Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Cimetière Douglass

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • The Douglass Cemetery of Napierville

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Saint-Cyprien-de-Napierville

Date :

  • vers 1819 –  (Ouverture)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Usage :

  • Services et institutions (Cimetières)

Éléments associés

Personnes associées (10)

Images

Carte

Description

Le cimetière Douglass est un lieu de sépulture non confessionnel aménagé vers 1819. Ce cimetière de taille moyenne se compose d'un terrain dégagé légèrement dénivelé et délimité par une clôture, une haie et un boisé. Les stèles sont disposées en rangées. Le cimetière Douglass est situé en bordure de la voie publique, en milieu rural, dans la municipalité de Saint-Cyprien-de-Napierville.

Ce bien est cité site patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Site patrimonial Municipalité (Saint-Cyprien-de-Napierville) 1995-05-01
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le cimetière Douglass présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec plusieurs personnes ayant marqué l'histoire locale. Nathaniel Douglass (1754-1821), originaire du Connecticut, s'installe dans la seigneurie de Léry, au tournant du XIXe siècle. Son fils, Nathaniel Douglass, acquiert une terre dont il réserve une partie pour l'établissement d'un cimetière familial. Plusieurs sépultures rappellent la présence de la famille Douglass dans le secteur, notamment celles de Nathaniel Douglass père, de Nathaniel Douglass fils (1774-1829), de l'épouse de ce dernier, Lucy Convers (1774-1837) et de plusieurs de leurs descendants. Des amis de la famille y sont également inhumés. Non confessionnel, le cimetière Douglass est principalement utilisé au XIXe siècle par les méthodistes et les baptistes. Il témoigne donc de l'établissement de communautés protestantes dans le secteur. Un certain nombre de notables y sont aussi enterrés, notamment le premier maire de Saint-Cyprien-de-Léry, Loop Odell (1802-1859), le sixième maire de Napierville, Julius Alexandre Marceau (1854-1913), six conseillers municipaux, dont Edward Wheeler Douglass (1798-1847), le médecin Louis Théodore Marceau (1849-1890) et l'avocat Albert William Stuart (1894-1952). Le cimetière Douglass rappelle ainsi la présence de personnes ayant marqué le développement de la localité.

Le cimetière Douglass présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique comme témoin des rébellions de 1837 et 1838. La bataille d'Odelltown s'est tenue le 9 novembre 1838, alors qu'un groupe de patriotes formé de près de 600 hommes se dirige vers Odelltown, commandé, entre autres, par Robert Nelson (1794-1873), Médard Hébert et Charles Hindelang (1810-1839). Prévenus de leur arrivée, les volontaires loyaux se réfugient dans l'église. Ils sont près de 200, dirigés par le colonel Taylor et le lieutenant-colonel Lewis Odell (1784-1843). Le siège dure quelques heures, jusqu'à ce que des volontaires de Caldwell's Manor arrivent en renfort et provoquent la fuite des patriotes. Deux volontaires loyaux ayant trouvé la mort lors de cette confrontation sont inhumés dans le cimetière Douglass, soit Martin Flowers et John Havener. Au moins un patriote, Amable Cyr (1779-1852), y repose également. Le cimetière rappelle donc l'implication d'une partie de la population de la localité dans ces événements, tant du côté patriote que loyal.

Le cimetière Douglass présente aussi un intérêt pour sa valeur historique reposant sur sa représentativité par rapport à ce type de lieu de sépulture. L'implantation en milieu rural, son intégration discrète dans l'environnement naturel et la sobriété des stèles sont caractéristiques des cimetières ruraux des communautés protestantes. Le cimetière Douglass témoigne par son aménagement de l'identité religieuse de la majorité de ceux qui y reposent.

Source : Municipalité de Saint-Cyprien-de-Napierville, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du cimetière Douglass liés à sa valeur historique comprennent, notamment :
- son implantation sur un terrain dégagé légèrement dénivelé, bordé par une clôture, une haie et un boisé, en bordure de la voie publique, en milieu rural;
- l'alignement des stèles en rangées droites;
- les monuments funéraires en pierre, d'apparence sobre (certains en forme d'obélisque);
- les sépultures des membres de la famille Douglass, dont Nathaniel Douglass (1754-1821), son fils Nathaniel (1774-1829), l'épouse de ce dernier, Lucy Convers (1774-1837) et plusieurs de leurs descendants;
- les sépultures de notables locaux, dont Loop Odell (1802-1859), Julius Alexandre Marceau (1854-1913), Edward Wheeler Douglass (1798-1847), Louis Théodore Marceau (1849-1890) et Albert William Stuart (1894-1952);
- les sépultures de personnes liées aux rébellions de 1837 et 1838, dont Martin Flowers (mort en 1838), John Havener (mort en 1838) et Amable Cyr (1779-1852).

Haut de la page

Informations historiques

Le cimetière Douglass est aménagé dans l'ancienne seigneurie de Léry. Nathaniel Douglass (1754-1821), originaire du Connecticut, s'établit dans cette seigneurie au tournant du XIXe siècle. Son fils Nathaniel (1774-1829) acquiert une terre et en réserve une partie pour l'établissement d'un cimetière familial, à proximité de sa résidence. Plusieurs membres de la famille Douglass y sont enterrés, notamment Nathaniel Douglass père, Nathaniel Douglass fils, l'épouse de ce dernier, Lucy Convers (1774-1837), ainsi que leurs enfants. Les premières sépultures remontent à 1819 et comptent également celles d'amis. Le cimetière n'est pas rattaché à une tradition religieuse spécifique. Cependant, l'endroit est principalement utilisé par les méthodistes et les baptistes des environs.

Le 9 novembre 1838, la dernière bataille des rébellions de 1837 et 1838 a lieu, alors qu'un groupe de patriotes formé de près de 600 hommes se dirige vers Odelltown, commandé entre autres par Robert Nelson (1794-1873), Médard Hébert et Charles Hindelang (1810-1839). Prévenus de leur arrivée, les volontaires loyaux se réfugient dans l'église. Ils sont près de 200, dirigés par le colonel Taylor et le lieutenant-colonel Lewis Odell (1784-1843). Le siège dure quelques heures, jusqu'à ce que des volontaires de Caldwell's Manor arrivent en renfort et provoquent la fuite des patriotes. Deux volontaires loyaux ayant trouvé la mort lors de cette confrontation, Martin Flowers et John Havener, sont inhumés dans le cimetière Douglass. Le corps d'au moins un patriote, Amable Cyr (1779-1852), y repose également.

En 1865, Delilah Weeks (décédée en 1875), veuve d'Edward Wheeler Douglass (1798-1847) et son beau-frère, Amasa Ladd Douglass (décédé en 1870), confirment que le terrain a été donné par Nathaniel Douglass fils à la condition de conserver sa fonction de cimetière. Plusieurs notables y sont inhumés, notamment Loop Odell (1802-1859), premier maire de Saint-Cyprien-de-Léry, Julius Alexandre Marceau (1854-1913), sixième maire de la localité voisine de Napierville, six conseillers municipaux, dont Edward Wheeler Douglass, le médecin Louis Théodore Marceau (1849-1890) ainsi que l'avocat Albert William Stuart (1894-1952).

Le cimetière Douglass est constitué site du patrimoine en 1995. En 2007, une nouvelle clôture est installée. L'année suivante, une enseigne désignant le site complète le cimetière.

Le cimetière est devenu un site patrimonial cité à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • Les Jardins-de-Napierville

Municipalité :

  • Saint-Cyprien-de-Napierville

Adresse :

  • montée Douglass

Latitude :

45° 11' 42.9"

Longitude :

-73° 26' 46.0"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Saint-Jean Paroisse de Saint-Cyprien Absent 603

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • FORTIN, Lionel. Saint-Cyprien, Napierville, 175 ans: 1823-1998. Napierville, Comité des fêtes des 175 ans de Saint-Cyprien et Napierville, 1997. 638 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013