Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Presbytère de Saint-Antoine-de-Tilly

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Saint-Antoine-de-Tilly

Date :

  • 1836 – 1837 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission curiale)
  • Patrimoine religieux (Vie quotidienne)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Presbytères et bâtiments associés)

Images

Carte

Description

Le presbytère de Saint-Antoine-de-Tilly est une résidence à caractère religieux construite en 1836 et 1837. Il subit des remaniements importants en 1912, ce qui lui donne son aspect actuel. Le bâtiment en pierre de plan rectangulaire, à deux étages, est coiffé d'un toit mansardé à quatre versants. Une annexe de plan rectangulaire, à deux étages et coiffé d'un toit mansardé, est implantée en retrait contre la façade latérale droite. Une galerie couverte par le prolongement des brisis ceinture le bâtiment. Le presbytère se situe sur un terrain paysager, en bordure du chemin de Tilly, dans la municipalité de Saint-Antoine-de-Tilly.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Antoine-de-Tilly) 1995-02-06
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le presbytère de Saint-Antoine-de-Tilly présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le bâtiment témoigne de l'histoire de la paroisse de Saint-Antoine-de-Tilly. Celle-ci est concédée en 1672 à Claude-Sébastien de Villieu (1633-avant 1692). En 1700, Pierre-Noël Le Gardeur de Tilly (1652-1720) en fait l'acquisition. L'année 1702 marque la formation de la paroisse. Le seigneur de Tilly fait alors construire une chapelle en bois (dédiée à saint Antoine de Padoue). Elle est implantée sur les rives du fleuve, là où sont installés les premiers habitants. Sous l'impulsion du seigneur, la population s'accroît rapidement. Le noyau de peuplement se déplace à l'est vers les terres en haut de la falaise, sur son site actuel. En 1712, le seigneur de Tilly donne à la fabrique un arpent de terre de front pour y bâtir l'église et le presbytère. La concession d'une terre à la fabrique constitue une coutume qui favorise le développement de la seigneurie. Elle attire ainsi des censitaires. Un premier presbytère est construit probablement autour de 1721, un second en 1739 et l'actuel presbytère en 1836 et 1837. Le bâtiment subit des transformations importantes en 1912, qui lui confèrent son aspect actuel. Le presbytère témoigne donc de la présence ecclésiale à Saint-Antoine-de-Tilly depuis près de 300 ans.

Le presbytère de Saint-Antoine-de-Tilly présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Dans les paroisses du Québec, le presbytère est la résidence du curé, personnage influent et respecté, représentant de l'Église. À l'époque, les autorités ecclésiastiques exigent que les prêtres puissent jouir d'un logement convenable, vaste et plutôt prestigieux. Il doit comprendre aussi des pièces pour recevoir les paroissiens et être suffisamment vaste pour loger un domestique, le ou les vicaires ainsi que l'évêque et sa suite lors de ses visites. Cette habitation s'inspire de l'architecture domestique et comprend des éléments d'ornementation ou de monumentalité. Elle s'apparente aux résidences bourgeoises en milieu rural, car l'habitation du curé doit susciter un sentiment de fierté chez les paroissiens. Le presbytère de Saint-Antoine-de-Tilly est un témoin de l'évolution de l'architecture résidentielle aux XIXe et XXe siècles. Au moment de sa construction, le presbytère s'apparente à un cottage Regency. La bourgeoisie anglophone au Canada introduit ce type d'habitation qui se répand dans la vallée du Saint-Laurent à cette époque. À l'origine, le presbytère de Saint-Antoine-de-Tilly présente un corps de logis de pierre non crépi, un plan presque carré et bas, un toit à croupes et deux hautes souches de cheminées dans le prolongement des murs pignons. Ses ouvertures sont symétriques et son portail est surmonté d'une imposte à arc surbaissé. En 1912, le presbytère est considérablement modifié pour être mis au goût du jour. Un toit mansardé percé de lucarnes remplace l'ancienne toiture à croupes, et un crépi recouvre la pierre. La galerie est également couverte d'un pare-soleil. Le presbytère de Saint-Antoine-de-Tilly conserve les traces de son histoire.

Source : Municipalité de Saint-Antoine-de-Tilly, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du presbytère de Saint-Antoine-de-Tilly liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- les éléments datant de 1837, dont le corps de logis de plan rectangulaire, la maçonnerie en pierre, les deux cheminées dans les murs latéraux, les ouvertures au rez-de-chaussée, le portail encadré de baies vitrées et surmonté d'une imposte à arc surbaissé, les fenêtres à battants à grands carreaux;
- les éléments datant de 1912, dont la toiture mansardée à quatre versants (terrassons couverts de tôle à baguettes, brisis couverts de tôle à la canadienne), les lucarnes à croupe, la galerie couverte aux colonnes à chapiteau dorique;
- l'annexe, dont son implantation en retrait contre la façade latérale droite;
- les éléments d'ornementation dont, la corniche à modillons de la galerie, les chambranles en bois de facture simple;
- sa situation en bordure du chemin de Tilly, dans le noyau paroissial comprenant l'église, la sacristie, le cimetière, le parc avec le belvédère bordant la falaise.

Haut de la page

Informations historiques

L'histoire du presbytère de Saint-Antoine-de-Tilly est étroitement associée à celle de la seigneurie et de la paroisse. Concédée en 1672 au lieutenant Claude-Sébastien de Villieu (1633-avant 1692), la seigneurie n'est guère exploitée. Seuls quelques habitants s'installent en bordure du fleuve Saint-Laurent, voie de communication et de transport. La seigneurie est revendue en 1700 à Pierre-Noël Le Gardeur de Tilly (1652-1720). Ce dernier s'y installe en compagnie de son épouse Madeleine Boucher et favorise la colonisation du territoire. Une petite chapelle en bois dédiée à saint Antoine de Padoue est construite en 1702. L'érection canonique de la paroisse de Saint-Antoine-de-Tilly se fait la même année.

Le site initial en bordure du fleuve n'est plus suffisant. Le noyau de peuplement se déplace alors vers l'est sur les terres en haut de la falaise, soit sur le site actuel. En 1712, le seigneur de Tilly donne à la fabrique un terrain d'un arpent de front pour y bâtir une église et un presbytère. La concession d'une terre à la fabrique constitue une coutume qui favorise le développement de la seigneurie en y attirant des censitaires. Sur un terrain en bordure de l'escarpement, la première église de Saint-Antoine-de-Tilly est d'abord érigée en 1721. Un premier presbytère, semble-t-il, y est aussi construit. Il est reconstruit en 1739. En 1786, une nouvelle église voit le jour quelques mètres plus au sud, soit plus près du chemin de Tilly. Ainsi, l'église actuelle de Saint-Antoine-de-Tilly (classée en 1963) permet de placer le cimetière entre celle-ci et la limite de la falaise.

Le presbytère actuel est érigé en 1836 et 1837. Il s'inspire des cottages Regency construits à la même époque. Par son élégance, le presbytère s'apparente aux résidences bourgeoises en milieu rural. L'habitation du curé doit susciter un sentiment de fierté chez les paroissiens. En 1894, une annexe servant de cuisine est implantée en retrait contre la façade latérale droite. En 1912, des travaux majeurs sont entrepris afin de mettre au goût du jour le bâtiment. Le toit à croupes fait place à un toit mansardé d'inspiration Second Empire. Cette nouvelle toiture permet de récupérer de l'espace à l'étage des combles. Elle introduit par le fait même un élément stylistique en vogue au tournant du XXe siècle au Québec.

Pendant plusieurs années, le presbytère est rattaché à la sacristie par un chemin couvert, et la cuisine d'été est reliée à un hangar à dîme. Le passage reliant le presbytère et la sacristie n'existe plus, ainsi que le hangar à dîme.

Le presbytère de Saint-Antoine-de-Tilly est cité en 1995. La municipalité en fait l'acquisition en 2002 et y aménage son hôtel de ville. Le bureau de poste de la municipalité occupe, quant à lui, l'ancienne cuisine.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Lotbinière

Municipalité :

  • Saint-Antoine-de-Tilly

Adresse :

  • 3868, chemin de Tilly

Latitude :

  • 46° 39' 51.2"

Longitude :

  • -71° 34' 21.6"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Lotbinière Paroisse de Saint-Antoine Absent 103-A

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BERGERON, Solange et Lise DROLET-MICHAUD. Et du fleuve jusqu'à la fin des terres, 1702-2002, Saint-Antoine-de-Tilly. Cap Saint-Ignace, Éditions Cap Saint-Ignace, 2002. 600 p.
  • BROUSSEAU, Réjean. Saint-Antoine-de-Tilly, l'encadrement paroissial. s.l. 1988. 72 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013