Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Atelier Tardif

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Ancien atelier de menuiserie
  • Résidence Gemma-Tardif

Région administrative :

  • Estrie

Municipalité :

  • Courcelles

Date :

  • 1904 –  (Construction)

Usage :

  • Fonction industrielle, transformation de matières végétales et animales (Fabriques de meubles)
  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (2)

Images

Carte

Description

L'atelier Tardif est un bâtiment construit en 1904. Il possède une double fonction résidentielle et industrielle. La propriété en bois de plan rectangulaire, à deux étages et demi, est coiffée d'un toit à deux versants droits. Une galerie couverte longe l'étage supérieur en façade. Un petit pont de bois relie cette galerie au sommet de la forte dénivellation du terrain où s'élève le bâtiment. Deux annexes rectangulaires de différentes hauteurs et coiffées d'un toit en appentis sont accolées au mur arrière. L'atelier Tardif est situé en bordure de la rivière aux Bluets, en amont d'un barrage, dans le noyau villageois de la municipalité de Courcelles.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Courcelles) 1991-12-23
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'atelier Tardif présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le bâtiment abrite pendant plus de cinquante ans une entreprise familiale de fabrication d'objets en bois. Construit en 1904, cet atelier de menuiserie est acquis par Josaphat-E. Tardif (1891-1968) en 1917. Tardif loge avec sa famille à l'étage et travaille dans l'atelier au rez-de-chaussée. La menuiserie devient alors prospère. Elle se spécialise dans la production de mobilier, de moulures ainsi que de portes et de fenêtres. Durant la crise économique des années 1930, Tardif agit également à titre d'entrepreneur en pompes funèbres. Il fabrique des cercueils et fournit les objets requis pour l'exposition des défunts dans les résidences privées. Une machine à vapeur alimentée par l'eau de la rivière constitue la source principale d'énergie de l'atelier et du moulin. Elle est remplacée par des moteurs électriques en 1948. Le moulin fonctionne alors d'avril à décembre grâce aux membres de la famille. Occasionnellement, quelques employés s'ajoutent à cette main-d'oeuvre. Josaphat-E. Tardif meurt en 1968; l'entreprise cesse alors ses activités. Sa fille, Gemma Tardif, habite aujourd'hui la résidence. La propriété se trouve donc étroitement liée à la présence de la famille Tardif. Elle constitue un témoin important dans l'histoire de l'économie locale.

L'atelier Tardif présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le bâtiment présente une architecture vernaculaire adaptée à ses fonctions résidentielle et industrielle. L'architecture vernaculaire est propre à une région; elle est réalisée à partir des ressources locales disponibles et perpétue les modes de construction traditionnels. L'atelier Tardif est représentatif de ce type par sa structure simple en bois, son plan rectangulaire, son toit à deux versants droits et son ornementation sobre. L'essentiel de l'ornementation est concentré sur la galerie en bois aménagée à l'étage supérieur en façade. Elle souligne la vocation résidentielle de cette partie du bâtiment. Les murs latéraux et arrière sont plus dépouillés et comportent une fenestration irrégulière, qui répond aux besoins de l'atelier. La construction bien conservée témoigne de savoir-faire traditionnels.

Source : Municipalité de Courcelles, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'atelier Tardif liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation en bordure de la rivière aux Bluets, sur un terrain à forte dénivellation, au coeur du noyau villageois;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages et demi, le toit à deux versants droits et la galerie longeant l'étage supérieur de la façade;
- les matériaux, dont la charpente en bois, le parement horizontal ainsi que le bois des éléments architecturaux et des ornements;
- les ouvertures, dont les fenêtres rectangulaires de différentes dimensions (disposées symétriquement en façade et de manière irrégulière sur les murs latéraux et arrière) ainsi que la large porte à double vantail de l'atelier;
- l'ornementation sobre, dont les planches cornières, les supports et le garde-corps menuisés de la galerie;
- le petit pont en bois;
- les deux annexes arrière de plan rectangulaire, d'un étage et demi et de deux étages, coiffées d'un toit en appentis.

Haut de la page

Informations historiques

L'atelier Tardif est construit en 1904 en bordure de la rivière aux Bluets, dans la municipalité de Courcelles, constituée la même année. En 1917, M. J. Anaclet Gagnon vend son atelier à Josaphat-E. Tardif (1891-1968). Ce dernier y aménage une petite entreprise familiale de fabrication d'objets en bois. Tardif loge avec sa famille à l'étage et travaille au rez-de-chaussée. L'entreprise se spécialise dans la production de mobilier, de moulures ainsi que de portes et de fenêtres.

Le bâtiment possède une architecture vernaculaire adaptée à ses fonctions résidentielle et industrielle. Au fil des ans, deux annexes sont ajoutées et agrandissent ainsi l'atelier. Un petit moulin à bardeaux, aujourd'hui disparu, est construit à l'arrière en 1936. Une machine à vapeur alimentée par l'eau de la rivière constitue la source principale d'énergie de l'atelier et du moulin. Elle est remplacée par des moteurs électriques en 1948. Le moulin fonctionne alors d'avril à décembre grâce aux membres de la famille. Occasionnellement, quelques employés s'ajoutent à cette main-d'oeuvre. Toujours en 1948, Jean-Marie Tardif, un des fils de Josaphat, fonde avec un partenaire sa propre entreprise de meubles à Sainte-Martine de Courcelles. Il s'agit de la compagnie Bestar établie depuis à Lac-Mégantic.

Josaphat-E. Tardif meurt en 1968; son entreprise cesse alors ses activités. Sa fille, Gemma Tardif, continue d'habiter la résidence.

L'atelier Tardif est cité en 1991.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Estrie

MRC :

  • Le Granit

Municipalité :

  • Courcelles

Adresse :

  • 105, avenue Sainte-Martine

Latitude :

45° 52' 20.2"

Longitude :

-70° 59' 1.2"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Frontenac Canton d' Aylmer Rang 8 6-37

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • SAINT-PIERRE, André. Album souvenir 100e anniversaire, 1903-2003, Paroisse Sainte-Martine de Courcelles. Sherbrooke, Éditions Louis Bilodeau & Fils, 2003. 768 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013