décennies après la fondation de la ville d'Arvida, aménagée pour loger les employés de l'Aluminium Company of Canada, devenue la compagnie Alcan. L'augmentation de la population de la localité dans les années suivant la Seconde Guerre mondiale découle de la croissance des activités de l'aluminerie. La paroisse Saint-Mathias est créée en 1955. Les célébrations liturgiques sont tenues dans le gymnase de l'école Sainte-Lucie jusqu'à la construction du lieu de culte, en 1964 et 1965. L'église Saint-Mathias, aménagée au cœur d'un secteur résidentiel, témoigne ainsi du phénomène de l'expansion des villes québécoises dans les années 1950 et 1960 de même que de l'organisation de quartiers autour de lieux de culte.

L'église Saint-Mathias présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le lieu de culte est érigé selon les plans de Jacques Coutu, un architecte important dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Coutu a joué un rôle de pionnier dans l'expression d'un langage architectural avant-gardiste dans la région. La conception de ce bâtiment lui vaut d'ailleurs le Canadian Wood Design Award. La structure est constituée de cadres en béton soutenant la charpente du toit en bois lamellé-collé. Le toit est composé de quatre pans concaves se rejoignant et s'élevant au centre pour former un clocher. Les murs extérieurs en béton apparent sont percés d'étroites fenêtres faisant toute la hauteur de la surface. L'église se distingue notamment par son plan en losange. La décoration intérieure repose principalement sur les éléments structuraux et l'utilisation de matériaux comme le béton et le bois lamellé-collé. Les blocs de béton des murs, en plus de contribuer au décor, améliorent l'acoustique de la salle. Les bandeaux de fenêtres aménagés à la jonction des murs et du toit éclairent le lieu. Le puits de lumière au-dessus du tabernacle est un autre exemple de l'attention prêtée au traitement de l'éclairage. Par ailleurs, l'église est ornée de vitraux exécutés par l'artiste d'origine italienne Mario Mauro.

Source: Ministère de la Culture et des Communications, 2021.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'église Saint-Mathias liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son emplacement dans le secteur Arvida de l'arrondissement de Jonquière de la ville de Saguenay;
- son volume, dont le corps de bâtiment peu élevé présentant un plan en losange, le haut toit à quatre pans recourbés et élancés couvrant la partie centrale de la nef et le toit plat couvrant la périphérie de la nef, le clocher aménagé dans le faîtage ouvert du toit et terminé par une croix;
- la structure et la charpente, dont les fondations en béton, les cadres rigides en béton armé en forme de « h » soutenant les chevrons du toit, la charpente en bois lamellé-collé du toit pentu (fait de fermes de dimensions variables aux formes courbes et d'un pontage de bois perpendiculaire aux fermes), les murs extérieurs à structure autoportante en béton;
- les autres matériaux de l'extérieur, dont le béton des murs avec motifs verticaux de coffrage et le cuivre de la corniche du toit plat;
- les ouvertures, dont les deux portails entièrement vitrés de l'entrée principale (comprenant une porte centrale à double vantail), le portail entièrement vitré de l'entrée secondaire nord-ouest (comprenant une porte centrale à double vantail protégée par un portique), le portail entièrement vitré de l'entrée secondaire sud (comprenant une porte centrale à double vantail), le bandeau de verre ceinturant l'église à la rencontre des deux toitures (comprenant un assemblage de trois fenêtres), le puits de lumière circulaire au-dessus de la réserve eucharistique, les fenêtres verticales étroites des murs extérieurs marquant l'emplacement des cadres rigides en béton, les bandeaux de verre des arêtes du toit (murés à l'extérieur) et les vitraux;
- le plafond en bois lamellé-collé.

Haut de la page

Informations historiques

L'église Saint-Mathias est une église catholique moderne établie dans la ville de Jonquière (aujourd'hui Saguenay). La paroisse est fondée en juin 1955. Les premiers offices religieux sont célébrés dans le gymnase de l'école Sainte-Lucie et une maison est acquise afin de servir de presbytère temporaire. Cette maison est vendue en 1957 et les architectes Alfred Lamontagne (1883-1967) et Armand Gravel (1895-1980) dressent les plans du nouveau presbytère érigé l'année suivante. Pour la construction du lieu de culte, c'est l'architecte Jacques Coutu (né en 1927), un des principaux protagonistes de l'expressionnisme formel au Québec, qui est retenu. Les travaux commencent en 1964 et se terminent en 1965.

L'église se distingue par son plan en losange. Les bancs sont déployés en éventail autour de l'autel pour permettre un rapprochement des fidèles et favoriser leur participation. Cette configuration laisse aussi de l'espace dans le plan, autour de la nef, pour aménager des salles communautaires. La toiture est formée de quatre versants concaves se rejoignant au centre pour former un clocher constituant un véritable point de repère dans le quartier.

La décoration intérieure repose principalement sur les éléments structuraux et l'utilisation de matériaux comme le béton, le bois lamellé-collé et le granit noir du mobilier liturgique. La forme des blocs de béton des murs, en plus de créer un effet décoratif, améliore l'acoustique du lieu de culte. L'artiste d'origine italienne Mario Mauro (1920-1985) réalise les vitraux.

Coutu reçoit en 1965 le Canadian Wood Design Award pour ce bâtiment.

En 1971, le recouvrement en cuivre de la toiture est changé pour du bardeau d'asphalte. Quatre ans plus tard, le toit est de nouveau rénové afin de refermer les quatre bandeaux vitrés et ainsi mettre fin aux infiltrations d'eau.

En 2000, la paroisse Saint-Mathias fusionne avec celle de Saint-Jacques pour former la paroisse Saint-Étienne. Cinq ans plus tard, une nouvelle fusion, cette fois avec Saint Jean Eudes, crée la paroisse Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus.

Le lieu de culte fait partie du site patrimonial de l'Église-Saint-Mathias cité en 2006.

L'église est classée en 2021.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Saguenay--Lac-Saint-Jean

MRC :

  • Saguenay

Municipalité :

  • Saguenay

Arrondissement municipal :

  • Jonquière

Adresse :

  • 2327, rue Lévesque

Latitude :

  • 48° 24' 30.0"

Longitude :

  • -71° 10' 22.5"

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 292 625

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BERGERON, Claude. Architecture des églises du Québec : 1940-1985. Québec, Presses de l'Université Laval, 1987. 383 p.
  • BERGERON, Claude. « Le modernisme venu du Nord: Les églises du Saguenay-Lac-Saint-Jean ». Bulletin de la Société pour l'étude de l'architecture au Canada. Vol. 13, no 9 (1988), p. 9-21.
  • HURNI, Jean-Claude et Laurent LAMY. Architecture contemporaine au Québec 1960-1970. Montréal, Hexagone, 1983. 179 p.
  • MORISSET, Lucie K. et Luc NOPPEN. Jonquière, mémoires et lieux: Guide d'excursion et d'interprétation du patrimoine. Jonquière, Ministère de la culture et des communications, 1994. 103 p.
  • s.a. « Chapelle conventuelle Église abbatiale de l'Abbaye Notre-Dame-de-la-Paix ». s.a. Inventaire des lieux de culte du Québec [En ligne]. http://www.lieuxdeculte.qc.ca/fiche.php?LIEU_CULTE_ID=99693
  • s.a. « Église Saint-Mathias, Arvida ». Architecture, bâtiment, construction. Vol. 20, no 236 (1965), p. 28-32.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013