Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Peter-Aylen-Père

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Outaouais

Municipalité :

  • Gatineau

Date :

  • vers 1850 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (3)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

La maison Peter-Aylen-Père est une demeure villageoise bâtie vers 1850. Cette résidence de plan rectangulaire, à un étage et demi, est coiffée d'un toit à deux versants droits. La façade est pourvue d'une baie centrale en saillie dont le pignon rejoint l'arête centrale du toit. Un appentis, ajouté à une époque postérieure, est implanté contre la façade arrière. La maison Peter-Aylen-Père est située en milieu urbain, dans le secteur d'Aylmer de la ville de Gatineau.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1 ½

Groupement :

Détaché

Annexes :

  • Autre

Saillies :

  • Avant-corps
  • Galerie

Élévations :

  • Toutes les façades : Matériau contemporain

Toit :

  • Forme : À deux versants droits

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, Contemporaine

Éléments architecturaux :

  • Épi
  • Retour de l'avant-toit

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Gatineau) 1997-05-06
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec Peter Aylen (1799-1868), un important marchand de bois de la vallée de l'Outaouais. La maison est construite vers 1850 pour celui-ci. Peter Aylen arrive au Canada vers 1815 et s'installe d'abord à Ottawa. Il fait rapidement sa marque dans le commerce du bois de la région, ce qui lui permet de devenir membre associé du « Gatineau Privilege » (1832-1843). Ainsi, les magnats du bois ont le droit d'exploiter la forêt sur une base non concurrentielle le long du plus important tributaire de l'Outaouais. Peter Aylen n'hésite pas à recourir à l'intimidation pour tenter de contrôler le marché du bois. Pour ce faire, il tire profit des Irlandais, « les Shinners », qui se trouvent sans emploi une fois le canal Rideau terminé. Il n'engage qu'eux au détriment des Canadiens français. En 1836, Peter Aylen devient membre fondateur de l'Ottawa Lumber Association qui vise à éliminer la violence régnant alors dans ce secteur d'activité. Son entreprise se dissout au printemps de 1837, et il déménage dans une ferme près de Symmes Landing. De là, il continue à travailler dans le commerce du bois. Il acquiert alors une certaine respectabilité. En 1846, il est élu au conseil municipal du canton de Hull. Il est nommé juge de paix deux ans plus tard. Les affaires d'Aylen continuent de prendre de l'expansion et, au milieu des années 1850, il fait construire une scierie à la chute des Chats sur la rivière des Outaouais. La maison Peter-Aylen-Père évoque le souvenir de cet important marchand de bois de la vallée de l'Outaouais connu comme le « roi des Shinners ».

La maison Peter-Aylen-Père présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Cette résidence villageoise constitue une variante de la maison à gâble central que l'on trouve souvent dans la vallée de l'Outaouais. Ce type architectural se distingue par son plan rectangulaire à un étage et demi, son toit à deux versants droits et sa grande lucarne-pignon en façade. La maison Peter-Aylen-Père est une variante de ce type architectural par la présence d'une baie centrale en saillie dont le pignon rejoint la ligne du toit à deux versants droits, et par la localisation de l'entrée principale décentrée en façade. Cette résidence possède en outre des éléments de l'architecture pittoresque comme des faîteaux en bois.

Source : Ville de Gatineau, 2006.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Peter-Aylen-Père liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants droits, la baie centrale en saillie dont le pignon rejoint l'arête centrale du toit;
- les avant-toits à retour;
- la localisation de l'entrée principale décentrée vers la gauche en façade principale;
- l'ancienne fenêtre de bois à petits carreaux située sur le mur latéral droit, à l'étage;
- les faîteaux en bois des pignons.

Haut de la page

Informations historiques

Peter Aylen (1799-1868) se fait construire une maison en bois couverte de planches vers 1850. La résidence, alors située rue Principale, est entourée de pelouses et d'ormes géants. Peter Aylen est un important marchand de bois de la vallée de l'Outaouais. Il quitte l'Irlande en 1815 pour venir s'établir à Ottawa. Il fait rapidement sa marque dans le commerce du bois de la région, ce qui lui permet de devenir membre associé du « Gatineau Privilege » (1832-1843). Ainsi, les magnats du bois ont le droit d'exploiter la forêt sur une base non concurrentielle le long du plus important tributaire de l'Outaouais. Aylen n'hésite pas à recourir à l'intimidation pour tenter de contrôler le marché. Pour ce faire, il tire profit des Irlandais qui se trouvent sans emploi une fois le canal Rideau achevé. Il n'engage qu'eux au détriment des Canadiens français. En 1836, Peter Aylen est l'un des membres fondateurs de l'Ottawa Lumber Association qui vise à éliminer la violence qui règne dans ce secteur d'activité. L'entreprise de Peter Aylen est dissoute au printemps de 1837. Il déménage dans une ferme près de Symmes Landing (l'actuel secteur d'Aylmer de la ville de Gatineau). De là, il continue à travailler dans le commerce du bois. Il acquiert alors une certaine respectabilité grâce à son élection au conseil municipal du canton de Hull, en 1846, et à sa nomination comme juge de paix, deux ans plus tard. Les affaires d'Aylen continuent de prendre de l'expansion. Au milieu des années 1850, il fait construire une scierie à la chute des Chats sur la rivière des Outaouais.

Après la mort de Peter Aylen, en 1868, son deuxième fils, John, hérite de la résidence qu'il loue alors à l'avocat Richard S. Lawlor. John Aylen meurt en 1900 et, huit ans plus tard, sa femme vend la maison à Henri Vincent. Vendue à M. A. Tardif en 1959, la maison est alors déménagée sur son emplacement actuel, puis convertie en appartements.

La maison Peter-Aylen-Père est citée en 1997.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Outaouais

MRC :

  • Gatineau

Municipalité :

  • Gatineau

Adresse :

  • 108, rue du Patrimoine

Lieux-dits :

  • Aylmer

Localisation informelle :

L'ancienne adresse de ce bien était le 108, rue Albert.

Latitude :

  • 45° 23' 38.0"

Longitude :

  • -75° 50' 28.0"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Gatineau Village d' Aylmer Absent 781-2

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • ALDRED, Diane. Aylmer Québec. Its Heritage / Aylmer Québec. Son patrimoine. Aylmer, Association de Patrimoine d'Aylmer, 1977. 228 p.
  • Association du patrimoine d'Aylmer. Étude - Bâtiments patrimoniaux. Aylmer (Québec), 1998. s.p.
  • CROSS, Michael S. « Aylen (Valely), Peter ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/009004-119.01-e.php?&id_nbr=4272

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013