Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Ancien hôpital Jeffery-Hale

Images

Carte

Description

L'ancien hôpital Jeffery-Hale est un ancien ensemble institutionnel constitué à partir de la fin du XIXe siècle. Il comprend deux imposants bâtiments disposés côte à côte, dans le même alignement. Le pavillon principal est érigé en 1900 et 1901. Il s'agit d'un édifice en brique rouge, de plan en « T » à deux étages et demi, coiffé d'un toit à croupes. Sa façade antérieure comprend un avant-corps central coiffé d'un toit en pavillon, doté d'une imposante lucarne et flanqué de tours légèrement en saillie à toit pyramidal. Construit de 1904 à 1906, le McKenzie Memorial Building est un édifice en brique rouge, de plan en « L » à trois étages, coiffé d'un toit plat et d'un dôme central. L'avant-corps central de la façade antérieure est couronné d'un fronton flanqué de tours coiffées d'un petit dôme et est doté d'un porche semi-circulaire. Situés en milieu urbain, les deux pavillons sont implantés en retrait de la voie publique, sur un grand terrain paysager, dans l'arrondissement municipal de La Cité-Limoilou de la ville de Québec.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2012-10-19

Statuts antérieurs

  • Reconnaissance, 1977-08-04
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'ancien hôpital Jeffery-Hale présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur sa représentativité comme hôpital pavillonnaire. Les hôpitaux de ce type apparaissent à la fin du XIXe siècle, dans la foulée du mouvement hygiéniste et de la découverte de la transmission des germes. Ils sont composés de plusieurs pavillons reliés entre eux par un passage couvert ou des galeries souterraines. Les services et les usagers y sont répartis selon la nature et le degré de contagion des maladies. Cette division s'inscrit dans la spécialisation de la médecine. L'hôpital pavillonnaire répond généralement à un plan d'ensemble et occupe un vaste terrain agrémenté de jardins. L'ancien hôpital Jeffery-Hale en est une illustration par ses nombreux bâtiments regroupés sur un terrain qui s'étend sur tout un îlot urbain. Ses deux bâtiments principaux, soit le pavillon principal et le McKenzie Memorial Building, sont aujourd'hui classés. De plan et de gabarit semblables, ils étaient reliés par un passage couvert. Le pavillon d'isolation des malades contagieux, le Douglas Building pour les tuberculeux et la chaufferie ont été démolis, alors que l'ancienne résidence des infirmières existe toujours. L'ancien hôpital Jeffery-Hale, qui constitue un exemple ancien d'hôpital pavillonnaire au Québec, illustre une phase de l'histoire de la médecine québécoise.

L'ancien hôpital présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son association à la communauté anglo-protestante de Québec. L'hôpital est fondé en 1867, dans une maison sise au coin des rues Saint-Olivier et des Glacis, afin d'héberger et de soigner les pauvres et les malades de religion protestante. Il est mis sur pied grâce au don testamentaire du philanthrope Jeffery Hale (1803-1864). À la fin du XIXe siècle, le bâtiment est trop exigu et ne répond pas aux nouvelles exigences de la médecine. En 1895, un vaste terrain situé dans la partie sud du faubourg Saint-Jean-Baptiste est donc acquis afin de le déménager. La construction des nouveaux bâtiments est financée par les dons de nombreux bienfaiteurs. Les principaux sont l'homme d'affaires William Price (1867-1924) et Elizabeth McKenzie (décédée en 1900), épouse du lieutenant-colonel J. Ferdinand Turnbull, qui lègue sa fortune personnelle pour honorer ses parents. L'ancien hôpital Jeffery-Hale, aujourd'hui intégré à un complexe résidentiel, témoigne toujours de l'importance de la présence anglophone à Québec.

L'ancien hôpital présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Les deux bâtiments ont été érigés d'après les plans des architectes montréalais Alfred Arthur Cox (1860-1944) et Louis-Auguste Amos (1869-1948). Ils témoignent de l'influence de courants architecturaux en vogue au début du XXe siècle. En effet, le pavillon principal et le McKenzie Memorial Building, dont l'organisation est conçue dans l'esprit Beaux-Arts, présentent un volume fonctionnel et une ornementation puisant dans différents styles. Élevé en 1900 et 1901, le pavillon principal illustre l'influence néo-Queen Anne, entre autres par l'usage décoratif de la brique, le jeu des couleurs, les lucarnes à la hollandaise et les tours à toit pyramidal. Le McKenzie Memorial Building, construit de 1904 à 1906, ajoute une note néo-baroque, notamment par son imposant dôme ainsi que par son avant-corps central couronné d'un fronton et flanqué de tours coiffées d'un petit dôme. Les deux pavillons, grâce à leur implantation et à leurs similitudes de volume, de composition et de matériaux, forment un ensemble monumental remarquable. Avec l'ancienne résidence des infirmières, ils sont aujourd'hui intégrés à un complexe résidentiel qui dénote un effort d'intégration des immeubles récents. Ils constituent encore un élément fort du paysage urbain.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'ancien hôpital Jeffery-Hale liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- la situation sur toute la longueur d'un îlot urbain;
- la disposition des deux bâtiments classés, soit le pavillon principal et le McKenzie Memorial Building, côte à côte, en retrait de la voie publique, sur un grand terrain paysager;
- la présence de l'ancienne résidence des infirmières sur le même terrain;
- le volume, dont le plan en « T », l'élévation de deux étages et demi ainsi que le toit à croupes;
- les matériaux, dont les fondations en pierre grise à bossage, la maçonnerie en brique rouge, la couverture en cuivre sur baguettes ainsi que certains ornements en pierre de taille beige (entre autres les bandeaux et le portail);
- les composantes de la façade antérieure symétrique, dont l'avant-corps central et les avant-corps latéraux;
- les composantes de l'avant-corps central, dont le toit en pavillon, les tours légèrement en saillie à toit pyramidal, la lucarne-pignon à la hollandaise, la corniche à redents et le portail à arc surbaissé surmonté d'un imposant linteau en pierre décoré de rosettes, de mascarons et de voussoirs;
- les autres avant-corps de la façade antérieure et ceux de la façade arrière couronnés d'une imposante lucarne-pignon à la hollandaise;
- les avant-corps des façades latérales ornées d'une arcade et d'une imposante lucarne-pignon;
- l'annexe arrière de trois étages terminée par deux oriels à pans coupés;
- les ouvertures, dont les lucarnes à croupe surmontées d'un épi, les fenêtres rectangulaires, les fenêtres cintrées et la porte à double vantail surmontée d'une imposte vitrée;
- l'annexe arrière à un étage (autrefois la chapelle Saint-Barnabé), dont le fronton arrondi, les ouvertures à arc brisé, les contreforts ainsi que les chambranles à voussures et le bandeau en pierre de taille;
- le volume, dont le plan en « L », l'élévation de trois étages, le bandeau d'attique ainsi que le toit plat;
- les matériaux, dont les fondations en pierre grise à bossage, la maçonnerie en brique rouge, la couverture en cuivre des dômes ainsi que certains ornements en pierre de taille beige (entre autres les bandeaux, les corniches, les linteaux, la balustrade du balcon ainsi que le fronton de l'avant-corps central);
- les composantes de la façade antérieure symétrique, dont l'avant-corps central et les avant-corps latéraux;
- les composantes de l'avant-corps central, dont l'imposant dôme, les tours légèrement en retrait coiffées d'un petit dôme, la succession des ordres classiques simplifiés (formés d'une base et de l'ordonnance de pilastres à chapiteaux supportant un entablement, le dernier étant couronné d'un fronton et d'un bandeau d'attique), le cartouche avec inscription ainsi que le porche semi-circulaire doté de colonnes en pierre blanche à chapiteau et surmonté d'un balcon;
- les avant-corps latéraux de la façade antérieure couronnés d'un fronton;
- les ouvertures rectangulaires et le dernier étage en attique;
- les imposantes corniches moulurées ceinturant le bâtiment.

Haut de la page

Informations historiques

L'ancien hôpital Jeffery-Hale, premier centre hospitalier anglophone de Québec, porte le nom de l'homme à l'origine de l'institution. Le philanthrope Jeffery Hale (1803-1864) consacre plusieurs années au financement d'oeuvres sociales. En 1864, il lègue par testament une importante somme au marchand Christian Wurtele pour qu'il fonde un hôpital destiné aux pauvres et aux malades de religion protestante. La maison du pharmacien Joseph Bowles (vers 1817-avant 1901), sise au coin des rues Saint-Olivier et des Glacis (aujourd'hui propriété des Soeurs de la Charité et désignée sous le nom de maison Saint-Joseph), est acquise en 1865. L'hôpital est inauguré en 1867. En 1873, une annexe est construite pour les malades contagieux. Toutefois, le bâtiment s'avère bientôt trop exigu et ne répond plus aux nouvelles exigences de la médecine.

Le développement de l'institution est assuré grâce aux dons de nombreux philanthropes, tels que l'homme d'affaires William Price (1867-1924), l'importateur James Gibb (1799-1858), le grossiste James Gibb Ross (1819-1888) et Elizabeth McKenzie (décédée en 1900), épouse du lieutenant-colonel J. Ferdinand Turnbull, qui lègue sa fortune personnelle à l'hôpital pour honorer ses parents. Le 1er mai 1895, un vaste terrain situé dans la partie sud du faubourg Saint-Jean-Baptiste, appartenant aux Hospitalières de l'Hôtel-Dieu, est acheté afin de déménager l'hôpital. Sur cette propriété s'élevait la tour Martello no 3, construite de 1805 à 1810 et démolie en 1904.

La corporation du Jeffery Hale opte pour un hôpital de type pavillonnaire. Les services et les usagers y sont répartis selon la nature et le degré de contagion des maladies. Les bâtiments sont édifiés à plusieurs années d'intervalle et sans véritable plan d'ensemble. Le pavillon principal est érigé en 1900 et 1901 par William Stuart, un entrepreneur d'Ottawa, d'après les plans des architectes montréalais Alfred Arthur Cox (1860-1944) et Louis-Auguste Amos (1869-1948). En 1902, un pavillon d'isolement pour les malades contagieux est élevé à l'extrémité nord-ouest du terrain. De 1904 à 1906, le McKenzie Memorial Building est bâti par l'entrepreneur Walter Sharpe d'après les plans des architectes Cox et Amos; il est relié au pavillon principal par un passage couvert. Une centrale d'énergie s'ajoute en 1916, d'après les plans des ingénieurs MacMullen, Riley et Durley. Le Douglas Building pour le soin des tuberculeux est construit en 1918. Il rappelle un autre bienfaiteur, le Dr James Douglas. Les travaux sont réalisés d'après les plans de l'architecte Thomas Reid Peacock (1866-1937). En 1928, une chapelle dédiée à saint Barnabé est greffée au pavillon principal. Enfin, une résidence pour les infirmières est érigée en 1931 et 1932 à l'arrière des deux pavillons principaux d'après les plans des architectes Edward Stevens et Frederick Lee.

En 1948, les installations sont jugées désuètes. Un nouvel hôpital est bâti de 1953 à 1955 d'après les plans de l'architecte Lucien Mainguy (1911-1986), sur un terrain offert par Frank William Ross situé à l'angle du chemin Sainte-Foy et de l'avenue Saint-Sacrement. L'ancien hôpital est acquis par le ministère des Travaux publics du Québec. Le pavillon principal et le Mackenzie Memorial Building abritent jusqu'en 1979 les bureaux de la Sûreté du Québec; la chapelle loge la Morgue provinciale pendant quelques années. Les deux édifices sont par la suite achetés par la Société d'habitation du Québec (SHQ), qui les inclut dans un complexe résidentiel qui dénote un effort d'intégration des immeubles récents. Les travaux, réalisés en 1982 d'après les plans des architectes Gauthier, Simard et Deschamps, entraînent la disparition du passage couvert.

L'ancien hôpital Jeffery-Hale est reconnu en 1977. Il est devenu classé à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Québec

Municipalité :

  • Québec

Arrondissement municipal :

  • La Cité

Adresse :

  • 250, boulevard René-Lévesque Est
  • 300, boulevard René-Lévesque Est

Latitude :

  • 46° 48' 25.031"
  • 46° 48' 26.202"

Longitude :

  • -71° 13' 22.997"
  • -71° 13' 20.858"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 303 632

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BAKER, Joseph, dir. Édifices de l'Ancien hôpital Jeffery Hale. Québec, Ministère des Affaires culturelles, Direction générale du patrimoine, 1976. s.p.
  • BERNIER, Jacques. La médecine au Québec: naissance et évolution d'une profession. Québec, Les Presses de l'Université Laval, 1989. 207 p.
  • BERNIER, Suzanne. « Deuxième hôpital Jeffery Hale ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 208-209.
  • BLAIR, Louisa. Les Anglos. La face cachée de Québec. Vol. 2: Depuis 1850. Québec, Commission de la capitale nationale/Éditions Sylvain Harvey, 2005. s.p.
  • BLANCHET, Danielle, Louise FORGET et Sylvie THIVIERGE. Saint-Jean-Baptiste : entre faubourg et centre-ville. Les Quartiers de Québec. Québec, Ville de Québec, 1988. 72 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • GARON, Robert. « Hale, Jeffery ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca
  • GELLY, Alain. Centre Hospitalier Jeffery Hale, 1865-1990/Jeffery Hale's Hospital Centre, 1865-1990. Québec, Centre hospitalier Jeffery Hale, 1990. 186 p.
  • NOPPEN, Luc, Claude PAULETTE et Michel TREMBLAY. Québec : trois siècles d'architecture. Montréal, Libre expression, 1979. 440 p.
  • s.a. Jeffery Hale's Hospital. Québec, s.n. , 1950. 22 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013