Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Moulin Casgrain-Lévesque

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Moulin Lévesque
  • Moulin seigneurial de Saint-Pacôme

Région administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Saint-Pacôme

Date :

  • 1840 (Construction)

Usage :

  • Fonction industrielle, transformation de matières végétales et animales (Moulins à farine)

Éléments associés

Personnes associées (2)

Images

Carte

Description

Le moulin Casgrain-Lévesque est un moulin mû par la force hydraulique, construit en 1840. Ce bâtiment de plan rectangulaire, en bois, s'élève sur deux étages et demi et est coiffé d'un toit à deux versants retroussés. Il est situé sur la berge de la rivière Ouelle, près de la rue principale, dans la municipalité de Saint-Pacôme.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Pacôme) 2003-04-16
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le moulin Casgrain-Lévesque présente un intérêt patrimonial pour ses valeurs architecturale et historique liées à sa rareté. Il s'agit de l'un des seuls moulins à farine construits en bois à subsister sur le territoire de la Côte-du-Sud. Ce moulin est bâti en madriers de bois posés sur le plat, un type de construction dont il ne resterait que très peu d'exemples au Québec. D'autre part, des douze moulins construits en bordure de la rivière Ouelle, le moulin Casgrain-Lévesque est le seul à être conservé. Il constitue, par ailleurs, l'un des plus anciens bâtiments de la municipalité de Saint-Pacôme.

Le moulin Casgrain-Lévesque présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Construit en 1840, ce moulin constitue un témoin du régime seigneurial dans la région de la Côte-du-Sud. Un moulin tel que le moulin Casgrain-Lévesque est dit « banal » en raison de l'obligation imposée aux seigneurs, par le régime seigneurial, de construire un moulin à farine pour leurs censitaires. Ceux-ci doivent en retour y faire moudre leur grain et payer un droit de mouture, appelé aussi droit de banalité. La seigneurie de Rivière-Ouelle, également connue sous le nom de La Bouteillerie, est concédée en 1672. Le moulin Casgrain-Lévesque est le second moulin de cette seigneurie construit sur ce site. Le premier moulin de la seigneurie de Rivière-Ouelle avait été érigé au même endroit en 1769. Le moulin Casgrain-Lévesque est le plus ancien bâtiment encore existant sur ce territoire et témoigne ainsi de l'histoire de la seigneurie de La Bouteillerie.

Le moulin Casgrain-Lévesque présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique découlant de son association avec un personnage important pour l'histoire de la municipalité. Son appellation rappelle en effet que c'est Pierre-Thomas Casgrain (1797-1863), seigneur de la Rivière-Ouelle (ou de la Bouteillerie) et premier maire de Rivière-Ouelle, qui a fait construire le moulin. Pour concevoir le moulin, le seigneur Casgrain fait appel aux services d'Édouard Ennis, un ingénieur de Saint-Pascal. Ennis est connu pour être le concepteur de nombreux moulins de la Côte-du-Sud au XIXe siècle.

Source : Municipalité de Saint-Pacôme, 2006.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du moulin Casgrain-Lévesque liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son implantation sur le site du premier moulin seigneurial;
- sa situation en bordure de la rivière Ouelle;
- sa position près de la rue principale, dans le noyau villageois;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation à deux étages et demi et le toit à deux versants retroussés à débordement;
- sa structure en madriers de bois posés sur le plat;
- son revêtement de planches de bois posées à la verticale;
- ses ouvertures, dont les deux lucarnes de la façade sur rue.

Haut de la page

Informations historiques

En 1672, l'Intendant Jean Talon (1625-1694) concède à Jean-Baptiste-François Deschamps de La Bouteillerie (1646-1703) la seigneurie de la Rivière-Ouelle. Sous le Régime français, plusieurs tentatives de construction de moulins à vent et à eau sont faites dans la partie nord de la seigneurie, sans grand succès. En 1769, un premier moulin est érigé dans la partie sud de ce territoire où les courants de la rivière Ouelle sont favorables au bon fonctionnement d'un moulin à eau.

C'est sur le site de ce premier moulin que Pierre-Thomas Casgrain (1797-1863), seigneur de la Rivière-Ouelle et premier maire de la municipalité du même nom, fait ériger le moulin actuel. Il signe un marché de construction avec Édouard Ennis, un ingénieur de Saint-Pascal, concepteur de nombreux moulins sur le territoire de la Côte-du-Sud. Dans ce contrat, Ennis s'engage auprès de Pierre-Thomas Casgrain à installer un moulin à farine à quatre moulanges, deux bluteaux, un monte-sac, un crible et un appareil pour nettoyer les grains, dans un bâtiment que fera construire le seigneur Casgrain. Le bâtiment est construit en 1840 selon la technique des madriers de bois posés sur le plat.

Construit peu de temps avant l'abolition du régime seigneurial qui survient en 1854, le moulin Casgrain-Lévesque est un moulin dit « banal ». Cette appellation provient de l'obligation faite aux seigneurs de construire un moulin à farine pour leurs censitaires. En retour, ces derniers doivent y faire moudre leur grain et payer un droit de mouture, ou droit de banalité.

En 1896, la famille Lévesque acquiert le moulin. À partir de ce moment, et ce jusqu'en 1920, le moulin servira également à carder la laine. Des membres de la famille Lévesque feront fonctionner le moulin à farine jusqu'en 1951.

Le moulin Casgrain-Lévesque est cité en 2003.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

MRC :

  • Kamouraska

Municipalité :

  • Saint-Pacôme

Adresse :

  • 199, boulevard Bégin

Localisation informelle :

En bordure de la route principale de Saint-Pacôme, sur la berge de la Rivière-Ouelle.

Latitude :

  • 47° 24' 25.1"

Longitude :

  • -69° 57' 7.1"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Kamouraska Paroisse de Saint-Pacôme Absent 431-P

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • ADAM-VILLENEUVE, Francine et Cyrille FELTEAU. Les moulins à eau de la vallée du Saint-Laurent. Montréal, Les Éditions de L'Homme, 1978. 476 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013