Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Arthur-Carmichael

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Date :

  • vers 1850 – vers 1860 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (2)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

La maison Arthur-Carmichael est une demeure québécoise d'inspiration néoclassique construite vers 1860 qui intègre des éléments ajoutés vers la fin du XIXe siècle. Son corps de logis de plan rectangulaire à un étage et demi est coiffé d'un toit à deux versants retroussés. Une galerie couverte d'un avant-toit est aménagée sur toute la longueur de la façade et du mur latéral est. Une tourelle à toit conique perce le versant avant du toit au-dessus de la porte. À l'arrière, une annexe se projette en retour d'équerre. La maison, implantée perpendiculairement par rapport à la voie publique, est située sur un vaste terrain boisé dans l'arrondissement municipal de Charlesbourg de la ville de Québec.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Québec) 2000-08-08

Statuts antérieurs

  • Citation, 1998-01-05
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Arthur-Carmichael présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle évoque une pratique commune à la fin du XIXe siècle qui consiste à modifier les maisons pour les mettre au goût du jour et les adapter aux nouvelles manières d'habiter. La maison Arthur-Carmichael est construite vers 1860 d'après la tradition architecturale en cours au Québec. Son architecture d'origine est illustrée par son corps de logis de plan rectangulaire à un étage et demi, son toit à deux versants retroussés et sa galerie couverte qui court sur toute la longueur de la façade. Au cours des dernières décennies du XIXe siècle, des ajouts sont apportés à cette maison dotée d'éléments inspirés du style Second Empire et du style victorien. L'ornementation des ouvertures, la tourelle aménagée sur le versant avant ainsi que l'annexe au toit mansardé témoignent de ces influences stylistiques. Quant à la galerie latérale couverte d'un pare-soleil, elle permet aux occupants de jouir davantage de l'environnement. Comme le rappelle cette demeure, des modifications sont couramment effectuées au XIXe siècle sur les maisons québécoises d'inspiration néoclassique afin de les adapter aux goûts et aux besoins des occupants.

La maison Arthur-Carmichael présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son implantation. Sa façade principale, qui comporte le plus grand nombre d'ouvertures, est orientée vers le sud et non par rapport à la voie publique, à l'instar des maisons anciennes de la région. Cette tradition issue du Régime français témoigne d'un savoir-faire adapté aux conditions climatiques québécoises. L'orientation vers le sud permet aux occupants de profiter d'un maximum d'ensoleillement et du chauffage passif procuré par le soleil. Elle protège aussi des vents froids du nord-est. La demeure, située en bordure de la voie publique, illustre donc l'implantation traditionnelle des maisons rurales de la ville de Québec.

La maison Arthur-Carmichael présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur la notoriété de l'un de ses propriétaires. Arthur Carmichael (1891-1970) habite cette maison entre 1939 et 1944, période au cours de laquelle il est maire de la municipalité du village de Charlesbourg. Originaire de Charlesbourg, Carmichael est conseiller municipal de 1926 à 1932. Il est élu maire en 1939 et occupe trois mandats consécutifs à la mairie, mais il ne se représente pas en 1945. Arthur Carmichael est une figure importante de l'histoire locale, et sa maison demeure un témoin tangible de son passage à la mairie.

Source : Ville de Québec, 2005.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison Arthur-Carmichael liés à lses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- son volume, dont le corps de logis de plan rectangulaire à un étage et demi, le toit à deux versants avec avant-toits retroussés, la galerie couverte d'un avant-toit, la tourelle de plan octogonal coiffée d'un toit conique couvert de tôle en plaque;
- les matériaux, dont la couverture en tôle à baguette et en tôle en plaque, les boiseries ornementales des ouvertures ainsi que les ornements en fer forgé de la galerie, comprenant les fers moulés du garde-corps et la frise décorative de la rive du toit de la galerie;
- la symétrie et l'ordonnance des éléments de la façade;
- ses ouvertures, dont les fenêtres en bois à battants à grands carreaux, les fenêtres à arc surbaissé,;- l'annexe de deux étages érigée en retour d'équerre à l'arrière, coiffée d'un toit mansardé à quatre versants couvert de tôle à baguettes sur le terrasson et de tôle en plaque sur le brisis;
- la galerie couverte d'un pare-soleil contre le mur est;
- son orientation, dont la façade vers le sud, perpendiculaire à la 1ère Avenue;
- sa situation en bordure de la voie publique.

Haut de la page

Informations historiques

La demeure est construite vers 1860. Elle aurait servi de maison d'été au marchand de bois Evan John Price (1840-1899), quatrième fils de William Price (1789-1867). Evan John Price est aussi sénateur entre 1888 et 1899.

À la fin du XIXe siècle, plusieurs ajouts sont apportés à la maison, dont une tourelle d'esprit victorien en façade et une annexe à toit mansardé, typique de l'architecture Second Empire, à l'arrière. Le décor extérieur de la maison est remis au goût du jour à quelques reprises.

Entre 1939 à 1944, la maison est habitée par Arthur Carmichael (1891-1970), maire de la municipalité du village de Charlesbourg au cours de cette même période. Originaire de Charlesbourg, Carmichael est tailleur et tient un magasin de vêtements pour hommes. Il est commissaire, puis président de la Commission scolaire du Trait-Carré. Carmichael est conseiller municipal de 1926 à 1932. Il est élu maire de la municipalité du village de Charlesbourg en 1939. Carmichael occupe trois mandats consécutifs à la mairie, mais ne se représente pas en 1945. La résidence est communément appelée la maison Carmichael par les habitants de Charlesbourg.

Au cours des années 1970, une cheminée monumentale en pierre est construite sur la façade latérale de la maison. Elle remplace une cheminée plus discrète, autrefois située sur le toit. La maison est l'objet d'importants travaux de rénovation extérieure de 1997 à 1999.

La maison Arthur-Carmichael est citée en 1998.

Haut de la page

Évaluation d'inventaire

  • Inventaire patrimonial de l'arrondissement de Charlesbourg de la ville de Québec, à l'extérieur du site patrimonial déclaré de Charlesbourg (2018)
    Ville de Québec


  • La maison Arthur-Carmichael, implantée au 6985, 1re Avenue, possède une valeur patrimoniale exceptionnelle qui repose sur son âge et son intérêt historique, sur son architecture, son authenticité ainsi que sa position.

    La maison possède une valeur d'âge supérieure et une valeur d'intérêt historique exceptionnelle. Elle a été citée immeuble patrimonial par la Ville de Charlesbourg en 1998. Cette demeure a probablement été érigée au début des années 1850, tout au plus avant 1860, estimation qui repose sur les recherches effectuées ainsi que sur son modèle architectural, la maison traditionnelle québécoise d'influence néoclassique. La maison a été habitée par de nombreux personnages illustres, dont le notaire Samuel-Isidore Glackmeyer, l'homme d'affaires et politicien Evan John Price, le comptable à la douane de Québec Eugène Doucet ainsi que par Arthur Carmichael, maire de Charlesbourg entre 1939 et 1944 qui a donné son nom à la résidence.

    La maison présente une valeur architecturale supérieure en raison de sa représentativité par rapport à la maison traditionnelle québécoise d'influence néoclassique, mais surtout des ajouts subséquents qui la rendent unique. Ce modèle incorpore des éléments de l'architecture du Régime français et du style néoclassique importé par les Britanniques au lendemain de la Conquête. On la reconnait par la symétrie de la composition de la façade, une toiture à deux versants aux versants recourbés et un surhaussement par rapport au sol. Toutefois, ici, les ouvertures ne sont pas symétriques, ce qui laisse supposer un carré de pièce sur pièce plus ancien qui aurait été modifié par la suite. La porte se trouve légèrement décentrée vers la gauche. L'agrandissement à l'arrière, coiffé d'une toiture mansardée, a été réalisé plus tard, sous l'influence du style Second Empire alors que la tourelle de façade et le décor, quant à eux, témoignent d'une influence victorienne de la fin du 19e siècle.

    La maison possède une bonne valeur d'usage. Elle a été pendant de nombreuses années une résidence familiale. Depuis 2007, elle abrite la clinique d'acupuncture.

    La maison présente une valeur d'authenticité supérieure en raison de la conservation de ces composantes traditionnelles. Parmi les éléments anciens qui ont été conservés, la grande galerie sur deux côtés de la maison confère prestige et confort à la demeure. Les éléments en fonte moulés de sa balustrade de même que l'ornement de rive de toiture en fer semblent authentiques. Notons que la grille faîtière a été remise en place sur la toiture. Tous les ornements en bois, chambranles et planches cornières, la porte à panneaux et vitrage, de même que les fenêtres à battants à grands carreaux ont aussi été préservées. Somme toute, cette maison regroupe des apports de diverses époques de façon assez élégante. Parmi les modifications apportées, le principal changement est la construction d'une cheminée en pierre monumentale dans les années 1970. En effet, cette cheminée contemporaine remplace une cheminée beaucoup plus discrète, sur le toit. Cette dernière était ornée de moulures et d'un mitron en terre cuite. La tourelle a également perdu de sa finesse d'antan lorsqu'on a remplacé son recouvrement de tôle et qu'on a remplacé deux de ses fenêtres. Le mât qui la couronnait a disparu. En 2007, la toiture du bâtiment est refaite à neuf avec de la tôle galvanisée selon la méthode de pose traditionnelle dite à baguettes et à la canadienne. Malheureusement, le revêtement mural semble être en vinyle.

    La maison possède une valeur de position supérieure. Elle est située sur une artère importante, soit la 1re Avenue qui reliait Charlesbourg à Québec. De plus, la position de la maison, tournée vers le sud, au cœur d'un terrain boisé est particulièrement intéressante et témoigne de l'ancienneté du bâtiment. Bien que son paysage rural d'origine ait bien changé, la maison reste mise en valeur par un aménagement paysager composé de verdure et d'arbres matures.

    Haut de la page

    Emplacement

    Region administrative :

    • Capitale-Nationale

    MRC :

    • Québec

    Municipalité :

    • Québec

    Arrondissement municipal :

    • Charlesbourg

    Adresse :

    • 6985, 1e Avenue

    Latitude :

    • 46° 51' 20.6"

    Longitude :

    • -71° 15' 52.0"

    Désignation cadastrale :

    • Lot 1 035 241

    Haut de la page

    Références

    Notices bibliographiques :

    • Patri-Arch. Patrimoine de l'arrondissement historique de Charlesbourg. Charlesbourg, Ville de Charlesbourg, Gestion du territoire, 1999. 105 p.
    • s.a. « Les maires de Charlesbourg ». Le Charlesbourgeois. Vol. XI, no 1 (1994), p. 10.
    • s.a. « Les maisons ancestrales ». Le Charlesbourgeois. Vol. VII, no 1 (1990), p. 11.

    Multimédias disponibles en ligne :

    Haut de la page

    Gouvernement du Québec

    © Gouvernement du Québec, 2013