Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Moulin à vent de Grondines

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Deschambault-Grondines

Date :

  • 1674 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction industrielle, transformation de matières végétales et animales (Moulins à farine)

Éléments associés

Groupes associés (1)

Personnes associées (2)

Images

Carte

Description

Le moulin à vent de Grondines est une tour cylindrique de trois étages en maçonnerie de pierre, recouverte d'un crépi blanchi et coiffée d'une toiture conique de bardeaux de bois. Le moulin, édifié en 1674, s'élève le long du fleuve Saint-Laurent, dans l'actuelle municipalité de Deschambault-Grondines.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1984-03-16
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le moulin à vent de Grondines présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Il évoque le régime seigneurial en Nouvelle-France, au sein duquel le moulin occupait une place fondamentale, stimulant le développement socioéconomique de la colonie. En 1686, le Conseil souverain impose, en effet, aux seigneurs de construire un moulin à farine pour leurs censitaires, qui doivent y faire moudre leur grain et payer en retour un droit de mouture, nommé droit de banalité. Pour cette raison, un moulin à farine tel que le moulin de Grondines est dit « moulin banal ». Ce bien permet ainsi de comprendre et d'expliquer un aspect du mode de vie de l'époque et l'importance socioéconomique du moulin banal au sein des seigneuries. Vraisemblablement construit en 1674, le moulin à vent de Grondines est en outre l'un des plus anciens moulins à vent subsistant au Québec. Par ailleurs, le moulin à vent de Grondines témoigne également des changements d'usage subis par les moulins à vent situés le long du fleuve Saint-Laurent, qui entraînent parfois leur transformation complète. Dans le cas du moulin à vent de Grondines, l'ajout de lambris à l'intérieur et la disparition des mécanismes découlent de ce changement de vocation. De 1912 à 1972, il sert, en effet, de phare pour la navigation sur le fleuve Saint-Laurent. Toutefois, à travers cette conversion, le moulin à vent de Grondines demeure un repère visuel et un élément important du paysage de cette partie du corridor fluvial.

Le moulin à vent de Grondines présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur technologique. Bien que privé de ses mécanismes d'origine, il témoigne d'une technologie préindustrielle utilisée au cours du Régime français et au début du Régime anglais, où la force motrice du vent sert à actionner les ailes, qui transmettent le mouvement de rotation aux mécanismes pour produire la farine. Le moulin à vent de Grondines, à l'instar de plusieurs autres érigés entre le XVIIe et le XIXe siècle dans la vallée du Saint-Laurent, est implanté aux abords du fleuve Saint-Laurent, dans une région au relief plat, afin de tirer profit des vents dominants.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du moulin à vent de Grondines liés à ses valeurs historique et technologique comprennent, notamment :
- l'intégration au site archéologique du village déserté de Grondines;
- la situation aux abords du fleuve Saint-Laurent, typique des moulins à vent qui profitent des vents dominants;
- la tour cylindrique en maçonnerie de pierre recouverte d'un crépi blanchi;
- le toit conique couvert de bardeaux de bois;
- les petites ouvertures disposées de manière irrégulière;
- la porte à deux vantaux placée dans le haut de la tour et donnant sur un balcon faisant face au fleuve;
- les fenêtres fixes à petits carreaux;
- la girouette;
- l'intérieur lambrissé datant de l'époque où le moulin servait de phare.

Haut de la page

Informations historiques

Le moulin à vent de Grondines est bâti en 1674 par le meunier Pierre Mercereau, alors que la seigneurie de Grondines appartient aux Augustines de l'Hôtel-Dieu de Québec. Il cesse d'être utilisé comme moulin à farine vers 1880. En 1912, il est vendu par son propriétaire, William Price, au gouvernement fédéral, qui le transforme en phare pour la navigation sur le fleuve Saint-Laurent. Cette vocation perdure jusqu'en 1972, moment où le gouvernement cède le moulin à la municipalité de Grondines, qui en restaure l'extérieur à l'occasion de son tricentenaire.

Le moulin à vent de Grondines est classé en 1984.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Portneuf

Municipalité :

  • Deschambault-Grondines

Adresse :

  • 535, chemin des Ancêtres

Lieux-dits :

  • Grondines

Latitude :

46° 35' 16.633"

Longitude :

-72° 2' 16.158"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Portneuf Inconnue Absent 100 ptie
99 ptie

Code Borden

CdFa-1      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • AUGERON, Mickaël, dir., Dominique GUILLEMET, dir., Alain ROY, dir. et Marc ST-HILAIRE. Les traces de la Nouvelle-France au Québec et en Poitou-Charentes. Québec, Les Presses de l'Université Laval, 2008. 308 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • DESJARDINS, Pierre. Les moulins à vent du Québec. Analyse et proposition d'intervention. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1982. 18 p.
  • DIONNE, Pierre-Yves. « Moulin à vent ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 322.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013