Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison du Docteur-Joseph-Frenette

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Causapscal

Date :

  • vers 1900 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)
  • Services et institutions (Cabinets de professionnels libéraux)

Éléments associés

Groupes associés (1)

Voir la liste

Personnes associées (1)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

La maison du Docteur-Joseph-Frenette est une résidence villageoise construite à la fin du XIXe siècle. La demeure en bois, de plan rectangulaire à deux étages, est coiffée d'un toit mansardé à deux versants. La maison du Docteur-Joseph-Frenette se situe à proximité d'autres habitations anciennes, sur un terrain qui surplombe la rue Frenette, dans un secteur ancien de la ville de Causapscal.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

2

Groupement :

Détaché

Annexes :

  • Agrandissement

Saillies :

  • Auvent
  • Balcon
  • Cheminée
  • Escalier
  • Galerie

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Toutes les façades : Bois (Planche horizontale)

Toit :

  • Forme : Mansardé
    Matériau : Bois, bardeaux

Autre(s) porte(s) :

  • bois, à panneaux et vitrage

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à moyens ou grands carreaux

Lucarne(s) :

  • À pignon

Éléments architecturaux :

  • Balustrade en bois
  • Chambranle
  • Planche cornière

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Causapscal) 2002-07-02
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison du Docteur-Joseph-Frenette présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. La résidence de Causapscal est un exemple de maison mansardée, un type d'habitation vernaculaire découlant de l'architecture Second Empire. Ce style est élaboré en France au milieu du XIXe siècle. Il est introduit rapidement aux États-Unis et au Canada, grâce aux revues et catalogues d'architecture. Le style Second Empire plaît pour ses qualités esthétiques, et aussi pour les avantages de sa toiture qui offre plus d'espace sous les combles. Cet élément distinctif est repris par l'architecture vernaculaire. La maison mansardée conserve de l'habitation traditionnelle son plan rectangulaire et son volume peu articulé. La toiture mansardée remplace toutefois le toit à deux versants. Ce type apparaît dans les milieux urbains et ruraux au Québec dans le dernier quart du XIXe siècle. La maison du Docteur-Joseph-Frenette en est caractéristique par sa toiture mansardée, son volume rectangulaire et la composition symétrique de sa façade.

La maison du Docteur-Joseph-Frenette présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Elle témoigne de l'importance des médecins de campagne dans l'histoire de la pratique médicale au Québec. En effet, le docteur Joseph Frenette (1866-1953) aménage son cabinet de consultation dans sa demeure en 1907. Il y pratique son métier jusqu'à la fin de sa vie. Il est le premier médecin résidant à Causapscal. Son engagement et son dévouement l'amènent également à soigner ses patients à domicile. Il se déplace à leur chevet et couvre une grande partie du territoire de la vallée de la Matapédia. Le médecin de campagne joue un rôle primordial en milieu rural au début du XXe siècle. Au Québec, l'organisation des services de santé se manifeste surtout à partir des années 1920, à la suite de l'adoption de la Loi sur l'assistance publique en 1921 et de la création du Service d'hygiène de la province de Québec en 1922. Les médecins ruraux sont alors chargés de l'administration de la santé publique en plus de leur pratique habituelle. Dans le Bas-Saint-Laurent, les premiers hôpitaux et les établissements de bienfaisance se situent d'abord dans les villes de Rivière-du-Loup, Rimouski et Matane. Éloignés des grands centres, les résidents de Causapscal doivent donc compter sur le dévouement de leurs médecins ruraux. La maison du Docteur-Joseph-Frenette est aujourd'hui l'un des derniers témoins de l'époque qui précède la prise en charge de la santé publique par l'État.

Source : Ville de Causapscal, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison du Docteur-Joseph-Frenette liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation sur un terrain surélevé, dans un secteur ancien de la ville de Causapscal
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, le toit mansardé à deux versants;
- les matériaux, dont la maçonnerie en pierre des fondations, le parement en planche à feuillure, la couverture en bardeau de cèdre, la couverture en tôle du balcon et de la galerie, le bois des ouvertures et les éléments architecturaux;
- les ouvertures, dont leur disposition symétrique, les fenêtres à battants à grands carreaux, les lucarnes à pignons, les portes vitrées à panneaux, la baie vitrée de la façade avec ses grands carreaux au centre et ses petites baies latérales;
- l'ornementation, dont sa sobriété, les chambranles de facture simple, les planches cornières;
- la galerie, de pleine largeur en façade et son prolongement sur la façade latérale gauche, dont le plafond en planche, le motif de la balustrade composé de séries de trois barreaux, les contremarches ajourées de l'escalier central;
- le balcon engagé dans le brisis de la toiture mansardée, dont le plafond en planche, le motif de la balustrade composé de séries de trois barreaux;
- les souches de cheminée en brique;
- la plaque sur la façade avec le nom et la profession du propriétaire : « Dr J. Frenette ».

Haut de la page

Informations historiques

La maison du Docteur-Joseph-Frenette est construite à la fin du XIXe siècle. Elle est caractéristique d'un type d'architecture résidentielle vernaculaire, soit la maison mansardée. Celle-ci fait la synthèse de l'architecture résidentielle traditionnelle de la seconde moitié du XIXe siècle et d'éléments tirés de l'architecture Second Empire. Le style est élaboré en France au milieu du XIXe siècle. Grâce aux catalogues d'architecture, il est diffusé aux États-Unis, puis au Canada et au Québec. La demeure de Causapscal, coiffée d'un toit mansardé à deux versants, constitue un bon exemple de la maison mansardée. Ce type de résidence est courant dans les milieux urbains et ruraux au Québec dans le dernier quart du XIXe siècle.

Joseph Frenette (1866-1953) est originaire de La Malbaie. En 1892, il fait ses études de médecine à Montréal. Il pratique d'abord dans sa localité. Avec sa femme et ses quatre enfants, il quitte la région de Charlevoix en 1905 pour s'établir dans la vallée de la Matapédia. En 1907, il acquiert une maison à Causapscal. Celle-ci devient sa demeure privée et son cabinet de consultation. Il y pratique son métier pendant 46 ans. Frenette est le premier médecin résidant au village. À cette époque, les institutions de santé sont inexistantes dans la région, d'où l'importance du médecin de campagne dans une localité. En plus de recevoir ses patients, son engagement et son dévouement l'amènent à se déplacer à domicile. Appelé à soigner la population d'une région en plein essor, le docteur Joseph Frenette se rend jusqu'à Amqui. Médecin et chirurgien de formation d'abord, il fabrique aussi ses propres médicaments, pratique des interventions chirurgicales et obstétriques ainsi que des opérations de dentisterie. Il veille à enseigner une bonne hygiène à ses patients. L'étendue de sa pratique l'amène même à intervenir auprès des animaux de ferme, une valeur capitale dans la vie courante des habitants à l'époque.

Les médecins de campagne jouent un rôle primordial en milieu rural au début du XXe siècle. Au Québec, l'organisation des services de santé se manifeste surtout à partir des années 1920 à la suite de l'adoption de la Loi sur l'assistance publique en 1921 et de la création du Service d'hygiène de la province de Québec en 1922. Les médecins ruraux ont alors la responsabilité de l'administration de la santé publique en plus de leur pratique courante. Dans le Bas-Saint-Laurent, les premiers hôpitaux et les établissements de bienfaisance se situent d'abord dans les villes de Rivière-du-Loup, Rimouski et Matane. Éloignés des grands centres, les résidents de Causapscal doivent donc compter sur le dévouement de leurs médecins ruraux.

En 1989, la Ville de Causapscal acquiert la maison dans le but de la restaurer et de la transformer en centre d'interprétation de la vie d'un médecin de campagne. Elle désire y mettre en valeur les instruments de chirurgien, de dentiste et d'apothicaire du docteur Frenette, une collection privée rare au Québec. Cette collection permet de mieux connaître les conditions de pratique de la médecine en milieu rural dans la première moitié du XXe siècle.

La maison du Docteur-Joseph-Frenette est citée en 2002. Elle est aujourd'hui l'un des derniers témoins de l'époque qui précède la prise en charge de la santé publique par l'État. La maison est restaurée selon les plans des architectes Boudreau, Fortier et Associés. En plus de restaurer le bâtiment ancien, une annexe contemporaine est construite à l'arrière de celui-ci. Le centre d'interprétation est inauguré en juin 2005.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

MRC :

  • La Matapédia

Municipalité :

  • Causapscal

Adresse :

  • 3, rue Frenette

Latitude :

  • 48° 21' 13.3"

Longitude :

  • -67° 13' 16.0"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Matapédia Canton de Casupscull Absent A-4

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • FRENETTE, Madeleine. Docteur Joseph Frenette, 1866-1953. Cap-Saint-Ignace, La Plume d'Oie, 1999. 63 p.
  • LAROCQUE, Paul, dir. et Jean LARRIVÉE. Parcours historiques dans la région touristique de la Gaspésie. Rimouski, GRIDEQ, 1998. 481 p.
  • LUSSIER, Isabelle et Caroline ROY. La Vallée-de-la-Matapédia, une histoire d'appartenance. Vol. 9. Sainte-Foy, Les Éditions GID, 2004. 285 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013