Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial des Églises-de-Kinnear's Mills

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Site historique des Églises-de-Kinnear's Mills

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Kinnear's Mills

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (6)

Personnes associées (2)

Images

Carte

Description

Le site patrimonial des Églises-de-Kinnear's Mills est un ensemble institutionnel comprenant des lieux de culte de différentes confessions érigés au XIXe siècle et au milieu du XXe siècle. Il regroupe quatre églises, soit l'église Candlish United Church (1873), l'ancienne église méthodiste (1876), l'église anglicane Saint-Mark (1897-1899) et l'église catholique Sainte-Catherine-Labouré (1950-1951). Le terrain et les cimetières, avec circonstances et dépendances, de même qu'un segment des rues des Églises et des Fondateurs sont inclus dans le site. Trois lieux de culte sont recouverts de planches à clins peintes en blanc, tandis que l'église catholique est recouverte de bardeaux d'amiante. Chacun présente un plan rectangulaire, un toit à deux versants droits et une facture très sobre. À l'exception de l'ancienne église méthodiste, les façades sont surmontées d'un clocher disposé sur le faîte. Cet ensemble forme le coeur du petit noyau de la municipalité de Kinnear's Mills.

Ce bien est classé site patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Site patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2012-10-19

Statuts antérieurs

  • Reconnaissance, 1985-03-22
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site patrimonial des Églises-de-Kinnear's Mills présente un intérêt pour sa valeur historique. Plusieurs villages des Cantons de l'Est, tels Beebe Plain, Stanbridge East et Clarenceville, comptent des lieux de culte de différentes confessions, mais Kinnear's Mills présente une concentration unique. L'ensemble, qui structure le noyau villageois, regroupe quatre églises, soit l'église Candlish United Church à l'origine presbytérienne, l'ancienne église méthodiste, l'église anglicane Saint-Mark, l'église catholique Sainte-Catherine-Labouré ainsi que les cimetières de trois d'entre elles. Kinnear's Mills fait partie du canton de Leeds, peuplé par des immigrants britanniques débarqués à Québec au cours des années 1820. Parmi eux figurent des presbytériens et des méthodistes, qui sont desservis à partir des années 1830 par des prêcheurs itinérants. Au début de la décennie suivante, une mission catholique est ouverte pour répondre aux besoins des Irlandais et des Canadiens français. Finalement, les anglicans fondent une mission dans le village vers 1860. Le site évoque ainsi la diversité religieuse de la population des Cantons de l'Est et la coexistence de plusieurs confessions dans certaines agglomérations.

Le site patrimonial des Églises-de-Kinnear's Mills présente aussi un intérêt pour sa valeur architecturale. Les quatre églises, malgré la diversité de leurs styles, s'harmonisent par leur sobriété. D'une part, ces lieux de culte reflètent des courants en vogue à l'époque de leur construction. Ainsi, ceux des Églises réformées, bâtis au XIXe siècle, se rattachent aux styles néoclassique et néogothique. L'église Candlish United Church (1873), qui occupe une situation centrale et domine le village par son élévation, témoigne du néoclassicisme. L'ancienne église méthodiste reprend les proportions et certains détails classiques, mais intègre des éléments néogothiques, tels que des ouvertures en arc brisé. L'église anglicane Saint-Mark (1897-1899), avec ses contreforts, son porche en façade et ses ouvertures en arc brisé, illustre l'influence néogothique. Enfin, l'église catholique Sainte-Catherine-Labouré (1950-1951) rappelle l'apport de l'architecte bénédictin Paul Bellot (1876-1944) à l'architecture religieuse québécoise de tradition catholique par son volume trapu, par l'alternance des fenêtres passantes et des fenêtres triples couronnées d'un arc en mitre ainsi que par le porche en façade. D'autre part, toutes ces églises, par leur plan rectangulaire simple, la disposition symétrique et régulière de leurs ouvertures, leur couleur blanche (planches à clins ou bardeau d'amiante) et leur ornementation dépouillée, forment un ensemble harmonieux qui confère au site une unité exceptionnelle.

Le site patrimonial des Églises-de-Kinnear's Mills présente également intérêt pour sa valeur paysagère. Cet ensemble, situé au coeur d'un petit village entouré de collines couvertes en partie de boisés et en partie de prairies, forme avec son environnement un paysage remarquable, en raison de la sobriété des édifices et de leurs cimetières et de la proximité de ses composantes. L'ensemble s'enracine ainsi dans un paysage pittoresque caractéristique des Cantons de l'Est.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés du site patrimonial des Églises-de-Kinnear's Mills liés à ses valeurs historique, paysagère et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation, au coeur du petit noyau de la municipalité de Kinnear's Mills, dans un environnement pittoresque composé de collines couvertes en partie de boisés et en partie de prairies;
- ses composantes, dont l'église Candlish United Church, l'ancienne église méthodiste, l'église anglicane Saint-Mark, l'église catholique Sainte-Catherine-Labouré, le terrain et les cimetières ainsi qu'un segment de la rue des Fondateurs et de la rue des Églises;
- les relations entre ces composantes et leur unité;
- les caractéristiques de l'église Candlish United Church, dont le plan rectangulaire, le toit à deux versants droits de pente moyenne, le clocher sur le faîte en façade, la hauteur des murs, le revêtement de planches à clins peintes en blanc, la couverture en tôle, les ouvertures en bois disposées symétriquement et régulièrement (notamment les hautes baies cintrées et l'oculus au centre du pignon en façade), les planches cornières, les corniches et les retours de corniche en bois;
- les caractéristiques de l'ancienne église méthodiste, dont le plan rectangulaire, le toit à deux versants droits de pente moyenne, l'annexe en retour d'équerre contre le mur nord, l'absence de clocher, le revêtement de planches à clins peintes en blanc, la couverture en tôle de type à la canadienne soudée, ses ouvertures en bois disposées symétriquement et régulièrement (notamment la porte en arc brisé et l'oculus au centre de la façade ainsi que les fenêtres en arc brisé), ainsi que les planches cornières, les corniches et les retours de corniche en bois;
- les caractéristiques de l'église anglicane Saint-Mark, dont le plan rectangulaire, le toit à deux versants droits de pente aiguë, le petit clocher sur le faîte en façade, le porche muni de contreforts, les contreforts disposés régulièrement sur les longs-pans, le revêtement de planches à clins peintes en blanc, les fondations en moellons, la couverture en tôle embossée, ainsi que les ouvertures en bois disposées symétriquement et régulièrement (notamment la porte en arc brisé au centre du porche, les fenêtres en arc brisé de la façade et du porche, le quatre-feuilles au centre du pignon en façade, les fenêtres jumelées en arc brisé des longs-pans et la fenêtre triple en arc brisé du chevet ornée d'un vitrail);
- les caractéristique de l'église catholique Sainte-Catherine-Labouré, dont le plan rectangulaire, le toit à deux versants droits de pente moyenne, le clocher tronconique sur le faîte en façade, le porche surmonté d'une statue de la Vierge, le parvis, l'appentis contre le mur arrière, le revêtement de bardeaux d'amiante et la couverture en tôle du clocher, ainsi que ses ouvertures disposées symétriquement et régulièrement (notamment la porte à deux vantaux du porche aux carreaux formant une croix, les fenêtres passantes à arc en mitre et les oculus polygonaux des longs-pans ainsi que les petites baies triples à arc en mitre de la façade et des longs-pans).

Haut de la page

Informations historiques

Kinnear's Mills fait partie du canton de Leeds, peuplé par des immigrants britanniques débarqués à Québec au cours des années 1820. Le village s'est développé à proximité de deux moulins, l'un à bois et l'autre à farine, érigés le long de la rivière Osgood. Ces derniers appartiennent à John Lambie, qui a construit le premier moulin en 1823. Vers la fin des années 1820, Lambie engage comme assistant le jeune neveu de sa nouvelle épouse, James Kinnear (1818-1901), récemment arrivé d'Écosse avec ses parents. Kinnear prend la relève de Lambie vers 1840 et opère seul les deux moulins. En 1842, il s'établit dans sa propre demeure et épouse Harriet Wilson, qui ouvre peu après un magasin général. Le village commence alors à se former autour de ces bâtiments. Prospère, Kinnear acquiert l'ensemble des propriétés de Lambie en 1855, lesquelles comptent entre autres, outre les deux moulins, le territoire sur lequel est implanté le village. L'agglomération se développe jusqu'à la fin du XIXe siècle. Au tournant du XXe siècle, on y retrouve trois magasins, un hôtel, plusieurs moulins, une fabrique de fromage et des ateliers d'artisans (forgerons, cordonniers et tailleurs).

L'organisation religieuse de Kinnear's Mills s'amorce dans les années 1830. Des pasteurs itinérants desservent la communauté presbytérienne établie à proximité des moulins de Lambie. Quelques méthodistes sont également présents. La localité reçoit aussi la visite de pasteurs, immigrés d'Angleterre pour plusieurs, qui parcourent systématiquement la région de Leeds. Au début de la décennie suivante, une mission catholique est ouverte pour répondre aux besoins des Irlandais et des Canadiens français. Finalement, les anglicans fondent une mission dans le village vers 1860.

Une chapelle presbytérienne en bois rond est bâtie en 1842. En 1855, James Kinnear donne un terrain en vue de la remplacer par une église et d'aménager un cimetière. Il faut cependant attendre 1873 pour que l'édifice soit construit par John et Henri Reid, à l'instigation du révérend James McConechy, premier pasteur presbytérien résidant du village. En 1925, les presbytériens, les méthodistes et les congrégationalistes créent l'Église unie du Canada. L'église devient alors la Candlish United Church of Canada. Le porche est ajouté après 1961 et marqué du millésime 1854, qui évoque la date de l'ordination de James McConechy.

Simultanément à l'édification de la chapelle presbytérienne, une chapelle catholique est élevée en périphérie du village. Elle sert au culte jusqu'à sa vente et sa démolition en 1896. Durant une cinquantaine d'années, hormis un bref épisode qui s'étend de 1922 à 1925 où les paroissiens bénéficient d'une desserte, les catholiques assistent aux offices à Leeds. Des démarches entreprises en 1942 mènent à la création de la desserte de Kinnear's Mills en 1947. L'église actuelle, dédiée à sainte Catherine Labouré, est construite en 1950 et 1951 à l'emplacement de la desserte temporaire, d'après les plans de Jean-Berchmans Gagnon, un architecte de Thetford Mines.

Les anglicans érigent en 1867 une première église sur un terrain donné par James Kinnear. Elle est remplacée trente ans plus tard par l'église actuelle. Vers 1950, le clocher d'origine, jusqu'alors terminé par une flèche élancée, est reconstruit et doté d'un petit toit à quatre versants.

Quoique des méthodistes aient habité Kinnear's Mills depuis les premières décennies du XIXe siècle, leur église date de 1876. Avec la création de l'Église unie du Canada, le bâtiment est transformé en salle paroissiale et sert d'école du dimanche. Une ancienne école de rang est greffée au mur nord à cette époque pour servir de cuisine et de remise.

Le site patrimonial des Églises-de-Kinnear's Mills est reconnu en 1985. Ce bien est devenu classé à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Les Appalaches

Municipalité :

  • Kinnear's Mills

Adresse :

  • rue des Églises
  • rue des Fondateurs

Latitude :

  • 46° 13' 12.1"

Longitude :

  • -71° 22' 47.8"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Thetford Canton de Leeds Rang 4 5-a ptie
5-c
5-d
5-e
5-g
5-h
5-i-1

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • GENÊT, Nicole. « Site des églises ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 421-422.
  • Groupe Harcart Inc. Kinnear's Mills : étude historique et analyse architecturale. s.l. Ministère des Affaires culturelles, Direction générale du patrimoine, 1982. 153 p.
  • KESTEMAN, Jean-Pierre, Diane SAINT-PIERRE et Peter SOUTHAM. Histoire des Cantons de l'Est. Les Régions du Québec, 10. Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1998. 829 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013