Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison John-Snow

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Rivermead
  • Spruce Grove

Région administrative :

  • Outaouais

Municipalité :

  • Gatineau

Date :

  • vers 1850 – (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (3)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

La maison John-Snow est une résidence construite au début des années 1850. Cette demeure en pierre, de plan rectangulaire à un étage et demi, est coiffée d'un toit à deux versants droits. Elle possède une lucarne-pignon au centre de la façade ainsi qu'un porche vitré. Une galerie ceinture la maison sur deux côtés. Une importante annexe de construction plus récente s'élève à l'arrière. La maison John-Snow est située en retrait du chemin d'Aylmer, sur un vaste terrain boisé, dans le secteur d'Aylmer de la ville de Gatineau.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1 ½

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Annexes :

  • Autre

Saillies :

  • Galerie
  • Porche

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Toutes les façades : Pierre (À bossages)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Asphalte, bardeaux

Porte principale :

  • contemporaine

Fenêtre(s) :

  • cintrée, Contemporaine
  • Rectangulaire, Contemporaine

Lucarne(s) :

  • Lucarne-pignon

Éléments architecturaux :

  • Chaîne d'angle
  • Colonne
  • Plate-bande
  • Retour de l'avant-toit

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Gatineau) 1997-05-06
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison John-Snow présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. La résidence est représentative de l'architecture vernaculaire ontarienne. Cette catégorie de résidence est issue d'une production courante qui se retrouve abondamment dans le paysage des villages du Haut-Canada (Ontario) au cours du XIXe siècle. Elle obtient la faveur de plusieurs habitants du Bas-Canada (Québec) parmi les communautés anglophones à proximité. Il s'agit initialement d'une maison à un étage et demi, généralement en bois, dotée d'un toit à pente moyenne. Les fermiers ontariens adoptent ce type d'habitation entre 1830 et 1875 en raison, notamment, du coût moindre de ses taxes. Au fur et à mesure que le XIXe siècle progresse, de plus en plus de maisons adoptent une lucarne-pignon centrale. Dans bien des cas, plusieurs propriétaires bâtissent en pierre et ajoutent des composantes ornementales associées aux différents styles architecturaux à la mode. La maison John-Snow reprend les caractéristiques de l'architecture vernaculaire ontarienne grâce à un volume rectangulaire à un étage et demi, à la disposition symétrique de ses ouvertures et à son toit à deux versants droits à pente moyenne doté d'une lucarne-pignon centrale. La résidence est également représentative de l'influence du néoclassicisme alors en vogue au XIXe siècle. En effet, elle est bordée sur deux côtés d'une galerie soutenue par des colonnes ouvragées. Par son architecture, la maison John-Snow illustre l'ouverture sur la nature de même que le statut social de son propriétaire.

La maison John-Snow présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son implantation. Elle est bâtie sur l'une des plus anciennes routes d'Aylmer. Il s'agit de l'artère la plus achalandée de la région à partir de 1830 en raison de l'intensification de la colonisation, de l'industrie croissante et de l'amélioration du réseau de transport en général. D'abord chemin rudimentaire à partir de 1805, ce tracé se voit amélioré en 1819 et 1820. La route est alors désignée sous le nom de « Britannia » ou de « Turnpike » et permet de contourner les chutes Chaudière. Cette voie de circulation devient essentielle pour les déplacements et le commerce à l'époque des bateaux à vapeur. La maison John-Snow illustre également l'occupation des terres au XIXe siècle à Aylmer grâce, entre autres, au dégagement du bâtiment par rapport à la voie publique. L'implantation de la maison John-Snow correspondrait d'ailleurs à l'emplacement de la première habitation en bois construite sur le site avant 1850. Ainsi, la maison John-Snow témoigne du développement du territoire au XIXe siècle.

La maison présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec John Allen Snow (mort en 1868). Celui-ci est formé comme arpenteur. Entre 1850 et 1860, il participe à plusieurs projets dans la région comme l'établissement des limites de plusieurs cantons dans les comtés de Renfrew, Lanark, Carleton, Frontenac et Hastings. Au cours de l'année 1868, Snow supervise la construction de la route reliant le lac des Bois et Upper Fort Garry (aujourd'hui Winnipeg). En 1875, la ville de Hull est incorporée. Snow est nommé ingénieur municipal et trace les limites de la ville. La maison demeure la propriété de Snow jusqu'en 1882.

Source : Ville de Gatineau, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison John-Snow liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants droits, la lucarne-pignon centrale ainsi que la galerie ceinturant la maison sur deux côtés, avec ses colonnes;
- les matériaux, dont la maçonnerie en pierre à appareillage régulier, les appuis et plates-bandes des fenêtres en pierre, les éléments d'ornementation en bois;
- les ouvertures, dont leur alignement symétrique, le porche en bois à baies cintrées et à panneaux, les fenêtres rectangulaires à guillotine et à carreaux munies de volets en bois ainsi que la fenêtre tripartite à imposte et à arc surbaissé;
- les éléments ornementaux, dont les retours de corniche sur les murs pignons et la corniche moulurée;
- les souches de cheminées en pierre à chaque extrémité de la toiture;
- l'annexe disposée en retour d'équerre;
- la position de la maison en retrait de la voie publique, sur un vaste terrain paysager;
- sa situation sur le chemin d'Aylmer, dans le secteur d'Aylmer de la ville de Gatineau.

Haut de la page

Informations historiques

Le terrain sur lequel est bâtie la maison John-Snow faisait autrefois partie d'une plus grande propriété ayant appartenu à Philemon Wright (1760-1834). Ce dernier est reconnu comme le fondateur du canton de Hull. La résidence est par ailleurs située sur l'une des plus anciennes artères de la ville de Gatineau, le chemin d'Aylmer. Aménagé à partir de 1805, il s'agit d'abord d'un chemin rudimentaire longeant la rivière des Outaouais, permettant de contourner les chutes Chaudière. Cette voie publique est améliorée de façon significative en 1819 et 1820. Elle est alors désignée sous le nom de chemin « Britannia » ou « Turnpike ». Avec l'arrivée des bateaux à vapeur en 1823, cette route constitue un lien vital dans le déplacement des passagers et le transbordement des marchandises. En effet, elle conduit au quai d'Aylmer situé en amont des chutes du lac Chaudière (aujourd'hui lac Deschênes). Son achalandage provoque l'apparition d'un ensemble de services liés à l'hébergement et au transport.

En 1824, Samuel Kelly Rollins acquiert la propriété où sera bâtie la maison.

Vers 1849, le chemin Britannia prend le nom d'Aylmer. Il est principalement occupé par des agriculteurs ainsi que par des marchands travaillant dans l'industrie du bois. Au XIXe siècle, le chemin d'Aylmer jouit d'une réputation enviable notamment grâce aux citoyens aisés qui y résident.

En 1850, l'arpenteur John Allen Snow (mort en 1868) acquiert la propriété de Rollins. Elle comprend alors une maison en bois rond, deux granges et un hangar. Peu de temps après, Snow remplace la maison en bois par la résidence en pierre actuelle selon un modèle vernaculaire ontarien. Cette architecture se rencontre souvent dans le milieu rural du Haut-Canada au milieu du XIXe siècle. Elle apparaît, entre autres, en réaction à l'impôt foncier appliqué de 1803 à 1853 sur les maisons comptant plus de deux étages. Malgré l'abolition de la loi, le modèle se perpétue dans les milieux ruraux. Au fil du XIXe siècle, il est adapté en fonction du statut social de ses occupants et des influences architecturales.

Entre 1850 et 1860, Snow exerce le métier d'arpenteur. Il travaille en particulier à la délimitation des cantons dans les comtés de Renfrew, Lanark, Carleton, Frontenac et Hastings. En 1868, il supervise la construction de la route reliant le lac des Bois et Upper Fort Garry (aujourd'hui Winnipeg). Au cours de la décennie suivante, il travaille notamment pour la compagnie Quebec, Montreal, Ottawa and Occidental Railway. À la suite de l'incorporation de la ville de Hull en 1875, il devient ingénieur municipal. Dans le cadre de ses fonctions, il trace les limites de la ville.

En 1882, la résidence est acquise par l'ingénieur civil Edward Rainboth qui l'agrandit vers l'arrière. À cette époque, elle est alors appelée « Spruce Grove » en raison des nombreuses épinettes qui ornent le terrain. En 1932, les Rainboth cèdent la propriété à Frederick Ainslee Drought qui lui donne le nom de « Rivermead ».

La maison John-Snow est citée en 1997. Un porche est ajouté après 1998.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Outaouais

MRC :

  • Gatineau

Municipalité :

  • Gatineau

Adresse :

  • 890, chemin d'Aylmer

Lieux-dits :

  • Aylmer

Latitude :

  • 45° 24' 16.0"

Longitude :

  • -75° 47' 34.0"

Désignation cadastrale :

  • Lot 3 116 349

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • ALDRED, Diane. Le Chemin d'Aylmer : une histoire illustrée. The Aylmer Road: an illustrated history. Aylmer, Association du patrimoine d'Aylmer, 1994. 256 p.
  • Association du patrimoine d'Aylmer. Étude - Bâtiments patrimoniaux. Aylmer (Québec), 1998. s.p.
  • GAFFIELD, Chad et al. Histoire de l'Outaouais. Histoire des régions. Québec, IQRC, 1994. 876 p.
  • Pluram Inc. Préservation et mise en valeur des sites d'intérêt historique. Ville d'Aylmer. Inventaire et analyse du paysage architectural. Aylmer, Ville d'Aylmer, 1985. 92 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013