Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

École du Rang-II-d'Authier

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • École du rang 2 d'Authier
  • Rang-II-d'Authier, école

Région administrative :

  • Abitibi-Témiscamingue

Municipalité :

  • Authier

Date :

  • 1937 (Construction)

Usage :

  • Services et institutions (Écoles de rang)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Images

Carte

Description

L'école du Rang-II-d'Authier est une ancienne école rurale construite en 1937. L'édifice en bois de plan carré, à un étage et demi, est coiffé d'un toit à deux versants droits. Ses murs sont couverts de planches à clins et percés de huit grandes fenêtres. L'école comprend une classe et un logement pour l'institutrice au rez-de-chaussée. À l'arrière, un hangar à bois, un corridor et des latrines - disposés en enfilade - sont annexés. Située en milieu agricole, cette école est construite en bordure du chemin, sur un terrain plat et dégagé, dans la municipalité d'Authier.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1982-09-30
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'école du Rang-II-d'Authier présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle est représentative de l'architecture des écoles rurales québécoises construites entre 1899 et 1964. Durant cette période, le département de l'Instruction publique du Québec établit des critères d'aménagement pour les écoles de campagne et fournit des plans et devis aux commissions scolaires. Les écoles de rang empruntent à l'habitation rurale quant aux matériaux et aux techniques de construction. En plus de la salle de classe, elles comptent souvent un logement pour l'institutrice et comprennent des dépendances. Selon les normes du département de l'Instruction publique, un nombre minimal de pieds cubes d'air par élève est requis dans chaque classe et la surface vitrée doit représenter au moins de 18 à 20 pour cent de la surface de plancher afin de maximiser l'éclairage naturel. L'école du Rang-II-d'Authier a été construite selon le plan no 15 du département de l'Instruction publique, conçu par l'architecte Edmond Latourelle. Il s'agit d'une école dite « à queue » parce que ses dépendances, situées à l'arrière, forment une série d'annexes communicantes. L'édifice est constitué d'une charpente à claire-voie couverte de planches à clins. De plan carré et à un étage et demi, il est coiffé d'un toit à deux versants droits couvert de tôle et percé d'une cheminée en brique à l'est et d'une cheminée de ventilation en bois à l'ouest. La partie principale comprend une grande pièce servant de classe ainsi qu'un vestiaire, une cuisine et une chambre pour l'institutrice disposés en enfilade. Le rez-de-chaussée est éclairé par huit fenêtres, dont six dans la salle de classe. Un hangar à bois et des latrines, reliés par un corridor, sont greffés à l'arrière et chacune de ces annexes est dotée d'une cheminée de ventilation. Le corridor est séparé par une cloison longitudinale, un côté étant réservé aux garçons et l'autre aux filles. Ayant gardé son apparence d'origine et tous ses éléments constituants, l'école du Rang-II-d'Authier est dans un état de conservation exceptionnel.

L'école du Rang-II-d'Authier présente aussi un intérêt pour sa valeur historique. Elle témoigne d'une pratique de près de 150 ans en matière d'éducation, puisque les écoles de rang ont desservi l'ensemble du territoire rural québécois de 1829 à 1964. Durant cette période, des élèves de tous âges les fréquentent. Ils se partagent alors une seule classe et ne bénéficient de l'enseignement que d'une seule institutrice. Cette dernière, qui assume la lourde tâche d'enseigner à sept niveaux, habite très souvent un logement aménagé dans l'école et doit l'entretenir. Quant aux enfants, ils se rendent généralement à l'école à pied. À Authier en hiver, quelques-uns utilisaient un traîneau tiré par des chiens, qui étaient logés dans les dépendances. L'intégrité du bâtiment, le peu de changement qu'a subi son environnement et son ancienneté relative font de l'école du Rang-II-d'Authier l'un des plus beaux exemples de sa catégorie au Québec. Transformée dans les années 1980 en centre d'interprétation de l'histoire scolaire au Québec de 1910 à 1964, cette école permet de remonter le temps et de vivre au rythme de la vie éducative en milieu rural dans la première moitié du XXe siècle.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2005.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'école du Rang-II-d'Authier liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- son implantation en milieu rural, en bordure du chemin, sur un terrain plat et dégagé;
- son volume, dont le plan carré, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants droits, les annexes (hangar à bois, corridor et latrines dotés de cheminée de ventilation) greffées à l'arrière et disposées en enfilade;
-l'aménagement intérieur comprenant une salle de classe, un vestiaire, une chambre et une cuisine;
- les matériaux, dont la charpente à claire-voie, le recouvrement de planches à clins, la couverture en tôle;
- la cheminée en brique à l'est et la cheminée de ventilation en bois à l'ouest;
- les ouvertures, dont la porte à imposte vitrée dotée d'une contre-porte à l'est, les fenêtres et les petites fenêtres carrées des pignons et des appentis.

Haut de la page

Informations historiques

En 1937, les travaux de construction de l'école du Rang-II-d'Authier sont amorcés. L'ancien local, qui accueillait jusqu'alors les 59 élèves des rangs 2 et 3 de cette municipalité, ne répondait plus aux normes du département de l'Instruction publique. Ce dernier régissait la construction des écoles au Québec depuis 1899, fournissant des plans et devis aux commissions scolaires. Cette école est érigée suivant le plan no 15, conçu par l'architecte Edmond Latourelle. Elle peut recevoir 36 élèves et est dite « à queue », en raison de l'enfilade d'annexes derrière le corps principal.

À la fin des années 1950, les services scolaires sont centralisés et le transport est considérablement amélioré. Les élèvent fréquentent dorénavant les écoles de village. L'école du Rang-II-d'Authier ne fait pas exception et ferme ses portes en 1958. Trois ans plus tard, la commission scolaire vend le bâtiment à un cultivateur, qui l'utilise durant plusieurs années comme remise de ferme. En 1980, des citoyens de la municipalité d'Authier entreprennent des démarches pour faire reconnaître la valeur patrimoniale de l'école.

L'école du Rang-II-d'Authier est classée en 1982. Des travaux de restauration sont alors entrepris et, l'année suivante, elle devient un centre d'interprétation de l'histoire scolaire du Québec de 1910 à 1964.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Abitibi-Témiscamingue

MRC :

  • Abitibi-Ouest

Municipalité :

  • Authier

Adresse :

  • chemin du 2e-Rang

Localisation informelle :

La route 111 se nomme Chemin du deuxième rang dans la municipalité d'Authier

Latitude :

48° 44' 57.066"

Longitude :

-78° 52' 30.655"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Abitibi Canton de Royal-Roussillon Absent 58 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CHARTIER, André et Comité de L'École d'Authier. École de rang : dossier sommaire. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1980. 42 p.
  • CHARTIER, André et Comité de L'École d'Authier. École de rang : étude, relevés et analyse. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1981. 81 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • Continuité. No 102 (2004).
  • DIONNE, Yves. « École du rang 2 d'Authier ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 539-540.
  • DORION, Jacques. Les écoles de rang au Québec. Montréal, Les Éditions de l'homme, 1979. 436 p.
  • GAUDREAU, Valérie. « L'école de rang. Haut lieu de savoir élémentaire ». Continuité. No 102 (2004), p. 47-49.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013