Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Chapelle Saint-Agricole

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Chapelle du Petit-Saguenay

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Saint-Raymond

Date :

  • 1860 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Carte

Description

La chapelle Saint-Agricole est un petit lieu de culte de tradition catholique construit en 1860. La chapelle en bois est composée d'une nef de plan rectangulaire terminée par un chevet plat. Le toit à deux versants droits est coiffé d'un clocher surmontant le faîte en façade. Celle-ci comprend une porte à imposte semi-circulaire surmontée d'un oculus. La chapelle Saint-Agricole est située en bordure d'un rang, au coeur d'une vallée, dans la municipalité de Saint-Raymond.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Raymond) 2002-05-06
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La chapelle Saint-Agricole présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. La chapelle, aussi connue sous le nom de chapelle du Petit Saguenay, témoigne de la présence d'une modeste communauté de défricheurs au XIXe siècle à Saint-Raymond. La région appelée Petit Saguenay, montagneuse et couverte d'une forêt dense, est colonisée dès le début des années 1830 par des immigrants irlandais de confession catholique. En même temps, des Canadiens français provenant de l'Ancienne-Lorette s'établissent à proximité. L'église du village de Saint-Raymond se trouve passablement éloignée de ces deux communautés de colons catholiques. En 1860, le curé de la paroisse fait construire une chapelle pour les desservir à un endroit plus éloigné dans les terres. Il la place sous le patronage de saint Agricola. Au tournant du XXe siècle, les colons irlandais abandonnent peu à peu leurs terres en raison de la mauvaise qualité du sol, qui s'avère inexploitable. Les Canadiens français, installés plus au sud, désirent rapprocher la chapelle de leur communauté. En 1904, elle est donc tirée par des chevaux, sans être démontée, jusqu'à son emplacement actuel, à environ trois kilomètres au sud de son site initial. La chapelle Saint-Agricole rappelle les efforts de colonisation dans la région de Saint-Raymond au XIXe siècle.

La chapelle Saint-Agricole présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle est représentative de l'architecture des chapelles rurales québécoises au XIXe siècle. Ces chapelles se caractérisent par leur volume rectangulaire de petites dimensions, leur toit à deux versants ainsi que par leur façade simple surmontée d'un clocheton. Celle de Saint-Raymond témoigne également de l'influence néoclassique sur l'architecture religieuse au Québec au XIXe siècle. Elle comprend, entre autres, des ouvertures cintrées, des retours de corniches en façade ainsi qu'un oculus dans la partie supérieure du pignon. La chapelle Saint-Agricole, qui constitue l'un des bâtiments les plus anciens de la municipalité de Saint-Raymond, se trouve dans un excellent état de conservation.

Source : Municipalité de Saint-Raymond, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la chapelle Saint-Agricole liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son volume, dont la nef de plan rectangulaire terminée par un chevet plat, le toit à deux versants droits ainsi que le clocher sur le faîte en façade (composé d'une base carrée et d'une lanterne à ouvertures cintrées surmontée d'une flèche couronnée d'une croix);
- ses matériaux, dont le parement de planches posées à clins, la toiture en tôle à la canadienne et le bois des ouvertures;
- les ouvertures, dont les fenêtres cintrées à grands carreaux, l'oculus, la porte d'entrée en bois à imposte semi-circulaire vitrée ainsi que les chambranles;
- les ornements, dont les retours de corniche sur la façade et les planches cornières.

Haut de la page

Informations historiques

La chapelle Saint-Agricole est aussi connue sous le nom de chapelle du Petit Saguenay. Elle est érigée pour servir de lieu de culte à une petite communauté de défricheurs. L'endroit appelé le Petit Saguenay, montagneux et boisé, est situé à l'écart du village de Saint-Raymond. Cette région est colonisée dès le début des années 1830 par des immigrants irlandais. Plusieurs de ceux-ci sont de confession catholique ou sont convertis au catholicisme. En même temps, des Canadiens français provenant de l'Ancienne-Lorette s'établissent à proximité. L'église du village se trouve à une distance importante de ces deux communautés. En 1860, le curé de la paroisse fait construire une chapelle à un endroit plus éloigné dans les terres, à proximité de la colonie pour mieux la desservir. Il place la chapelle sous le patronage de saint Agricola.

La chapelle Saint-Agricole est représentative des chapelles construites dans les milieux ruraux du Québec avec son volume rectangulaire de petites dimensions, sa façade simple surmontée d'un clocheton et sa toiture à deux versants. Le bâtiment intègre également des éléments associés à l'architecture néoclassique.

Au tournant du XXe siècle, les colons irlandais du Petit Saguenay abandonnent peu à peu leurs terres en raison de la mauvaise qualité du sol, qui s'avère inexploitable. Les Canadiens français, installés plus au sud, désirent rapprocher la chapelle de leur communauté. En 1904, elle est donc tirée par des chevaux, sans être démontée, jusqu'à son emplacement actuel, à environ trois kilomètres au sud de son site initial. La sacristie, à l'origine accolée au bâtiment, n'est pas déménagée.

Le bâtiment n'a subi presque aucune modification depuis sa construction. L'électricité y est installée tardivement, soit en 1972. La chapelle peut contenir jusqu'à 72 personnes assises. Pendant de nombreuses années, les services religieux sont célébrés quelques fois par année, sur une base irrégulière. De nos jours, la messe de Noël y est célébrée chaque année.

La chapelle Saint-Agricole est citée en 2002.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Portneuf

Municipalité :

  • Saint-Raymond

Adresse :

  • 1 699, rang Saguenay

Lieux-dits :

  • Petit-Saguenay

Latitude :

  • 47° 1' 36.1"

Longitude :

  • -71° 50' 55.3"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Portneuf Paroisse de Saint-Raymond Absent 38 ptie Rang 1 Canton de Roquemont

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BOURQUE, Hélène et Paul LABRECQUE. Les églises et les chapelles de Portneuf. Cap-Santé, MRC de Portneuf, 2000. 75 p.
  • LARUE, Marcel. Premier centenaire de Saint-Raymond, 1842-1942. Saint-Raymond, 1942. s.p.
  • PAQUET, Maryse. Saint-Raymond : une ville, une histoire. Saint-Raymond, 1984. 192 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013