Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison natale Ozias-Leduc

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Montérégie

Municipalité :

  • Mont-Saint-Hilaire

Date :

  • après 1800 – avant 1850 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Personnes associées (1)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

La maison natale Ozias-Leduc est une habitation rurale construite dans la première moitié du XIXe siècle. La résidence en bois, de plan carré à un étage, est coiffée d'un toit aigu à deux versants droits. La demeure se situe légèrement en retrait du chemin Ozias-Leduc, dans un secteur urbain de la municipalité de Mont-Saint-Hilaire.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Mont-Saint-Hilaire) 2000-08-21
 
Citation Situé dans un site patrimonial Municipalité (Mont-Saint-Hilaire) 2018-06-04
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec Ozias Leduc (1864-1955). Celui-ci est l'un des peintres québécois les plus importants de la première moitié du XXe siècle. Leduc est le deuxième enfant d'une famille nombreuse et modeste, qui vit de la culture des pommiers et des travaux d'ébénisterie du père. Leduc amorce sa carrière de peintre vers 1883, alors qu'Adolphe Rho (1835-1905) et Luigi Cappello (1843-1902) l'engagent comme assistant et l'initient à la décoration d'église. Il connaît entre 1893 et 1955 une carrière prolifique et conçoit les décors pour une trentaine de lieux de culte de l'est du Canada et des États-Unis. Un de ses décors les plus connus est d'ailleurs celui de son église paroissiale, Saint-Hilaire (1895-1900). Ami d'artistes, de musiciens et de poètes célèbres, il peint, illustre des oeuvres et rédige ses réflexions sur l'art. Il demeure cependant en marge des courants à la mode. Leduc prend aussi sous son aile un autre peintre natif de Mont-Saint-Hilaire, Paul-Émile Borduas (1905-1960). La carrière d'Ozias Leduc l'amène à voyager et à vivre temporairement à l'extérieur. Toutefois, tant ses figures allégoriques ou historiques, ses portraits, que ses natures mortes, s'inspirent de la localité qui demeure son port d'attache jusqu'à son décès, en 1955. Il oeuvre plus d'une dizaine d'années en politique municipale, ce qui démontre son haut degré d'appartenance à Mont-Saint-Hilaire. La maison natale marque donc la présence du peintre dans la localité et rappelle sa volonté de contribuer à son rayonnement.

La maison natale Ozias-Leduc présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. La maison est construite dans la première moitié du XIXe siècle. Il s'agit d'une modeste demeure rurale, qui permet de comprendre le mode de vie des agriculteurs de cette époque. Elle possède une charpente en pièce sur pièce recouverte d'un parement de planches et s'appuie sur des fondations en pierre. Ce mode de construction est typique des habitations rurales de l'époque. La maison natale Ozias-Leduc figure parmi les plus anciennes demeures qui subsistent à Mont-Saint-Hilaire.

Source : Ville de Mont-Saint-Hilaire, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison natale Ozias-Leduc liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation dans un secteur de pomiculture en marge de l'ancien noyau villageois de Mont-Saint-Hilaire;
- sa situation dans un ancien verger, légèrement en retrait du chemin;- son volume, dont le plan carré sans annexe ni appentis, le toit à deux versants droits;
- les matériaux, dont la charpente en pièce sur pièce, le parement en planche, les fondations ainsi que la cheminée en pierre.

Haut de la page

Informations historiques

La maison natale Ozias-Leduc est vraisemblablement construite dans la première moitié du XIXe siècle. Il est possible qu'elle ait été bâtie par un membre de la famille Leduc. Ozias Leduc (1864-1955) y voit le jour en 1864. La maison est caractéristique des habitations rurales de l'époque par ses dimensions modestes et son mode de construction traditionnelle. Elle possède une charpente en pièce sur pièce posée sur des fondations en pierre et est recouverte de planches.

Ozias Leduc est le deuxième d'une famille de dix enfants. La famille vit modestement de la pomiculture et des travaux de menuiserie du père. Dès son jeune âge, un des enseignants d'Ozias reconnaît son talent pour le dessin et l'incite à le cultiver. À 22 ans, il est pris comme assistant par Luigi Capello (1843-1902) et Adolphe Rho (1835-1905) qui l'initient à la décoration d'église. À partir de 1893, il travaille de manière autonome et connaît une carrière prolifique. Il réalise des peintures et des décors pour une trentaine de lieux de culte de l'est du Canada et des États-Unis.

Bien qu'il voyage pour son travail, Ozias Leduc demeure toute sa vie à Saint-Hilaire. Il construit sa résidence sur le verger familial en 1885, puis son atelier, surnommé « Correlieu », derrière la maison natale en 1892. C'est dans ces lieux qu'il reçoit ses amis, poètes, artistes et peintres, tel Paul-Émile Borduas (1905-1960), son protégé, aussi natif de Saint-Hilaire. La production personnelle de Leduc reste en marge des grands courants. Les natures mortes, portraits et paysages qu'il peint dans son atelier de Saint-Hilaire, témoignent de son attachement à la localité.

En plus de résider à Saint-Hilaire et d'y poursuivre l'activité familiale de pomiculture, Leduc contribue à la vie communautaire de la municipalité. Il participe à son rayonnement en y étant tour à tour, commissaire d'école, conseiller municipal et maire suppléant. Pendant les deux années de son terme, il crée d'ailleurs la Commission d'embellissement de Saint-Hilaire, qui concourt à la valorisation des aménagements paysagers dans la ville.

En 1981, un incendie ravage l'atelier Correlieu et endommage la demeure du peintre. La maison natale n'est pas touchée par cet incendie. Depuis sa construction, elle a subi quelques modifications à sa toiture et à sa galerie.

La maison natale Ozias-Leduc est citée en 2000. En 2005 et 2006, le lot familial et les bâtiments sont acquis par le Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire, dont la mission est notamment de promouvoir l'oeuvre de Leduc. En 2009, d'importants travaux de restauration sont entrepris. La maison natale Ozias-Leduc est ouverte au public depuis 2011.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montérégie

MRC :

  • La Vallée-du-Richelieu

Municipalité :

  • Mont-Saint-Hilaire

Adresse :

  • 284, chemin Ozias-Leduc

Latitude :

  • 45° 32' 43.0"

Longitude :

  • -73° 11' 6.0"

Désignation cadastrale :

  • Lot 3 666 493

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • CAREL, Caroline. « La maison du peintre ». Continuité. No 129 (2011), p. 11-13.
  • CÔTÉ, Alain, dir. Le sage et le rebelle. L'empreinte de deux grands artistes. Beloeil, Société d'histoire de Beloeil - Mont-Saint-Hilaire, 2005. 72 p.
  • LACROIX, Laurier. La décoration religieuse d'Ozias Leduc à l'évêché de Sherbrooke. Université de Montréal, 1973. 379 p.
  • MICHEL, André, dir. Ozias Leduc peintre et citoyen de St-Hilaire. Mont-Saint-Hilaire, Musée d'art de Mont-Saint-Hilaire, 1995. 32 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013