Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Chapelle de procession Sainte-Anne

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Chapelle Sainte-Anne

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Lévis

Date :

  • 1789 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Usage :

  • Services et institutions (Chapelles de procession)

Images

Carte

Description

La chapelle de procession Sainte-Anne est une chapelle votive de tradition catholique construite en 1789. Le petit édifice en pierre présente une nef de plan rectangulaire terminée par une abside en hémicycle et est coiffé d'un toit à deux versants droits. La façade est percée d'une porte cintrée et est surmontée d'un clocheton sur le faîte. Une sacristie en bois est greffée au long-pan gauche. La chapelle Sainte-Anne se situe en bordure de l'ancien chemin du Roy, à l'ouest de l'église Saint-Joseph, dans le noyau villageois du secteur Lauzon de la ville de Lévis.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1977-10-05
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La chapelle de procession Sainte-Anne présente un intérêt patrimonial pour ses valeurs historique et ethnologique. Reliées au culte catholique, les chapelles votives constituent une manifestation privilégiée de la religion populaire québécoise. Dédiées à un saint patron, elles servent entre autres de lieux de recueillement et de rassemblement pour les paroissiens et accueillent des offices religieux, notamment lors de la procession effectuée pendant l'octave de la fête du saint. Elles constituent également des repères visuels et participent à la sacralisation du paysage québécois. À Lauzon, la chapelle Sainte-Anne est située à l'ouest de l'église Saint-Joseph, alors que la chapelle Saint-François-Xavier, aussi classée immeuble patrimonial, est située à l'est. Elle est érigée sur un terrain donné en 1789 par un habitant de la paroisse afin qu'y soit construite une chapelle en l'honneur de la sainte. Le culte à sainte Anne, importé au XVIIe siècle par les colons en Nouvelle-France, est d'ailleurs manifeste à Lauzon au XVIIIe siècle. En effet, cette chapelle a fait l'objet d'un mandement de l'évêque de Québec Jean-François Hubert (1739-1797) en 1791 autorisant des processions annuelles le dimanche de la neuvaine soulignant la fête de la sainte. À l'occasion, les chapelles votives sont également utilisées lors de manifestations liturgiques telles les Rogations et la procession du saint sacrement à la Fête-Dieu, une coutume fortement enracinée dans la culture populaire québécoise jusqu'au milieu du XXe siècle. La chapelle de procession Sainte-Anne évoque aujourd'hui les fonctions votives et cultuelles liées à ces édifices religieux.

La chapelle de procession Sainte-Anne présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. L'édifice est représentatif de l'architecture des chapelles québécoises, caractérisées par leurs petites dimensions, leur toit à deux versants et leur façade d'une grande simplicité surmontée d'un clocheton. La chapelle Sainte-Anne, en pierre crépie, présente une nef rectangulaire terminée par une abside en hémicycle. Elle se distingue par la présence d'une sacristie construite entre 1892 et 1896, qui témoigne de la tenue d'offices religieux et de sa fonction votive, tout comme son intérieur qui présente un décor élaboré, composé entre autres d'un maître-autel, d'une table de communion et de trois statues de sainte Anne. Au Québec, cette chapelle est la seule à posséder une sacristie aménagée dans une annexe, ce qui lui confère un caractère unique.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de la chapelle de procession Sainte-Anne liés à ses valeurs historique, ethnologique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation en bordure de l'ancien chemin du Roy, à l'ouest de l'église Saint-Joseph, à peu près à la même distance que la chapelle de procession Saint-François-Xavier à l'est;
- son volume, dont la nef de plan rectangulaire terminée par une abside en hémicycle, le toit à deux versants droits et le clocheton disposé sur le faîte en façade (base et tambour hexagonal, flèche très incurvée, croix);
- ses matériaux, dont la maçonnerie en pierre crépie et la couverture en bardeaux de cèdre;
- les éléments de la façade, dont la porte à double vantail surmontée d'un tympan cintré menuisé à motif en éventail et entourée d'un chambranle mouluré orné d'une clé, les plaques portant le millésime et le vocable de la chapelle ainsi que le parvis;
- les éléments des longs-pans et de l'abside, dont les fenêtres rectangulaires à battants à petits carreaux (24) entourées de chambranles en bois moulurés et l'épi disposé au sommet de la croupe de l'abside;
- les éléments de l'intérieur, dont le crépi des murs, la fausse voûte en plein cintre, le cul-de-four à six pans, la corniche à denticules à la base de la voûte, le maître-autel, la table de communion et les trois statues de sainte Anne;
- les éléments de la sacristie, dont le plan rectangulaire, le toit à deux versants droits, le lambris de planches verticales, la couverture en bardeaux de cèdre, la porte vitrée en façade, la porte du mur ouest et les grandes lucarnes à croupe.

Haut de la page

Informations historiques

La chapelle de procession Sainte-Anne est érigée en 1789 sur un terrain offert par Joseph Samson, un paroissien, afin qu'y soit construite une chapelle en l'honneur de sainte Anne. En 1791, elle fait l'objet d'un mandement de l'évêque de Québec Jean-François Hubert (1739-1797) autorisant des processions annuelles le dimanche de la fête de la sainte.

Entre 1892 et 1896, des travaux importants sont effectués, alors que la décoration intérieure est refaite et qu'une sacristie est annexée. Le cardinal Elzéar-Alexandre Taschereau (1820-1898) autorise la célébration de la messe dans la chapelle à cette époque. En plus de servir de lieu de recueillement, cette chapelle est aussi utilisée comme lieu de rassemblement pour les paroissiens lors de manifestations liturgiques telles les Rogations et la procession du saint sacrement à la Fête-Dieu, une coutume fortement enracinée dans la culture populaire québécoise jusqu'au milieu du XXe siècle. Une fois tous les deux ans, la chapelle Sainte-Anne sert ainsi de reposoir dans le cadre de cette procession; l'année suivante, le saint sacrement est déposé dans la chapelle Saint-François-Xavier, également située à proximité de l'église Saint-Joseph, mais à l'est.

La chapelle de procession Sainte-Anne est classée en 1977. L'édifice est restauré en 1986 avec le concours du ministère des Affaires culturelles, dans le cadre du programme Revi-Centre. La chapelle devient la propriété de la ville de Lévis en 2004.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Lévis

Municipalité :

  • Lévis

Arrondissement municipal :

  • Desjardins

Adresse :

  • rue Saint-Joseph

Lieux-dits :

  • Lauzon

Latitude :

46° 49' 26.997"

Longitude :

-71° 10' 4.32"

Désignation cadastrale :

  • Lot 3 018 818

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • PICARD, Roger. « Chapelle Sainte-Anne et Saint-François-Xavier ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 365-366.
  • ROBERT, Jacques. Les chapelles de procession du Québec. Québec, ministère des Affaires culturelles, 1979. 163 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013