Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Moulin à vent Grenier

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Moulin à vent Lebeau

Région administrative :

  • Lanaudière

Municipalité :

  • Repentigny

Date :

  • 1815 – 1825 (Construction)

Usage :

  • Fonction industrielle, transformation de matières végétales et animales (Moulins à farine)

Éléments associés

Personnes associées (3)

Voir la liste

Carte

Description

Le moulin à vent Grenier est un moulin à farine construit vers 1820. Cette tour cylindrique en maçonnerie en pierre de trois étages est coiffée d'un toit conique. Le moulin possède encore des vestiges de son mécanisme d'origine. Il est situé dans un quartier résidentiel de la ville de Repentigny, à proximité du fleuve Saint-Laurent.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Un site archéologique inscrit à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec est associé au lieu.

Plan au sol :

Circulaire

Nombre d'étages :

3

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Toutes les façades : Pierre (Structure apparente)

Toit :

  • Forme : Conique
    Matériau : Bois, bardeaux

Porte principale :

  • bois massif, à battants

Autre(s) porte(s) :

  • bois massif, à battants

Fenêtre(s) :

  • carrée, À battants, à petits carreaux

Éléments architecturaux :

  • Appui
  • Bandeau
  • Épi
  • Linteau

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1975-04-14
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le moulin à vent Grenier présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le bâtiment est représentatif d'un type de bâtiment industriel, le moulin à farine. À l'instar de plusieurs moulins à vent érigés aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles dans la vallée du Saint-Laurent et dans la vallée du Richelieu, le moulin à vent Grenier, construit vers 1820, est implanté dans une plaine, afin de tirer profit des vents dominants. La forme massive de sa tour cylindrique en maçonnerie en pierre, son toit conique, ses trois niveaux, ses deux portes diamétralement opposées au rez-de-chaussée et les vestiges de sa queue (une longue tige oblique utilisée pour faire pivoter le toit afin d'orienter les ailes en direction du vent) forment des composantes exemplaires de ce type d'appareil. Même s'il ne possède plus ses ailes, l'arbre (le madrier horizontal supportant autrefois les ailes) situé au centre du pignon placé à la base du toit ainsi que son mécanisme intérieur témoignent de son fonctionnement.

Le moulin à vent Grenier présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Il témoigne d'une technologie utilisée jusqu'à la fin du XIXe siècle dans la vallée du Saint-Laurent et dans la vallée du Richelieu. Sa relation avec d'autres moulins à vent, tels que le moulin Antoine-Jetté, également à Repentigny, et d'autres situés à Notre-Dame-de-l'Île-Perrot, LaSalle, Pointe-Claire, Pointe-aux-Trembles, Verchères et Contrecoeur, évoque la prospérité qui a marqué l'économie rurale de la région de Montréal, basée sur la production et la transformation du blé. Le moulin à vent Grenier témoigne d'un savoir-faire familial qui s'est transmis de père en fils durant trois générations. La réalité agricole de la région ayant beaucoup changé au XIXe siècle, il a cessé sa production après la mort du dernier meunier Grenier, survenue en 1882.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés du moulin à vent Grenier liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation aux abords du fleuve Saint-Laurent, dans une plaine;
- son volume, dont la tour cylindrique en maçonnerie en pierre, le toit conique (couvert de bardeaux de cèdre et surmonté d'un épi), l'élévation à trois niveaux;
- les vestiges de son mécanisme extérieur, dont le pignon à la base du toit, l'arbre au centre du pignon et la queue;
- son mécanisme intérieur, dont les vestiges du frein;
- ses ouvertures, dont les deux portes diamétralement opposées au rez-de-chaussée, les fenêtres en vis-à-vis et la lucarne;
- les vestiges archéologiques euroquébécois.

Haut de la page

Informations historiques

Vers 1820, François Grenier (père) demande à François Fontaine de construire ce moulin. Quelques années plus tard, il l'aurait offert à son fils, également nommé François Grenier, afin qu'il puisse s'établir et se marier. Le fils de ce dernier, meunier à son tour, l'exploite jusqu'à sa mort, survenue en 1882. En 1931, Barnabé Lebeau acquiert le moulin et le restaure en 1935-1936. Profitant de la vague de tourisme que connaît le Québec d'avant-guerre, il en fait une attraction touristique. En 1961, il réalise d'autres travaux sur le moulin et lotit la terre à des fins résidentielles. Par la suite, il est vendu et utilisé comme boutique d'artisanat.

Le moulin à vent Grenier est classé en 1975.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Lanaudière

MRC :

  • L'Assomption

Municipalité :

  • Repentigny

Adresse :

  • 912, rue Notre-Dame

Latitude :

  • 45° 46' 3.764"

Longitude :

  • -73° 25' 3.193"

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 386 180

Code Borden

BkFi-39      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • NOPPEN, Luc. « Moulin à vent Lebeau ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 444-445.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013