Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Chapelle de procession de Saint-Nicolas

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Chapelle de procession Sud-Ouest de Saint-Nicolas

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Les Éboulements

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Usage :

  • Services et institutions (Chapelles de procession)

Éléments associés

Personnes associées (1)

Images

Carte

Description

La chapelle de procession de Saint-Nicolas est un petit édifice religieux construit pendant la première moitié du XIXe siècle. Cette chapelle en bois présente une nef de plan rectangulaire terminée par une abside en hémicycle. Elle est coiffée d'un toit à deux versants légèrement retroussés et un clocher surmonte le faîte en façade. Déménagée en 1969 de son emplacement initial au coeur du noyau ancien de Saint-Nicolas dans l'arrondissement municipal des Chutes-de-la-Chaudière-Ouest de la ville de Lévis, elle occupe maintenant le site du moulin Laterrière dans la municipalité des Éboulements.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Plan au sol :

Rectangulaire à choeur plus étroit que la nef

Nombre d'étages :

1

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Bois

Saillies :

  • Clocheton

Élévations :

  • Toutes les façades : Bois (Planche verticale)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Bois, bardeaux

Porte principale :

  • bois, à panneaux

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux

Éléments architecturaux :

  • Chambranle

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1961-12-06
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La chapelle de procession de Saint-Nicolas présente un intérêt patrimonial pour ses valeurs historique et ethnologique. Les chapelles de procession sont des édifices de confession catholique érigés le plus souvent en l'honneur de la Vierge, d'un saint ou d'une sainte. On en construit du début du XVIIIe siècle jusque vers 1900, tandis que le rituel des processions, fort répandu au Québec, disparaîtra graduellement dans les années 1960. Ces chapelles, qui se présentent comme des églises ramenées à l'échelle de l'individu et de la famille, font « descendre Dieu dans la rue ». Elles servent notamment de lieux de rassemblement pour les paroissiens lors de manifestations liturgiques telles les Rogations et la procession du saint sacrement à la Fête-Dieu. Construites par paire de part et d'autre de l'église paroissiale, elles délimitent l'espace villageois. Elles constituent autant de repères visuels qui marquent l'entrée et la sortie des villages dans la vallée du Saint-Laurent et participent à la sacralisation du paysage québécois. À la fin du XVIIIe siècle ou dans la première moitié du XIXe siècle, deux chapelles de procession ont été construites aux extrémités du noyau villageois de Saint-Nicolas. Jusqu'en 1968, cette chapelle était située au sud-ouest de la première église aujourd'hui disparue. Bien que remontée sur un autre site et en grande partie reconstituée, elle se classe parmi les plus anciennes chapelles de bois qui subsistent au Québec.

La chapelle de procession de Saint-Nicolas présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. L'architecture des chapelles de procession s'inspire de celle des églises, mais elle adopte un plan plus simple et une facture plus dépouillée. Cette chapelle constitue un exemple de l'influence française dans l'architecture religieuse, qui se matérialise dans la nef de plan rectangulaire terminée par une abside en hémicycle et le toit à deux versants surmonté d'un petit clocher sur le faîte en façade.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de la chapelle de procession de Saint-Nicolas liés à ses valeurs historique, ethnologique et architecturale incluent, entre autres :
- les caractéristiques rattachées à l'architecture religieuse d'inspiration française, dont la nef de plan rectangulaire terminée par une abside en hémicycle, le toit à deux versants légèrement retroussés couvert de bardeaux de cèdre, la position sur le faîte en façade du clocher composé d'une base carrée, d'une lanterne octogonale et d'une flèche couronnée d'une croix et d'un coq;
- les matériaux, dont la structure en bois, le pignon lambrissé de planches de bois à clins et le parement des murs en planches verticales;
- les ouvertures, dont la porte rectangulaire à double vantail et les deux fenêtres rectangulaires à battants à 20 carreaux des longs-pans avec chambranle et contrevents.

Haut de la page

Informations historiques

Les deux chapelles de procession de Saint-Nicolas sont construites à la fin du XVIIIe siècle ou durant la première moitié du XIXe siècle, de part et d'autre de l'ancienne église, au sud-ouest et au nord-est de la paroisse de Saint-Nicolas. La chapelle sud-ouest aurait été réparée une première fois en 1875 par le charpentier Onésime Mousseau.

La procession est une pratique de la liturgie catholique héritée de la France médiévale et apportée en Nouvelle-France par les premiers colons. En 1660, le haut clergé de la Nouvelle-France autorise la construction de chapelles dites de procession. Elles servent notamment de lieux de rassemblement lors de manifestations liturgiques telles les Rogations et la procession du saint sacrement lors de la Fête-Dieu. On construira des chapelles de procession jusque vers 1900, tandis que la coutume des processions, fortement enracinée dans la culture populaire québécoise, disparaîtra graduellement au cours des années 1960.

Les deux chapelles de la paroisse de Saint-Nicolas sont classées en 1961. Sept années plus tard, tandis que la chapelle nord-est est rénovée, des ouvriers démontent la chapelle sud-ouest et entreposent les matériaux dans l'attente d'une relocalisation. En 1969, cette dernière est remontée dans la municipalité des Éboulements, sur un terrain appartenant à la corporation Héritage canadien du Québec. Sa reconstitution exigera l'emploi de plusieurs nouvelles pièces (matériaux, ferronnerie, clocher).

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Charlevoix

Municipalité :

  • Les Éboulements

Adresse :

  • rang Saint-Joseph

Lieux-dits :

  • Saint-Nicolas

Latitude :

  • 47° 28' 48.161"

Longitude :

  • -70° 20' 7.109"

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CHASSÉ, Béatrice et al. Les chapelles dites de procession construites avant 1875 et classées monuments historiques. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1982. 60 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • ROBERT, Jacques. « Chapelle de procession sud-ouest de Saint-Nicolas ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 345.
  • ROBERT, Jacques. Les chapelles de procession du Québec. Québec, ministère des Affaires culturelles, 1979. 163 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013