Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Darveau

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Neuville

Date :

  • vers 1785 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine agricole

Usage :

  • Fonction industrielle, transformation de matières végétales et animales (Laiteries)
  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Groupes associés (1)

Personnes associées (2)

Images

Carte

Description

La maison Darveau est une résidence d'inspiration française construite vers 1785. L'habitation en pierre de plan rectangulaire, à un étage et demi, est coiffée d'un toit à deux versants, retroussé à l'avant. Une laiterie en pierre est adossée à l'arrière. Une annexe en bois a été ajoutée en 1975. La maison Darveau est érigée à flanc de coteau, face au fleuve Saint-Laurent. Elle est située en retrait du chemin du Roy, dans la municipalité de Neuville.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1976-11-18
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Darveau présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Cette maison en pierre d'inspiration française se distingue des autres maisons de Neuville et de Saint-Augustin-de-Desmaures, la municipalité voisine, par la qualité de son travail de maçonnerie. Elle a été bâtie par Louis-Benjamin Deguise dit Flamand, un maître tailleur de pierre issu d'une grande lignée d'artisans installés à Neuville depuis le XVIIe siècle. La pierre de taille a été utilisée pour le portail de la porte principale et les chambranles, qui sont ornés d'une clef, de même que pour les chaînages d'angle. À l'intérieur se trouve un imposant foyer de pierre moulurée comprenant une large corniche, remarquable en raison du travail élaboré dont il a fait l'objet.

La maison Darveau présente aussi un intérêt patrimonial pour ses valeurs historique et ethnologique. Sa laiterie témoigne, en effet, d'une longue tradition agricole ainsi que d'un mode de vie et de savoir-faire aujourd'hui tombés en désuétude. La laiterie de ferme est un petit bâtiment où l'on procède au traitement et à l'entreposage du lait. Elle est généralement située dans un endroit ombragé près de la maison, d'une dépendance plus grande ou d'un bosquet. Celle de la maison Darveau est en pierre et adossée au coin nord-est, à l'arrière de la résidence, afin de lui assurer le plus de fraîcheur possible. L'ouverture sert à l'aération et permet ainsi d'éviter l'humidité et le développement de moisissures.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les caractéristiques de la maison Darveau liées à ses valeurs architecturale, historique et ethnologique comprennent, notamment :
- les éléments de pierre de taille de calcaire de Pointe-aux-Trembles témoignant du travail de Louis-Benjamin Deguise dit Flamand, dont le portail de la porte principale et les chambranles ornés d'une clef, les chaînages d'angle et le manteau de pierre moulurée du foyer;
- les caractéristiques rattachées à la maison d'inspiration française, dont le corps de logis en pierre de plan rectangulaire peu dégagé du sol, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants couvert de bardeaux de cèdre, la cheminée en pierre, la disposition asymétrique des ouvertures ainsi que les fenêtres à battants à petits carreaux;
- les ouvertures, dont la porte et l'imposte vitrées ainsi que les deux lucarnes à pignon en façade;
- la galerie courant tout le long de la façade couverte par le prolongement du larmier retroussé;
- la laiterie en pierre coiffée d'un toit à deux versants couvert de bardeaux de cèdre et dotée d'une ouverture d'aération;
- la situation de la maison en retrait de la route, à flanc de coteau, face au fleuve Saint-Laurent, près de trois dénivellations laissées par les travaux d'extraction de la pierre.

Haut de la page

Informations historiques

La maison Darveau est construite vers 1785 par le maître tailleur de pierre Louis-Benjamin Deguise dit Flamand pour son associé Pierre Grenier. Une pierre millésimée atteste cette date. Le constructeur est issu d'une grande lignée d'artisans installés à Neuville depuis le XVIIe siècle. À proximité de la maison se trouvent trois dénivellations évoquant les travaux d'extraction de la pierre calcaire, qui ont eu cours à Pointe-aux-Trembles (ancien nom de Neuville) dès la fin du XVIIe siècle. Cette carrière alimentait les chantiers de construction de Québec et ses environs. La pierre qui en était extraite a entre autres servi à la fabrication de détails architecturaux, comme des chambranles et des manteaux de foyers.

La famille Darveau devient propriétaire de la résidence en 1867 et le demeure durant plus de 120 ans. Entre 1907 et 1909, elle est louée à des employés qui travaillent à la construction d'un tronçon du chemin de fer National Transcontinental à quelques mètres derrière le bâtiment.

La maison Darveau est classée en 1976.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Portneuf

Municipalité :

  • Neuville

Adresse :

  • 210, route 138
  • 216, route 138

Latitude :

  • 46° 42' 57.868"

Longitude :

  • -71° 33' 15.975"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Portneuf Paroisse de Pointe-aux-Trembles Absent 19 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CHASSÉ, Béatrice. La maison Darveau à Pointe-aux-Trembles. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1986. s.p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • DORION, Jacques. « Maison Darveau ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 297.
  • LAFRAMBOISE, Yves. Neuville, architecture traditionnelle. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1976. 296 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013