Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Moulin à laine d'Ulverton

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Goddard Mill
  • Moulin Blanchet

Région administrative :

  • Estrie

Municipalité :

  • Ulverton

Date :

  • 1849 – (Construction)

Usage :

  • Fonction industrielle, transformation de matières végétales et animales (Filatures et tissage de la laine (moulin à carder))

Éléments associés

Personnes associées (3)

Images

Carte

Description

Le moulin à laine d'Ulverton est une ancienne manufacture de laine aménagée dans un moulin à eau construit avant 1849. Le bâtiment de plan rectangulaire possède quatre niveaux, soit un soubassement en pierre ainsi que deux étages et un grenier en bois avec parement en bardeaux de cèdre. Un appentis en bois d'un étage est adossé à la façade nord. Le moulin est coiffé d'un toit à deux versants droits conçu en deux paliers formant une lanterne. Il est situé dans la municipalité d'Ulverton, en bordure de la rivière du même nom.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2012-10-19

Statuts antérieurs

  • Reconnaissance, 1977-09-22
  • Reconnaissance, 1975-04-14
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le moulin à laine d'Ulverton présente un intérêt patrimonial pour ses valeurs technologique et architecturale en tant qu'exemple représentatif de moulin à eau utilisé pour la transformation de la laine au XIXe siècle. Ce type de moulin est généralement de grandes dimensions, car il abrite de nombreuses machines. L'assise du moulin d'Ulverton est en pierre des champs et supporte une structure à claire-voie faite de colonnes et de poutres de bois, recouverte de planches horizontales dissimulées par un parement en bardeaux de cèdre. Une fonction est assignée à chaque niveau. Ainsi, le soubassement accueille les activités qui utilisent l'eau de la rivière, c'est-à-dire la production d'énergie, pour actionner les machines, ainsi que d'eau chaude et de vapeur, pour le lavage et la teinture de la laine. Au premier étage, se trouvent les activités de traitement mécanique de la fibre, qui nécessitent de lourdes machines. Divers travaux sont exécutés au deuxième étage, comme le déchiquetage de la laine, le séchage des écheveaux et la finition des fils ou des tissus. Enfin, c'est au grenier que sèchent les tissus et que la laine lavée et colorée est entreposée. Le toit est conçu en deux paliers superposés qui, à l'origine, comprenaient des ouvertures à claire-voie pour l'aération des combles. Les nombreuses fenêtres de chaque façade jouent également un rôle indispensable, car le travail nécessitait un maximum d'éclairage. L'appentis, construit vers 1924, a servi d'entrée principale afin de faire place à un nouveau métier à filer dans le bâtiment principal. L'architecture du moulin à laine d'Ulverton est fort probablement inspirée de celle des nombreux moulins à quatre niveaux construits dans les États américains de la Nouvelle-Angleterre depuis la fin du XVIIIe siècle. Les pionniers des Cantons-de-l'Est, en majorité des Loyalistes, ont conservé des liens avec les habitants du nord-est des États-Unis, où l'industrie de la laine était déjà bien implantée. Durant la première moitié du XIXe siècle, d'autres immigrants britanniques sont venus les rejoindre. Tous ces gens ont apporté avec eux un savoir-faire qui a marqué la région, tant sur le plan technologique qu'architectural.

Le moulin à laine d'Ulverton présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Il témoigne, d'une part, de l'implantation de l'industrie lainière dans les Cantons-de-l'Est au XIXe siècle et, d'autre part, de l'effet de cette industrialisation sur l'économie rurale. Des cardeuses mécaniques et des machines à fouler ont été mises au point dès la fin du XVIIIe siècle. Dans les Cantons-de-l'Est, ces nouvelles technologies sont importées des États américains de la Nouvelle-Angleterre au début du siècle suivant. C'est dans ce contexte que le moulin d'Ulverton, qui a d'abord servi à scier le bois et à carder la laine, est acquis en 1849 par William Read Dunkerley et transformé en une véritable manufacture de laine. Les moulins à laine marquent alors la transition entre la fabrication domestique et la grande industrie. Au XIXe siècle, la majorité des vêtements d'hiver sont faits de lainages. Les moulins traitent la laine apportée par les agriculteurs en exécutant plus efficacement les tâches liées à la préparation de la fibre (cardage, filage, coloration, etc.). Par la suite, les femmes la tissent et la transforment à la maison, notamment en vêtements. Le moulin à laine d'Ulverton est donc un témoin exemplaire du développement de cette industrie et de la mécanisation du travail qui transforme peu à peu l'économie rurale.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2005.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du moulin à laine d'Ulverton liés à ses valeurs technologique, architecturale et historique comprennent, notamment :
- sa situation en milieu rural, en bordure de la rivière Ulverton, en aval d'une chute;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de quatre niveaux, le toit à deux versants droits en deux paliers et l'appentis reconstitué;
- ses matériaux comme le soubassement en pierre des champs, la charpente à claire-voie recouverte de planches horizontales et d'un parement en bardeaux de cèdre, la couverture en bardeaux de cèdre et la cheminée en brique;
- ses ouvertures, dont les nombreuses fenêtres à guillotine et à douze carreaux, la petite fenêtre en losange de chaque pignon, les chambranles de bois ainsi que la porte principale en bois à l'extrémité nord de la façade est;
- la reconstitution des mécanismes.

Haut de la page

Informations historiques

Le moulin à laine d'Ulverton est aménagé en 1849 par William Read Dunkerley, dans un moulin à scier et à carder existant, au moment où l'industrie de la laine est en plein essor dans les Cantons-de-l'Est. Les pionniers de cette région, venus de la Nouvelle-Angleterre, conservent des liens avec les habitants du nord-est des États-Unis, où l'industrie de la laine est déjà bien implantée. D'autres immigrants britanniques s'y installent également durant la première moitié du XIXe siècle. Tous ces gens apportent avec eux un savoir-faire qui marque la région, tant sur le plan technologique qu'architectural. Ainsi, le moulin d'Ulverton reprend la structure à quatre niveaux des moulins construits dans les États américains de la Nouvelle-Angleterre depuis la fin du XVIIIe siècle.

Les moulins à laine comme celui d'Ulverton fonctionnent en symbiose avec le milieu rural. Au XIXe siècle, les agriculteurs prennent en effet l'habitude d'apporter leur laine au moulin pour la faire carder, filer et colorer. Par la suite, les femmes la tissent et la transforment à la maison, notamment en vêtements. Propriétaire du moulin d'Ulverton durant 23 années, William Read Dunkerley le transforme en une véritable manufacture. Dès 1851, l'entreprise se distingue par la qualité de sa laine. À la suite de problèmes financiers qui touchent Dunkerley, elle est reprise par ses créanciers en 1872, et vendue à Georges Henry Goddard, en 1875. Le moulin devient alors le Goddard Mill. Quatre propriétaires vont se succéder. En 1924, Joseph Blanchette, qui exploite le moulin depuis 1906, ajoute un appentis à la façade nord du bâtiment à la suite de l'achat d'un nouveau métier à filer. L'entrée principale est alors replacée de ce côté.

En 1944, le moulin ne pouvant plus répondre adéquatement aux besoins de l'entreprise, celle-ci déménage à Princeville. Le bâtiment est utilisé durant une brève période par un éleveur de visons avant d'être complètement fermé et laissé à l'abandon.

En 1982, le moulin à laine d'Ulverton est reconnu et restauré. L'appentis est alors supprimé et la porte d'entrée principale ramenée à son emplacement initial. Dix ans plus tard, un nouvel appentis, inspiré du précédent, est rebâti. Il est devenu classé à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel. Le moulin à laine d'Ulverton abrite aujourd'hui un centre d'interprétation sur la production et le traitement de la laine.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Estrie

MRC :

  • Le Val-Saint-François

Municipalité :

  • Ulverton

Adresse :

  • 210, chemin Porter

Latitude :

  • 45° 41' 26.462"

Longitude :

  • -72° 16' 10.091"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Richmond Canton de Durham Absent 485 ptie

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • CHARBONNEAU, Francine, Guy MARCHAND et Suzanne VALLÉE. Moulin Blanchette, Ulverton. s.l. 1984. 8 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • DESLAURIERS, Hélène. « Moulin de la rivière Ulverton (Blanchet) ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 62-62.
  • KESTEMAN, Jean-Pierre, Diane SAINT-PIERRE et Peter SOUTHAM. Histoire des Cantons de l'Est. Les Régions du Québec, 10. Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1998. 829 p.
  • LAROSE, Jean-François. Le moulin à laine d'Ulverton. Québec, Les Publications du Québec, 2000. 56 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013